Communiqués de presse

12 Novembre 2014

 

Rénovation certifiée Bâtiment Basse Consommation (dite BBC) pour l’immeuble MACIF à Lille : Egis assistant à maîtrise d’ouvrage

Le bâtiment MACIF situé rue du Palais-Rihour à Lille, a obtenu en septembre 2014, le label BBC Rénovation (Bâtiment Basse Consommation). Sur cette opération de rénovation, Egis a accompagné le Groupe MACIF, depuis la phase programmation jusqu’à la livraison en novembre 2013, en qualité d’assistant à maîtrise d’ouvrage et assistant à maîtrise d’ouvrage environnement. Le label délivré aujourd’hui récompense un travail conséquent de modifications de façades, de changement des éléments de second œuvre et des systèmes de chauffage, ventilation et climatisation (CVC).

Une spectaculaire cure de jouvence

L'immeuble, qui accueillait jusqu'en 2008 des services du Conseil Régional, a terminé en 2013 une spectaculaire cure de jouvence grâce à son propriétaire, le Groupe MACIF. Une tâche que le Maître d’Ouvrage, accompagné par Egis, a confié aux architectes O. Briche et E. Thirion, de l’agence Maes pour la maîtrise d’œuvre et Eiffage en tant qu’entreprise générale.

Le suivi environnemental a été réalisé avec un objectif de consommation de -40% par rapport à la référence de la Règlementation Thermique. La mission d’Egis a été de valider les 6 critères du référentiel technique de Performance Energétique et Qualité Associée :

  • Ambiance thermique
  • Qualité de l'air
  • Ambiance visuelle
  • Ambiance acoustique
  • Facilité d'exploitation, d'entretien et de maintenance
  • Qualité de la construction

Avec 3446 m² de SHON, les points forts du bâtiment rénové par rapport au bâtiment initial sont les suivants : une diminution de la consommation d'énergie sur les usages CVC et l’éclairage, la possibilité de piloter les équipements de chauffage et climatisation par une gestion technique centralisée, l’apport de davantage de lumière naturelle dans les espaces intérieurs, des matériaux sélectionnés pour leur faible impact sur la qualité de l’air (peu ou pas émissifs en composés volatils) et enfin l’utilisation de bois issus de filière durable (label FSC).

 

04 Novembre 2014

 

L’Europe franchit une nouvelle étape dans la construction d’ITER

La construction du radier sur lequel reposera la plus grosse machine de fusion au monde vient de s’achever. Cette étape importante marque la fin de 4 années de travaux (août 2010-août 2014) et un investissement de près de 100 millions d’euros pour F4E,  l’organisation de l’Union européenne responsable de la contribution de l’Europe à ITER. Cet ouvrage a été réalisé par un groupement d’entreprises mené par GTM Sud sous la supervision de F4E et d’ENGAGE, un consortium formé par Assystem, Atkins, Empresarios Agrupados et Egis. Ce radier est conçu pour supporter quelques

400 000 tonnes de bâtiments et d’équipements dont la machine ITER pesant près de 23 000 tonnes.

Professeur Henrik Bindslev, Directeur de Fusion for Energy (F4E), explique que « L’Europe vient de franchir une nouvelle étape dans la construction d’ITER. Ce radier sert de banc d’essai pour la plus grande collaboration internationale dans le domaine de l’énergie. Une collaboration où la recherche scientifique s’allie au savoir-faire industriel pour développer une nouvelle source d’énergie de fusion ». Professeur Osamu Motojima, Directeur général de l’organisation international ITER (ITER IO) déclare  que  « L’achèvement de cet ouvrage est un moment historique pour le projet. Des années de dur labeur de la part de tous les collaborateurs d’ITER ont porté leurs fruits alors que le projet prend forme et que des progrès sont réalisés sur tous les fronts ».

