Supported by the ENGAGE consortium (Egis / Assystem / Atkins / Empresarios Agrupados), Alain Baudry and the ENGAGE team have won the Industry and Technology Prize for the ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) project. Launched several years ago in Cadarache in the south of France, the ITER experimental project aims to create a new type of power station functioning on nuclear fusion. In terms of its scale, this project is considered to be the most ambitious energy project in the world.

The ENGAGE consortium is tasked from 2011 to 2018 with a project management consultancy mission and the engineering, procurement and construction management across in all specialities for the construction of the entire site. Their joint efforts have today been rewarded by the prestigious Industry and Technology Prize in the 2017 French National Engineering Awards (GPNI).

A worldwide cooperation project to test nuclear fusion

The ITER project consists of recreating on Earth - and in a controlled environment - the fusion reaction of hydrogen atoms, in the same way as it occurs in the centre of the sun and stars. The programme was designed to demonstrate the scientific and technical feasibility of this process. Research into fusion could constitute a sustainable alternative to all current forms of energy generation, by developing a safe, inexhaustible and environmentally friendly source of energy.

The largest experimental fusion facility ever built, ITER is also the first global cooperative project of its kind. Europe contributes to nearly half of the construction cost of the machine, and the other six members of this international partnership (China, Japan, India, the Republic of Korea, the Russian Federation and the United States) all contribute in equal parts to the remainder.

An exceptional project for outstanding challenges

ENGAGE is committed to a constantly creative approach to fulfil the challenges thrown down by the ITER project: in addition to the technical specificities of the project, the operation's volume and the level of safety and reliability, aligned on the very highest standards, are elements which have led the consortium to develop prolific expertise in all the areas of its engineering mission.

The programme consists of building the platform's infrastructure spanning half a hectare, created by the European agency F4E (Fusion for Energy), representing around forty industrial buildings, and two nuclear buildings: one to accommodate the Tokamak (an experimental reactor 30 metres in height and weighing 25,000 tonnes) and the other a plant for the preparation and reprocessing of a hydrogen isotope, tritium.

These buildings must house a large number of facilities and processes, and must additionally be scaled to resist an entire series of accident scenarios: earthquakes, leaks in the cooling circuit, loss of vacuum in the Tokamak, etc. The programme therefore essentially contains security requirements (approximately 300 for nuclear buildings at the beginning).

Furthermore, nuclear fusion reconciles energy generation and sustainable development (no highly radioactive nuclear waste, inexhaustible fuel, possibility of immediate emergency cut-off). In view of such a challenge, the design and construction was duty bound to incorporate sustainability as an input data for the project, according to three conditions: protect the environment, promote social cohesion and promote a responsible economy.

The first structures rise up from the ground

The project is currently in construction phase of the infrastructure and buildings. Three floors out of eight have so far been built on the central Tokamak building.  Four auxiliary buildings are watertight in which technical building and fitting works have started. The other auxiliary buildings are still in their structural works phase.

With regard to infrastructure, the first high-voltage (400 kV) substation has been delivered. Some of the platform's developed zones will soon be handed over to ITER in time for the arrival of the process assembly teams.

In all, approximately 1,800 people work on this highly complex and dense work site, always complying with rigorous timeframes and quality and safety standards.

An array of technology and innovation

The essential originality of this project lies in the digital model under "3D as master", coordinated and managed by ENGAGE for the building part, to guarantee the convergence of the building and process concepts, configure input data, identify and resolve interfaces and control modifications.

The management of the security requirements of the buildings was developed by ENGAGE on a database to enable the tracking of requirements, their versions and the way they have been addressed by the different designers and builders.

Managing the configuration of all of the contributors additionally required the implementation of a dedicated base to deal with the very high volume of modifications (one per day on average) of variable size, and constantly affecting the design and construction master plan.

ENGAGE deployed a common database for all project contributors which guarantees the consistency of document use in terms of recording, tracking, distribution and changes. Considering the sizeable volume of information and queries (1.87 TB of documents stored, 70,000 connections a month, 10,000 documents published per month), ENGAGE contributed to the development of version 4 of SGTI (an Egis shared construction project management solution) and introduced specific utilisation processes and the required efficient validation circuits (further information at www.sgti4.fr).

