A quoi ressemblera la route en 2030 ?

2030, c'est demain… Que pouvons-nous attendre des routes dans une dizaine d'années ? Aurons-nous des routes plus sûres, plus écologiques, voire productrices d’énergie ? Les experts d’Egis anticipent quelques scénarios possibles.

La route du futur est un vaste débat… qui évolue et se réinvente au fil du temps, au gré des besoins et des innovations successives. Cependant, on peut facilement imaginer que, dans les toutes prochaines années, la route intégrera un très grand nombre de technologies au service de l’usager (moyens de communication avec les véhicules, capteurs dans la chaussée, boîtier connecté, systèmes de gestion dynamique des voies, etc.) et favorisera la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Bien qu'une large place lui sera toujours consacrée, compte tenu de la prééminence de son usage par l’automobile, la route de 2030 ne sera plus vue comme un mode individuel de mobilité, mais comme un espace pouvant accueillir bien d’autres modes de transport : la route, c’est aussi la rue, désormais partagée dynamiquement en fonction de la demande et de ses différents usages (bus, tram, cycles, piétons…).

Intuitive, connectée…

En 2030, la route sera plus sûre car lisible (compréhensible de façon intuitive) : sur les nouvelles routes et une partie du réseau réhabilité, le conducteur adaptera sa vitesse et son comportement de façon intuitive. Il sera bien sûr aidé en cela par des systèmes d’aide à la conduite, fonctionnant selon le degré d’équipement du réseau et l’intensité de la circulation. En mode « autonome », son trajet sera suivi sur son système de navigation et une cartographie détaillée, voire un avatar numérique de la route, ce qui permettra à chaque instant de vérifier que la dynamique de son véhicule reste dans les limites de sécurité. En mode « connecté », les moyens de communication avec l’infrastructure et les autres véhicules équipés apporteront un complément et permettront d’anticiper les « mauvaises manœuvres » des autres véhicules… Aujourd’hui, le boîtier connecté préfigure d'ores et déjà la conduite de demain.

Verte, à énergie positive…

Bien entendu, cette route nouvelle, dite de 5ème génération en France, Forever Road au niveau européen, sera respectueuse de l’environnement dès sa conception et présentera un bilan carbone de l’ensemble du cycle de vie réduit, grâce à l’utilisation de moins d’énergie et de matériaux durables (Variways). Elle sera même active dans la lutte contre les émissions lors de son utilisation : revêtements photovoltaïques, matériaux et béton absorbant les polluants, grilles géotextiles autonettoyantes dans les réseaux de drainage... Sur les grandes liaisons interurbaines, la route aura intégré, sur certains tronçons, des zones d'alimentation par induction, permettant de recharger les véhicules électriques pendant qu'ils roulent…

 

Egis est déjà en marche pour anticiper la route de demain et coopère avec des partenaires industriels et institutionnels comme l'IFSTTAR (l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux) sur ce sujet. Nos équipes ont notamment lancé un projet, DRI 5 (Data Road Interactive 5th generation), dont l'objectif est d'utiliser les données de conduite pour créer de nouveaux services utiles aux différents acteurs de la route (concepteurs, constructeurs, exploitants), de la conception jusqu'à l'exploitation.

 

"En 2030, la route sera devenue un objet industriel. Elle ne sera pas encore automatisée mais les systèmes d’aide à la conduite auront largement pénétré le marché. Elle sera plus sûre, plus lisible, plus respectueuse de l’environnement…"


Martial Chevreuil,
directeur Business Innovation