©F4E

 

Le site ITER en chiffres

L’agence Européenne F4E, est le partenaire chargé de construire les 39 bâtiments et installations extérieures qu'abritera la plate-forme ITER de 42 hectares. Actuellement, 300 personnes sont engagées dans les travaux de construction et d'ici mi-2015, les effectifs devraient atteindre 1000 personnes. Parmi les  principaux défis, il faudra répondre aux besoins de main-d’œuvre qui va augmenter rapidement et à garantir aux différentes entreprises travaillant sur le site une utilisation optimale de l’espace, afin de permettre la construction de toutes les installations en parallèle et dans les délais prévus.

Le radier ITER en chiffres

Le radier est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Avec une surface de 9600 m2 et constitué d’une épaisseur d’1m50 de béton armé, il a été coulé en 4 couches successives : deux de 50 cm, une de 30 cm et une de 20cm. Le 1er des 15 plots a été coulé en décembre 2013. Suite à la validation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) quant à la robustesse des études du bâtiment, 9 sections centrales de la dalle ont été coulées en 7 semaines, les travaux se sont achevés avec succès fin août 2014. Au total, 150 travailleurs ont été impliqués dans ces travaux, 14 000 m3 de béton coulés, 3600 tonnes d’acier et 2500 platines mises en place.

493 colonnes se dressent sous ce radier, elles sont équipées de patins antisismiques  capables d’absorber les effets d’un fort séisme. De plus l’imbrication de béton et de grosses barres d’acier forment un réseau qui permettra de garantir la stabilité des fondations stables et de supporter le poids de la machine. Les études et  le processus de validation ont représentés un véritable challenge car c’est ce radier qui supportera le bâtiment principal qui abritera la machine. C’est également pour cela que ces travaux ont été placés sous haute surveillance d’ITER IO et de l’ASN.

Cet ouvrage est conforme aux exigences en matière de sûreté nucléaire faisant d’ITER la plus grosse installation nucléaire en France et la plus importante installation de fusion au monde.

Découvrez comment le radier ITER a été construit: http://bit.ly/13d78z4

 

L’évolution du site ITER

L’achèvement des travaux du radier ITER marque le début de la construction du complexe qui abritera la machine Tokamak. Le consortium VFR constitué de VINCI Construction Grands projets, Ferrovial Agroman, Razel-Bec, Dodin Campenon Bernard, Campenon Bernard Sud-Est, GTM Sud et Chantiers Modernes Sud, est en charge des travaux.

Le bâtiment Tokamak mesurera près de 80 mètres de haut, 120 mètres de long et 80 mètres de large. 16 000 tonnes d’acier et 150 000 m3 de béton seront nécessaires à sa réalisation.

En parallèle, les travaux du Hall d’Assemblage ont également commencé, bâtiment dans lequel seront assemblés les éléments de la machine. En effet, 8 premiers éléments de colonnes de la structure en acier ont été érigés à ce jour pesant près de 15 tonnes et mesurant 12 mètres de haut (la structure s’élèvera à 60 mètres de haut). Un réseau de routes temporaires, une infirmerie et un restaurant ont été achevés afin que les entreprises puissent s’installer sur le site.

 

Fusion for Energy (FE4)

F4E est l'organisation de l'Union Européenne pour la contribution de l'Europe à ITER. L'une des principales tâches de F4E est de travailler avec l'industrie, les PME et les organisations de recherche européennes pour développer et fournir un nombre considérable de composants de haute technicité ainsi que des services d'ingénierie, de maintenance et de soutien pour le projet ITER. F4E soutient les initiatives de R&D dans le domaine de la fusion à travers l'accord sur l'approche élargie signé avec le Japon et prépare la construction des réacteurs de fusion de démonstration (DEMO). F4E a été fondée sur décision du Conseil de l'Union Européenne à titre d'entité juridique indépendante en avril 2007 pour une période de 35 ans. Ses bureaux sont situés à Barcelone, en Espagne.