The French National Engineering Awards are organised by Syntec Ingénierie, the national engineering trade association, in partnership with the French Ministry for the Ecological and Inclusive Transition and the Ministry of Economy and Finance's directorate general for enterprise (DGE), and in association with Le Moniteur group.

Photos: ITER

Le 18 octobre dernier ont été dévoilés les 51 projets lauréats d'Inventons la Métropole du Grand Paris, le plus grand concours d’aménagement, d’urbanisme et d’architecture d’Europe. Trois projets, auxquels Egis a participé, figurent parmi les grands gagnants du concours.
La cérémonie s'est déroulée au Pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne, en présence notamment de Mme Anne Hidalgo, maire de Paris, M. Michel Cadot, Préfet d'Ile-de-France, M. Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, M. Philippe Yvin, Président du directoire de la Société du Grand Paris, et des maires de communes concernés par les projets.

En quelques mois, l'appel à projets, lancé conjointement par l’Etat, la Métropole du Grand Paris et la Société du Grand Paris avait recueilli plus de 420 candidatures. Les différents projets urbains initiés dans ce cadre contribueront à inscrire la Métropole du Grand Paris au cœur d’une génération de modèles urbains parmi les plus avancés au monde.

Egis est partie prenante des projets lauréats suivants :

Pôle gare des Ardoines à Vitry sur Seine avec Linkcity

 

 

 

Architectes : Philippe Chiambaretta, Richez & Associés, NEM, Tolila & Gilliland. Crédits : Linkcity Île-de-France

Site emblématique de reconversion de friches industrielles, désenclavé par l'arrivée du Grand Paris Express (ligne 15 Sud), le projet développé par LinkCity Île-de-France comprend un programme mixte de 139 832 m², composé de 97 277m² de tertiaire, 8 981 m² d’activités, 21 684 m² de commerces et 10 354 m² de résidences.

Sur ce projet, les équipes Bâtiments d'Egis ont géré l'ensemble des missions fluides de l'ingénierie.

Le site accueillera en particulier un démonstrateur métropolitain du numérique combinant évènementiel, loisirs, formation, recherche, prototypage et vente, restauration… L’offre tertiaire sera flexible et divisible pour tenir compte des nouvelles façons de travailler et répondre aux besoins de tous types d’utilisateurs : filières santé, arc de l’innovation, banque assurance-conseils… 227 studios pour étudiants seront également créés dans le cadre de la programmation.

 

La Redoute des Hautes Bruyères à Villejuif avec Legendre Immobilier

 

 

 

 

Architectes : Atelier Nicolas Michelin & Atelier Roberta. Crédits : Legendre

Sur un site localisé à 800 m de la future gare du Grand Paris Express Villejuif Louis-Aragon (ligne 14), ce programme mixte sera composé de 448 logements (étudiants et jeunes actifs), d'une auberge de jeunesse (109 chambres), de locaux pour entreprises innovantes, d'un centre de séminaire, de services (salle de sports, RIE...), de commerces et de locaux associatifs dans les casemates.

Egis a été missionné en tant que bureau d'études techniques tous corps d'état. Elioth (entité d'Egis) a, pour sa part, pris en charge la conception environnementale du projet.

Avec un total de 23 016 m², les bâtiments s'organisent autour d'un espace public central valorisant le patrimoine et une architecture haute (« signal »). Les innovations proposées ciblent prioritairement l'ancrage local et la participation, le bâti intelligent et vert (quartier ″smartready″, biométhanisation, etc.) et les mobilités douces (vélo). Les objectifs environnementaux sont ambitieux : un aménagement frugal est promu, et les labels ″E+C-″ et ″Biodivercity″ sont visés.

Porte de Saint Ouen avec BNP Paribas REIM

 

 

 

 

 

Architectes : Hardel & Le Bihan. Crédits : BNP Real Estate / Hardel + Le Bihan Architectes

Le programme prévoit la création de bureaux sur 11 000 m², des solutions d’hôtellerie de courte et moyenne durées, 1 800m² dédiés aux ″makers″ (artisans, économie circulaire, DIY : incubation, fabrication, valorisation, vente), ainsi que 760m² de commerces et un karaoké.

