Egis remporte les missions de conception et de supervision des travaux de la Zone économique Um Alhoul, Qatar

Avec plusieurs grands projets d’infrastructures (transport ferroviaire, port, villes nouvelles…) et la préparation de la Coupe du Monde de football de 2022, le Qatar souhaite encourager l’investissement du secteur privé et promouvoir la diversification de son économie en créant trois zones d’activités industrielles (hors hydrocarbures) et logistiques de classe internationale.

Ce projet stratégique s’inscrit dans la Vision 2030, soutenue par l’Emir Tamim ben Hamad ben Khalifa al-Thani, et visant au développement économique du pays au cours des 25 prochaines années.

Des zones économiques d’envergure internationale

Les deux premières zones, Ras Bufontas et Al Karaana, seront implantées au sud de l’aéroport de Doha, tandis que la troisième (QEZ 3), Um Alhoul, sera située dans la ville portuaire d’Al Waqrah, au sud de la capitale.

Couvrant une superficie de 27 km², Um Alhoul rassemblera plusieurs activités liées à la métallurgie, à la pétrochimie, aux matériaux de construction, à la logistique, ou encore au domaine portuaire, bénéficiant notamment d’un accès à la mer via un canal dédié.

Manateq, société gouvernementale autonome créée en 2011 par le Ministère qatari du Commerce et chargée de la promotion et de l’exploitation de ces zones économiques, a confié à Egis la réalisation de cette troisième zone.

Un projet My city by Egis

Les équipes d’Egis seront chargées, sur une durée de 5 ans, de l’audit  des études du master plan  déjà réalisé, la production des plans détaillés, les missions d’études spécifiques  (des phases concept à l’avant-projet sommaire pour les bâtiments, les centrales de refroidissement et de traitement des eaux), ainsi que la supervision des travaux.

Le projet QEZ 3 d’Um Alhoul est un projet complexe et novateur, qui mobilise les compétences du groupe via son offre My City by Egis. Il témoigne de la capacité d’Egis à concrétiser des projets d’aménagement urbain au niveau mondial.

 

© Worley Parsons