 

ITER

ITER est la première collaboration globale de ce type. ITER sera la plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite. Le programme a été conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technique de l’énergie de fusion. La fusion est à l’origine de l’énergie du soleil et des étoiles. Lorsque des noyaux atomiques légers fusionnent pour en former de plus lourds, une grande quantité d'énergie est libérée. La recherche sur la fusion vise à développer une source d’énergie sûre, inépuisable et respectueuse de l’environnement. La contribution de l’Europe représente près de la moitié du coût de construction de la machine; les six autres membres engagés dans cette collaboration internationale (la Chine, le Japon, l’Inde, la République de Corée, la Fédération de Russie et les États-Unis) contribueront de manière égale au reste du financement. ITER est implanté à Cadarache, dans le sud de la France.

http://www.iter.org/fr/accueil

 

 

24 Octobre 2014

 

Réouverture du Musée Picasso à Paris le 25 octobre : Egis a mené les études de conception et de suivi de réalisation des structures et des lots techniques

A la date anniversaire de la naissance de Picasso (25 octobre 1881), le Musée Picasso rouvrira ses portes dans le Quartier du Marais, samedi prochain, après deux ans de travaux.

Ce musée est abrité dans l’Hôtel Salé, magnifique hôtel particulier du XVIIème siècle qui a bénéficié d’une rénovation complète, avec mises aux normes et extension.
Au sein du groupement mené par Jean-François Bodin (Bodin & Associés SA), Architecte mandataire, Egis a mené les études de conception et le suivi de réalisation des lots de structures et des lots techniques de chauffage, ventilation et climatisation, plomberie et électricité.

Le lieu de référence qui retrace la vie et l'œuvre de Pablo Picasso

Sur une surface de 3 000 m2, l’Hôtel Salé, classé Monument Historique, abrite le Musée Picasso depuis 1985.
En 2009, le Musée décide d’entrer dans une phase de modernisation et de développement. Il s’agit d’offrir de nouveaux espaces au public et d’optimiser son fonctionnement, tout en respectant le bâtiment du XVIIe et l'œuvre de l’architecte Roland Simounet architecte lauréat du concours du musée Picasso ouvert en 1985.

Les travaux de rénovation, de mises aux normes et d’extension de l’Hôtel Salé sont conçus et réalisés sous la maîtrise d’œuvre du groupement Bodin & associés (architecte mandataire), Egis (BET lots techniques), Votruba (économiste), Ingelux Consultants (Eclairagiste) et ITAC (Acousticien). Le groupement a également assuré l’interface avec l’architecte en chef des monuments historiques.

Les principaux aménagements ont consisté à réaliser :

  • L’extension des surfaces d’exposition

Des travaux de mises aux normes techniques et réglementaires (reprise des installations techniques générales, mise en conformité des réseaux, mise aux normes SSI désenfumage, reprise des systèmes de traitement climatique..., accessibilité aux handicapés).

  • Des travaux de rénovation, réaménagement et restructuration des espaces existants (intérieurs et extérieurs).

Le groupement de maîtrise d’œuvre a également été choisi en 2012 pour mener à bien le réaménagement de l’aile technique et du jardin permettant d’accueillir les groupes de visiteurs et une salle d’activité pour les plus jeunes ainsi que les locaux abritant la production de froid et le poste de livraison électrique nécessaires au musée.

© Béatrice Hatala / Musée Picasso Paris 2014

 

23 Octobre 2014

 

Grand Prix National de l’Ingénierie : Hervé Maurer et Pierre Bock d’Egis remportentle Prix Construction et Aménagement pour la Philharmonie de Paris

Le concours du Grand Prix National de l’Ingénierie vient de récompenser Hervé Maurer et Pierre Bock pour la conception de la Philharmonie de Paris. Un Prix qui récompense un travail passionné et de haute technicité.

Située à l’entrée nord-est de la capitale, au cœur du parc à vocation culturelle de La Villette, la Philharmonie de Paris, conçue par les Ateliers Jean Nouvel, est un espace à l’architecture innovante, très sophistiqué sur le plan acoustique et esthétique. Pièce maîtresse du projet, la salle de concert de 2 400 places, conçue pour la musique symphonique, répond aux normes internationales acoustiques les plus exigeantes. Egis a assuré la maîtrise d’œuvre technique de ce projet.

C’est aujourd’hui une consécration pour Egis de recevoir le Prix Construction et Aménagement au Grand Prix National de l’Ingénierie (GPNI) pour cet équipement hors norme.