Sur ce projet, les équipes Bâtiments d'Egis ont géré l'ensemble des missions fluides de l'ingénierie.

Le projet prévoit une architecture régulière alignée sur l'avenue de la porte de Saint-Ouen, créant une animation avec les commerces et le karaoké dans un bâtiment signal aux portes de Paris. Côté Paris, on retrouvera un immeuble composé d’une auberge, des logements pour des colocations de moyenne durée, un foodcourt et un pop-up store « mini-puces ». Les innovations portent sur la création d'un lieu de référence pour les « makers » et sur les modalités d'association au projet des habitants et des usagers.

Egis mène une politique volontariste d’innovation pour répondre aux besoins de ses clients et pour relever les nouveaux enjeux en matière de mobilité, habitat, urbanisation et gestion durable.

Depuis 20 ans, nous avons été des précurseurs sur les défis du développement durable tout en développant des méthodes de travail et des outils améliorant notre performance.

Ce book vous fait découvrir quelques-unes des innovations développées par les collaborateurs d’Egis.

Consultez le book numérique en ligne

Jeudi 19 octobre 2017 – Porté par le consortium ENGAGE (Egis / Assystem / Atkins / Empresarios Agrupados), Alain Baudry et l’équipe du consortium ENGAGE ont remporté le prix Industrie et Conseil en Technologies pour le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor). Lancé depuis plusieurs années à Cadarache, dans le sud de la France, le projet expérimental ITER repose sur la création d’une centrale d’un nouveau genre, basée sur la fusion nucléaire. Par son envergure, ce projet est considéré comme le plus ambitieux projet énergétique au monde.

Le groupement ENGAGE assure depuis 2011 — et jusqu’en 2018 — la mission d’assistance au maître d'ouvrage et de maîtrise d'œuvre tous corps d'état pour la construction de l'ensemble du site. Leurs efforts communs sont aujourd’hui récompensés par le prestigieux prix Industrie et Conseil en Technologies au Grand Prix National de l’Ingénierie 2017.

Une collaboration mondiale pour expérimenter la fusion nucléaire

Le projet ITER consiste à recréer sur Terre — et de manière contrôlée — la réaction de fusion d’atomes d’hydrogènes telle qu’elle se déroule au cœur du soleil et des étoiles. Le programme a été conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technique de ce procédé. La recherche sur la fusion pourrait représenter une variante durable à tous les modes actuels de production d’énergie, en développant une source d’énergie sûre, inépuisable et respectueuse de l’environnement.

Plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite, ITER est aussi la première collaboration globale de ce type. La contribution de l’Europe représente près de la moitié du coût de construction de la machine ; les six autres membres engagés dans cette collaboration internationale (la Chine, le Japon, l’Inde, la République de Corée, la Fédération de Russie et les États-Unis) contribuent de manière égale au reste du financement.

Un chantier hors normes pour des enjeux de taille

ENGAGE est dans une démarche constante de créativité pour affronter le défi que pose la complexité du projet ITER : au-delà de la technicité de ce projet, le volume de l’opération, le niveau de sécurité et de fiabilité, aligné sur les plus hauts standards, sont des éléments qui conduisent le groupement à développer une expertise féconde dans tous les domaines de sa mission d’ingénierie.

Le programme consiste à bâtir les infrastructures de la plateforme d’un demi-hectare, réalisées par l’agence européenne F4E (Fusion for Energy), soit une quarantaine de bâtiments à caractère industriel, ainsi que deux bâtiments nucléaires : l’un accueillant le Tokamak (un réacteur expérimental de  30 mètres de haut pesant 25 000 tonnes), l’autre une usine de préparation et de retraitement d’un isotope de l’hydrogène, le tritium.

Ces bâtiments doivent héberger un très grand nombre d’équipements et procédés ; ils doivent d’autre part être dimensionnés pour résister à toute une série de scénarios accidentels : séisme, fuite du circuit de refroidissement, perte du vide dans l’enceinte du Tokamak, etc. Le programme contient donc essentiellement des requis d’exigences de sûreté (environ 300 pour les bâtiments nucléaires à l’origine).

