Pose du 1er accropode de la Nouvelle Route du Littoral

Une maîtrise d’œuvre Egis

Vendredi 20 décembre 2013 à 14h30 sera posé le premier bloc accropode de la Nouvelle Route du Littoral à La Possession, île de La Réunion, en présence de Messieurs  Jean-Luc Marx, Préfet de La Réunion, Didier Robert, Président de la Région Réunion et Rémi Cunin, Directeur général délégué du groupe Egis.

Profil d’un projet d’envergure

Le projet de nouvelle liaison sécurisée de 12 km entre Saint-Denis et La Possession se développe dans l’Océan Indien,  à une centaine de mètres de la route en corniche actuelle à 2 x 2 voies. Cette infrastructure d’envergure à 2 x 3 voies constituera un itinéraire sécurisé par rapport aux risques des falaises instables et des fortes  houles cycloniques. C’est un projet déterminant pour les trafics quotidiens (plus de 50 000 véhicules) et pour le développement économique de l’île.

La Nouvelle Route du Littoral se compose de 4 tronçons de digue (linéaire  total  6500 m) et d’un grand viaduc de 5400 m. Les profondeurs d’eaux varient entre 5 et 11 mètres et le calage du profil en long permettra de s’affranchir des houles cycloniques centennales. La  plateforme (29 m sur viaduc et  34 m sur digues) accueillera les circulations routières et de transport en commun ainsi que les modes doux (piétons et vélos). A terme, un transport en commun en site propre (TCSP) est envisagé, avec possibilité de mode guidé rail.

Les missions de la maîtrise d’œuvre

Egis assure la maîtrise d'œuvre complète (conception et contrôle des travaux) de la Nouvelle Route du Littoral. Une équipe projet dédiée, composée d’une quinzaine de collaborateurs dont 10 experts, a été mise en  place à Saint Denis pour diriger ce grand contrat et manager le projet en liaison directe avec la Région Réunion, Maître d’ouvrage. Des bureaux d’études spécialisés sont intervenus en back-office pour les études de conception de détail.

Parmi les spécialités mobilisées par Egis pour assurer la conception de l'infrastructure mixte digues/viaduc, on peut citer : le management de projet, la géométrie routière, la sécurité, les calculs structurels de génie-civil, l’hydraulique maritime, le génie écologique, la géotechnique de fondation,  la géotechnique des matériaux,  les équipements, ainsi que le rail, pour étudier la faisabilité ultérieure du TCSP en tramway.  L’Architecte Christophe CHERON et le Paysagiste Alain COUSSERAN ont également contribué à des choix de conception pertinents pour une bonne intégration des ouvrages.

©Egis