@Ateliers Jean Nouvel & Arte Factory

Un projet d’envergure exceptionnelle

Elevée sur le site de la Villette, au Nord de Paris, au sein d’un tissu urbain en pleine transformation, la Philharmonie de Paris sera un véritable lieu de vie au service de la musique. Porteuse d’un projet pédagogique et culturel fort, la Philharmonie de Paris accueillera plusieurs formations musicales en résidence permanente ou temporaire.

Ce complexe modulable d’environ 20 000 m² abritera une salle de 2 400 places, mais également ses foyers et ses espaces de répétition, un pôle éducatif, des espaces d’exposition, des locaux pour les résidences d’orchestres, un restaurant, un parc de stationnement. Tous les espaces environnants ont été aménagés pour favoriser la rencontre entre le public et les artistes. Ouvert sur le parc de la Villette, le toit de ce bâtiment minéral de 37 mètres de haut sera accessible au public et offrira une vue imprenable sur Paris et la proche banlieue.

Au coeur de ce nouveau bâtiment, la salle enveloppante de 2 400 places à l’acoustique inouïe. Se démarquant des modèles strictement frontaux, cette salle privilégie un enveloppement de la scène centrale par le public grâce à un audacieux système de balcons flottants. Une véritable intimité entre les spectateurs et le chœur sera créée : 32 mètres seulement séparent le chef d’orchestre et le dernier spectateur.

Enjeux architecturaux et haute technicité

Dès les études de conception, les équipes d’Egis ont démontré la faisabilité technique de ce projet exceptionnel. Elles ont défini les systèmes structurels et les matériaux, compatibles avec les enjeux architecturaux et les contraintes techniques du programme et ses évolutions.

Une conjugaison parfaite entre structure, acoustique et fluides

Tout l’enjeu du projet a consisté en une parfaite conjugaison entre trois disciplines, chacune représentant à elle seule un caractère hautement technique et innovant : la structure, l’acoustique et les fluides. Grâce à une équipe pluridisciplinaire, alliant la maîtrise de la conception des structures, du confort aéraulique et acoustique, de l’énergie…, Egis a rendu compatible ces différentes composantes, en créant une véritable alchimie entre elles.

Parmi les défis techniques à relever en termes de structures figuraient notamment la conception de l’écran signal extérieur de 100 mètres de longueur, culminant à plus de 50 mètres de hauteur au-dessus de la salle de concert, qui a nécessité des calculs complexes et des essais de soufflerie au vent.

Autre élément fort, les balcons-nuages, qui flottent dans la salle et ne sont rattachés aux murs que par quelques points discrets. Ce concept architectural et acoustique a nécessité une conception inédite et une prise en compte des comportements vibratoires.

L’acoustique a été au cœur des préoccupations puisque le critère de bruit de fond pour la grande salle de concert ne devait pas excéder 15 dBA, soit le bruit de la neige qui tombe la nuit dans un champ à la campagne. Cette contrainte forte a nécessité une conception de l’innervation aéraulique particulièrement innovante, en raison de l’importance des débits distribués et la volonté très ferme de l’architecte de masquer complètement les installations techniques. Les réseaux aérauliques ont donc été intégrés très en amont aux éléments de structures.

La maquette numérique au service d’une compréhension parfaite de l’ouvrage

Dès 2007, les équipes d’Egis se sont appuyées sur de nombreux moyens numériques tels que des modèles 3D, aussi bien pour la structure que pour les fluides, des modélisations CFD (Computer Fluids dynamics) pour l’analyse des conditions ambiantes de la Grande Salle et des transferts aérauliques dans les balcons ou encore des STD (Simulations Thermiques Dynamiques) pour déterminer la signature énergétique du bâtiment. Cette maquette numérique a permis un dialogue entre tous les acteurs du projet et les a convaincu de sa faisabilité. Opération réussie !