Par ailleurs, la fusion nucléaire concilie production d’énergie et développement durable (absence de déchets hautement radioactifs, combustible inépuisable, arrêt immédiat possible de la réaction en cas d’urgence). Face à un tel challenge, la conception et la construction se devait d’intégrer le développement durable comme une  donnée d’entrée du projet, selon trois axes : préserver l’environnement, favoriser la cohésion sociale et promouvoir une économie responsable.

Les premiers éléments sortent de terre

Le projet est actuellement en phase de réalisation des infrastructures et des bâtiments. Trois étages (sur 8) sont déjà réalisés pour le bâtiment central Tokamak. Quatre bâtiments auxiliaires sont clos et couverts, dans lesquels les corps d’états techniques démarrent. Les autres bâtiments auxiliaires sont en phase gros œuvre.

Du côté des infrastructures, la première sous-station très haute tension (400 kV) a été livrée. Certaines zones aménagées de la plateforme vont être très prochainement livrées à ITER pour l’arrivée des entreprises d’assemblage du process.

En tout, environ 1800 personnes travaillent sur ce chantier haut en complexité et en densité de travaux, toujours dans des délais et avec un niveau de qualité et de sécurité exigeants.

Une panoplie de technologies et d’innovations

L’originalité essentielle du projet repose sur la maquette numérique gérée en « 3D as master » dont ENGAGE assure le pilotage et la gestion pour la partie bâtiments, pour garantir la convergence des concepts bâtiment et procédés, gérer en configuration les données d’entrée, identifier et résoudre les interfaces, maîtriser les modifications.

La gestion des exigences de sûreté nucléaire des bâtiments a été développée par ENGAGE sur une base de données afin de permettre une traçabilité des exigences, de leurs versions et de la manière dont elles ont été adressées par les différents concepteurs et constructeurs.

La gestion de configuration de tous les intervenants a également imposé la mise en place d’une base dédiée pour faire face au volume très important de modifications (une par jour en moyenne), de taille très variable, et impactant le référentiel d’études et de construction en permanence .

ENGAGE a mis en œuvre une base de données commune à tous les acteurs du projet, qui garantit la fiabilité de l’exploitation des documents, en termes d’enregistrement, de traçabilité, de diffusion et d’évolution. Compte tenu du volume considérable d’information et de requêtes (1,87 To de documents stockés, 70 000 connexions mensuelles, 10 000 documents publiés mensuellement), ENGAGE a contribué au développement de la version 4 de SGTI (solution Egis de gestion collaborative de projets de construction) et mis en place les processus d’utilisation spécifiques et les circuits de validation efficients requis. (plus d’informations : www.sgti4.fr )

Le Grand Prix de l’Ingénierie est organisé par Syntec-Ingénierie, la fédération professionnelle de l’ingénierie, en partenariat avec le ministère de la Transition écologique et solidaire; la direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l'Économie et des Finances,  et en association avec le groupe Le Moniteur.

Crédits photos : ITER

Egis was attributed a contract to provide assistance to Saudia airline and its subsidiary Flyadeal in transitioning to their new facilities at King Abdulaziz International Airport (KAIA) in Jeddah. This is indeed a complex shift with operational efficiency as major target.

New facilities at a new terminal

King Abdulaziz International Airport (KAIA) in Jeddah has recently been undergoing major works that will initially expand the airport capacity from 13 to 30 million annual passengers. KAIA’s expansion is a huge and complex project that will be conducted in 3 phases until 2035, with a final target capacity of 80 million annual passengers.

In 2018, the planned opening of a new terminal with 46 gates for international and domestic flights will clearly impact and improve how airlines work and operate to and from the airport. In order to prepare Saudia and Flyadeal for operational readiness and transfer (ORAT) at the new terminal and to ensure that the move is managed successfully, Egis will support the two airlines through specific consultancy services, from project planning through to post-opening support.

Managing a successful transition

The scope of works includes a gap analysis and assessment of Saudia’s current status in relation to requirements and readiness within the new terminal that includes people, processes, and IT; an assessment of Saudia and Flyadeal business strategy in relation to the facilities; planning assistance for operation readiness including training, familiarisation, testing and trials; and support through the post-opening period.