 

Chiffres clés et acteurs du projet

Chiffres clés                                                        

  • 2 400 places en configuration symphonique et près de 3 650 spectateurs (configuration public debout)
  • Superficie utile de 20 000 m²
  • 9 étages et 2 niveaux de sous-sol
  • Un écran signal de 100 m de long environ, 52 m de hauteur au faîtage, portant en deux points
  • Présence de nombreux porte-à-faux significatifs (jusqu’à 15 m)
  • Toiture circulable de grande portée (48 m)
  • 60 000 m3 de béton
  • 4 000 t de charpente
  • 40 réseaux de distribution aéraulique
  • Niveau acoustique de la Grande Salle NR 10 (15dBA)

Acteurs du projet

Maîtrise d’ouvrage : Association Philharmonie de Paris

Architectes :Atelier Jean NOUVEL & Mathieu FOREST AJN Architectes

Groupement de construction : BOUYGUES, AXIMA, INEO, CUNIN

 

22 Octobre 2014

 

Egis en Chine : Laurent Malet est nommé Directeur général d’Egis China

Laurent Malet est nommé Directeur général d’Egis China, à Pékin. Il était précédemment directeur stratégie et développement de la branche industrie-énergie du groupe.

Agé de 38 ans, diplômé de la Strathclyde University de Glasgow et de L’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, Laurent Malet a intégré le groupe en 2009 en tant que directeur commercial d’Egis Industries, après huit années passées au commissariat à l’énergie atomique (CEA). Il a porté une activité intense de développement à l’international, particulièrement en Chine, de la branche industrie-énergie d’Egis. Il a notamment mené les négociations pour le contrat d’ingénierie génie civil des deux centrales nucléaires de type EPR de Taishan et a procédé à la mise en place et l’installation en Chine de l’équipe locale dédiée au projet. Laurent est membre de la Société Française pour l’Energie Nucléaire, du bureau du Partenariat France Chine Energie (PFCE) et  membre fondateur du Partenariat France Monde Energie (PFME).

Egis China, pour construire l’avenir avec nos clients

La filiale chinoise d’Egis est la concrétisation de l’engagement durable du Groupe en Chine, commencé il y a plus de 25 ans avec la participation à la réalisation de la centrale nucléaire de Daya Bay. Elle marque la volonté de présenter une plateforme commune aux différents métiers du Groupe dans  le transport, l’urbain, l’énergie et l’industrie afin de pouvoir accompagner nos clients français en Chine, mais aussi de répondre à la demande des entreprises chinoises de plus en plus présentes à l’international, en particulier sur les grands projets d’infrastructure.

Quelques références d’Egis en Chine

  • Etudes de génie civil de l’ilot nucléaire de la centrale nucléaire de Daya Bay et assistance sur site.
  • Etudes de génie civil, d’avant-projet, de conception et  d’exécution de l’ilot nucléaire des deux centrales nucléaire de type EPR de Taishan et assistance technique sur site.
  • Lignes à grande vitesse : supervision des travaux du train à grande vitesse reliant Zhengzhou à Xuzhou, définition et suivi du contrôle qualité du projet de ligne à grande vitesse de Wuhan.
  • Planification urbaine de Zuhaï : conception de la ville nouvelle d’ Hengqin (300 000 habitants / ile de 100km2), structuration des zones d’habitations, industries, universités et campus, tourisme… et conception des routes, zones piétonnes, parcs, zones de transports, etc.
  • Aménagement routier dans la région du Xinjiang - section Korla-Kuqa: amélioration de plus de 296.5 km de routes nationales et 193km de routes secondaires, amélioration des services de transport rural et des performances des terminaux de fret.   
  • Management, coordination et assistance technique du projet du Métro léger de Macao.
  • Support à l’Aviation Civile Chinoise pour la gestion du trafic aérien : formation des agents et inspecteurs, amélioration de la gestion de la capacité, de la performance et la sécurité, etc.

 

 

16 Octobre 2014

 

Egis se renforce dans le domaine de la Gestion de Patrimoine d’Infrastructures routières avec l’acquisition d’eMash, société française spécialisée dans la fourniture de logiciels métiers

La société eMash, spécialisée dans le développement, l’installation et la maintenance de logiciels pour la Gestion de Patrimoine d’Infrastructures (GPI), rejoint Egis. Avec cette acquisition, le Groupe confirme son positionnement dans ce domaine stratégique.