In order to achieve a successful and smooth transfer to the new terminal, Egis will work closely with Saudia’s Project Management Office (PMO). Also, this will require coordination with many stakeholders at the airport, including the Civil Aviation Authority (GACA), the airport operator (Changi Airport Group), the contractor (Saudi Bin Laden Group), the construction manager (Dar-Al-Handasah), Saudia subsidiaries, and government agencies involved such as immigration or Customs.

We are particularly honoured to provide our support to Saudia and Flyadeal in this complex and challenging project. Our team will make sure to closely assist Saudia and Flyadeal to meet their expectations until operations at the new terminal run like business as usual” says Egis Aviation Middle East Director Jacques Khoriaty.

A global approach with strong operational expertise

Egis is recognised internationally for its airport consulting and engineering capabilities. This expertise is also backed by the strength of a 17 airports network across the globe. As an investor and airport operator Egis has the capacity to bring added-value in airport operation, development and management as well. Building on this unique blend of expertise Egis focuses on operational performance in every project.

Egis vient de remporter un contrat pour accompagner la compagnie aérienne Saudia et sa filiale Flyadeal vers leur nouvelle base d’opération sur l’aéroport international King Abdulaziz (KAIA) de Djeddah. Un enjeu majeur en termes d’efficacité opérationnelle dans cette phase de transition complexe vers de nouvelles infrastructures.

De nouvelles installations dans un nouveau terminal

L’aéroport international King Abdulaziz (KAIA) de Djeddah fait l’objet d’importants travaux visant, dans un premier temps, à porter, sa capacité d’accueil de 13 à 30 millions de passagers annuels. L’extension de l’aéroport est un projet gigantesque et complexe, qui devrait se dérouler en 3 phases jusqu’en 2035, avec une capacité cible finale de 80 millions de passagers par an.

En 2018, l’inauguration d’un nouveau terminal, doté de 46 portes d’embarquement pour les vols internationaux et domestiques, améliorera significativement les opérations des compagnies aériennes sur l’aéroport KAIA. Afin d’accompagner Saudia et Flyadeal dans la préparation opérationnelle et le transfert (Operational readiness and airport transfer – ORAT) vers le nouveau terminal et de garantir une mise en service réussie, Egis apportera son expertise à travers des services de conseil dédiés, de la planification du projet jusqu’à l’assistance après l’ouverture du terminal.

Assurer une transition réussie

Les services fournis par Egis comprennent une analyse des écarts par rapport aux exigences requises pour la mise en service des vols dans le nouveau terminal, que ce soit du point de vue du personnel, des processus ou des technologies de l’information. Egis mènera par ailleurs une évaluation de la stratégie commerciale de Saudia et Flyadeal, en rapport avec les nouvelles infrastructures, et planifiera les services d’assistance nécessaires à la préparation opérationnelle, y compris pour les questions de formation, de familiarisation du personnel et de tests. Egis continuera, enfin, d’accompagner les deux compagnies aériennes pendant les premiers mois qui suivront la mise en service effective.

Afin d’assurer un transfert réussi et maîtrisé vers le nouveau terminal, Egis devra travailler en étroite coordination avec le service de management de projet de Saudia (PMO), ainsi qu’avec un grand nombre d’acteurs de l’aéroport : l'Autorité de l'aviation civile (GACA), l'exploitant de l'aéroport (Changi Airport Group), l’entrepreneur (Saudi Bin Laden Group), le maître d’œuvre (Dar-Al-Handasah), les filiales de Saudia et les services gouvernementaux tels que l’immigration ou les douanes.

« Nous sommes particulièrement honorés d’apporter notre support à Saudia et Flyadeal dans ce projet complexe et exigeant. Nos équipes s’assureront de travailler en proximité avec nos clients afin de répondre à leurs attentes jusqu’à ce que leurs opérations dans le nouveau terminal se déroulent parfaitement », explique Jacques Khoriaty, directeur Aviation d’Egis pour le Moyen-Orient.

Une approche globale s’appuyant sur une forte expertise opérationnelle

Egis est reconnu sur le plan international pour ses compétences en conseil et ingénierie aéroportuaires. Cette expertise s’appuie par ailleurs sur la force d’un réseau de 17 aéroports dans le monde entier. En tant qu’investisseur et exploitant d’aéroport, Egis est en mesure d’apporter une valeur ajoutée significative dans l’exploitation, le développement et la gestion aéroportuaire. Grâce à cette synergie unique, Egis place la performance opérationnelle au cœur de chacun des projets de ses clients.