La GPI concerne toutes les activités liées à la préservation de l'intégrité du patrimoine (programmation de travaux, processus d’entretien, de mise à niveau et de renouvellement de l’infrastructure), en s’appuyant notamment sur des systèmes de gestion de bases de données.

eMash, dont les bureaux sont situés à Chenove, près de Dijon, est spécialisée dans le développement, l’installation et la maintenance de logiciels pour la Gestion de Patrimoine d’Infrastructures routières. Elle propose en effet des solutions informatiques de gestion de patrimoine (traitement de mesures et données d’inspections, simulation, aide à la décision, schémas itinéraires dynamiques, cartographie interactive…), déjà opérationnelles sur plusieurs réseaux autoroutiers et compte parmi ses clients Autoroutes Paris Rhin Rhône, Autoroutes Du Maroc et Egis Exploitation Aquitaine (autoroute A63).

Cette nouvelle filiale d’Egis, prochainement rebaptisée Egis Asset Management Solutions, confirme le positionnement du groupe comme spécialiste de la gestion de patrimoine. Elle va lui permettre de développer ses activités dans ce domaine stratégique, en offrant des solutions robustes et performantes alliant réactivité et flexibilité. Cette acquisition renforce ainsi l’offre globale de services d’Egis qui couvre l’ensemble du cycle de vie des projets.

@balloide

 

16 Octobre 2014

 

Inauguration le 16 octobre du mythique Stade Vélodrome de Marseille : Une ingénierie signée Egis

L’inauguration officielle du nouveau Stade Vélodrome de Marseille aura lieu ce jour à 11 heures en présence de Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, de l’ensemble des partenaires institutionnels et de Martin Bouygues, PDG de Bouygues et Nicolas Jachiet, PDG d’Egis. Avec une capacité portée à 67.000 places, le nouveau Stade est déjà prêt à accueillir les rencontres de l’Euro 2016.
Dans ce contrat de Partenariat Public Privé, Egis a assuré les missions d’ingénierie des lots techniques concernant notamment la structure en béton armé, la charpente métallique, la couverture et l’ensemble des réseaux.

©Arema/ Egis - Rémy Gournier|© MIR

Une architecture spectaculaire et une grande capacité

Passant de 60.000 à 67.000 places, le nouveau Stade Vélodrome de Marseille bénéficie désormais d’une architecture monumentale et moderne avec la mise en avant d’une couverture blanche et translucide dont l’ondulation volontairement très marquée s’inscrit dans le paysage de la Ville en faisant écho avec les montagnes environnantes tout en suivant le mouvement caractéristiques de la traditionnelle « ola » du public. Cette nouvelle architecture est l’oeuvre du cabinet SCAU qui, associé à Didier Rogeon et aux sociétés d’ingénierie Egis (pour le Stade), Beterem et Garcia (pour le programme immobilier d’accompagnement), a conçu cette impressionnante transformation du Stade et de ses abords.

L’enceinte est aujourd’hui protégée des intempéries par une immense couverture en PTFE (fibre de verre imprégnée de téflon) fixée sur une charpente métallique tridimension-nelle de 6.000 tonnes. La démolition d’un tiers de la tribune Ganay, la démolition-reconstruction complète de la tribune Jean-Bouin et la pose de la charpente - couverture ont eu lieu dans un stade maintenu en activité.

Pendant les travaux, le Stade Vélodrome a accueilli en toute sécurité 80 matchs et plus de 3 millions de spectateurs !

Un PPP maîtrisé

Malgré de fortes intempéries, les équipes de réalisation ont réussi à tenir les délais prévus de 3 ans de travaux pour livrer l’ouvrage durant l’été 2014, dans le respect de l’enveloppe budgétaire : 269 millions d’euros.