Mercredi 27 septembre 2017, Rémi Cunin, Directeur général délégué d'Egis, et Olivier Wigniolle, Directeur général d'Icade, ont signé un protocole d'accord en vue de créer une société, dans le secteur stratégique du réemploi des matériaux de construction. Une initiative soutenue par leur actionnaire commun la Caisse des Dépôts.

L’économie circulaire appliquée à la filière construction

La société, baptisée Cycle Up, est détenue à 50%/50% par chacune des entités.

Cycle Up propose une solution globale pour :

  • Mettre en relation les acteurs des différents chantiers de construction et démolition (acheteurs, vendeurs, prestataires du bâtiment) pour optimiser les opportunités de réemploi des matériaux de chantier.
  • Proposer une place de marché numérique, recensant l’ensemble des matériaux disponibles, et catalogués selon leur possibilité de réutilisation.
  • Assurer un service de conseil en réemploi, pour aider vendeurs et acheteurs à valoriser au mieux leurs matériaux.

La société sera opérationnelle dans le courant de l'automne 2017.

Cycle Up, élément important pour la construction du Village olympique des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 !

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement du comité de candidature Paris 2024 pour l’élaboration des plans d’aménagement de l’ensemble des sites de compétition, Egis a recommandé la solution Cycle Up pour la construction du Village olympique, à Saint-Denis, où seront logés les athlètes (17 000 lits).

La création de Cycle Up : une volonté de développement social et territorial

Ce projet reflète l’engagement RSE d’Icade et d’Egis et confirme leur stratégie de long terme en faveur de la transition écologique et énergétique et du bâtiment bas carbone, élément clé d'une construction durable et responsable.

Ce projet est le résultat d’une étude co-financée par la CDC et EGIS dans le cadre du programme démonstrateurs smart city lancé par le Groupe dans huit territoire dont le village olympique et paralympique.

Sébastien Duprat, Directeur délégué d’Egis Conseil Bâtiments, Olivier Wigniolle, Directeur général d'Icade et Rémi Cunin, Directeur général délégué d’Egis.

Crédit photo : Icade

 

Centre Nautique du Cap d'Agde Avenue du passeur Chailles, direction Plage Richelieu Est

Le 13 octobre, la ville d'Adge organise de nouveaux mouillages écologiques avec Seaboost, filiale d'Egis spécialisée dans les solutions d'écoconception visant à permettre une meilleure intégration environnementale des ouvrages maritimes dans leur écosystème.

Le maire d'Agde, souhaite une restauration écologique du littoral agathois (Hérault), mais également une optimisation et une expérimentation du balisage de la bande littorale des 300m.

En effet, les 14km du littoral d'Agde font l'objet depuis plusieurs années de balisages avec des corps-morts, pneus, béton, chaînes rouillées dégradant les milieux naturels marins des petits fonds côtiers de l'aire marine protégée

Le système de balisage de la bande des 300m concerne une centaine de bouées jaunes (hors chenaux d'accès). Il est installé entre le mois de mai et septembre, et reste sensible aux coups de mer. Il nécessite chaque année de nombreuses interventions des services de la ville pour les remettre en place in situ, voire pour les enlever entièrement et le remettre en place, parfois au cous même de la saison.  

L'objectif de la ville d'Agde est d'optimiser la gestion de ce balisage des 300m et d'expérimenter de nouveaux équipements de corps-morts multifonctionnels, de type X REEF.  

Ce concept innovant retient un intérêt grandissant chez les donneurs d’ordre, tant en France qu’à l’international dans la mesure où il constitue un outil permettant de concilier le double objectif de développement économique et de préservation des écosystèmes marins.  

Au programme :

  • Découverte du module X-REEF à terre  
  • Accompagnement en bateau en mer sur le site d'immersion à Rochelongue ( à 10 mn)
  • Rencontre avec le Maire d'Agde, Gilles D'Ettore, l'équipe de l'Aire marine protégée et la start up Seaboost

En savoir plus sur Seaboost : http://www.seaboost.fr

Crédit photo : Lapinski Matthieu - Seaboost

Le Salon des Maires et des Collectivités Locales (SMCL) est le rendez-vous annuel incontournable du secteur des collectivités locales.

Il réunit tous les grands acteurs de la commande publique avec l’ensemble de leurs partenaires institutionnels ou spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des villes, départements et régions de France.

Retrouvez les équipes d'Egis sur le stand de la Caisse des Dépôts PAVILLON 2.1 / E 12-14

Programme des conférences

Mercredi 22 novembre 2017 à 10h (Pavillon 4, salle 401) : Conférence « Territoires intelligents, innovez en confiance avec le groupe Caisse des Dépôts »

  • 11h00 : Mireille Falque, Responsable d'agence d’Egis Environnement : « Civil tech : quand les outils numériques favorisent la participation citoyenne »

Jeudi 23 novembre 2017, mini-conférences dans l’espace Agora du stand CDC :

  • 11h15-11h45 : "Modulation dynamique de la voirie permettant un partage optimisé des différents modes de circulation. Un exemple concret : la voie de bus dynamique à Lyon", avec Yves Cohen d'Egis.
  • 11h45 à 12h15 : "Wind-it, un concept innovant d’énergie décentralisée pour les zones blanches télécom", avec Xavier Odolant d'Egis.
  • 13h30-14h00 : "CYCLE UP, plateforme pour l’économie circulaire et le réemploi des matériaux de construction", avec Sébastien Duprat d'Egis et Benjamin Ficquet d'Icade.

En savoir plus

L’Association Française des Tunnels et de l’Espace Souterrain (AFTES) organise son 15ème Congrès International Palais des Congrès de Paris (Porte Maillot).

Cette année, le thème général du congrès est "L’espace souterrain, notre richesse". Il met l’accent sur la valeur latente que représente le sous-sol dans le développement de nos espaces de vie, en particulier si l’aménagement des villes s’en empare en une symbiose entre le dessus et le dessous. Il illustre aussi le foisonnement et la nécessaire imbrication des savoirs et des métiers mis en jeu pour une vie durable de ces espaces.

Retrouvez les équipe d'Egis sur le stand n°106

Egis est sponsor de l'évènement AFTES Young Member ouvert à tous les jeunes professionnels et étudiants (jusqu’à 35 ans) dans le domaine du souterrain le 14 novembre de 17h30 à 19h45.

Programme des conférences

Lundi 13 novembre

  • 14h30 - 14h50 : "RER EOLE : Conception de la gare Porte Maillot et de ses correspondances dans un milieu souterrain très dense" dans le cadre de la session "Le Nouveau Grand Paris : des conceptions ambitieuses" présenté par Benoit Bertrand.
  • 16h50 - 17h10 : "Modélisation du comportement des argilités lors du creusement de la galerie GRD du laboratoire souterrain de Meuse (Haute-Marne)" présentée par Adrien Saitta.

Mardi 14 novembre

  • 9h10 - 9h30 : "Méthodologie de détection des zones déstructurées et des cavités dans les terrains gypseux parisiens le long de la ligne 16 du Grand-Paris Express" présentée par Emmanuel Egal.
  • 9h30 - 9h50 : "EOLE - Conception du génie civil de l'entonnement Haussmann - Saint-Lazare dans un environnement complexe" présenté par Alberto Puliti.
  • 14h00 - 14h20 : "Large underground and interconnected infrastructures" présenté par Bernard Falconnat.

Mercredi 15 novembre 14h20 - 14h40 :

  • Nicolas Gilleron présente l’article soumis dans le cadre du projet Newtun avec Itech et IFSTTAR dans la session "Maîtrise des risques en travaux souterrains : retours d'expérience, nouveaux traitements contractuels".
  • Alberto Puleti et Fréderic Bultel présentent l’article sur la conception de l’entonnement HSL.
  • "La nouvelle liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin : Méthode de contractualisation et conceptin de cavernes de grande section excavées sous forte couverture" présentée par Lucy Rew, Gabriel Lopard et Murat Balatan.

> Consulter le programme complet

Pages