 

Une mission d’ingénierie complète

  • Egis a assuré l’ensemble des missions d’ingénierie des lots techniques dont plus particulièrement :
  • La conception de la charpente métallique de 6.000 tonnes et de la couverture en toile tendue PTFE sur 65.000 m²
  • L’analyse des essais en soufflerie et la détermination des efforts de vent, les études d’ensoleillement de la pelouse
  • La réhabilitation des tribunes Ganay, Virage Nord et Virage Sud, la démolition et la reconstruction complète de la tribune officielle Jean Bouin pour un total de 40.000 m3 de béton, 3.800 tonnes d’acier et plus de 13 km de gradins
  • 3.000 m² de parkings
  • Le dimensionnement des structures au séisme dans le respect du critère de vibration de confort (fréquence > 5 Hz) sous charges dynamiques engendrées par le sautillement des spectateurs
  • La création d’une voie de service intérieure « VSI » sécurisée par un désenfumage de type tunnel (débit de 360.000 m3/h)
  • Un réseau multiservice centralisant l’ensemble des systèmes de vidéosurveillance, télévision, téléphonie, interphonie, billetterie, contrôle d’accès et anti-intrusion
  • Un éclairage intérieur atteignant 2.000 lux sur la pelouse pour une diffusion TV en HD, un éclairage extérieur dynamique tout en couleur pour une mise en valeur du Stade lors d’évènements nocturnes
  • La récupération des eaux de pluie de la toiture et leur réutilisation pour une autonomie du Stade en eau grise
  • La climatisation de 8.500 m² de salons privatifs
  • La conception des voiries et réseaux extérieurs
  • La gestion des modifications et le suivi des travaux dans un environnement complexe : maintien des matchs de l’OM pendant les 3 ans de travaux (jauge > 40.000 places), pelouse inaccessible, proximité d’ouvrages existants tels que le métro et la station d’épuration

 

Une aventure humaine et collective de 5 ans

Démarré en octobre 2009, le projet de reconstruction du Stade Vélodrome a duré 5 ans, impliquant plus d’une quarantaine de collaborateurs Egis, qui ont travaillé avec une intensité rare pour relever le challenge. Le travail en équipe, la concertation, la compétence et la motivation de réaliser un objet unique par son impact médiatique et la passion qu’il génère ont été les principaux moteurs de ce qui restera certainement comme une grande réussite collective.

 

 

15 Octobre 2014

 

Tunnel de Dublin en Irlande : Egis vient de signer le renouvellement et l’extension de son contrat d’exploitation et de maintenance

Suite à un appel d’offres, la Direction des Routes Irlandaise (National Roads Authority, NRA) renouvelle sa confiance envers Egis en lui attribuant le renouvellement et l’extension du contrat d’exploitation et de maintenance du Tunnel de Dublin pour une durée de 6 ans. Ce contrat fait suite à un premier contrat d’exploitation et de maintenance remporté en février 2006 par le Groupe.

Renouvellement et extension du contrat d’exploitation et de maintenance

Avec un trafic journalier de plus de 15 000 véhicules, dont 6 800 poids lourds, le Tunnel de Dublin relie l’autoroute M1 (Dublin-Belfast) et le Port de Dublin en évitant le centre-ville. Il permet ainsi de réduire le trafic poids lourds dans le centre historique de Dublin et d’alléger les principaux axes de circulation desservant le port.

Cet ouvrage majeur du plan d’investissement irlandais dans les infrastructures routières  est un tunnel à deux tubes parallèles longs de 4,5 kilomètres. Chaque tube comprend tous les équipements nécessaires pour assurer la sécurité des usagers, tels qu’un réseau d’appel d’urgence, une couverture par caméras, des liaisons inter-tubes,… Toutes les missions d’exploitation sont conduites par Egis Road & Tunnel Operation Ireland, filiale du groupe Egis, depuis un centre de supervision situé à l’extrémité sud du tunnel.

Le Tunnel Jack Lynch à Cork est quant à lui un tunnel à deux tubes long de 0,6 kilomètres immergé sous la rivière Lee à l'est du centre-ville de Cork. Il est situé sur le périphérique sud de Cork (N40) et relie également au centre-ville de Cork les autoroutes N8 et N25 situées à l'est et au nord-est de Cork.

Egis, leader du marché de l’exploitation et de la maintenance routière en Irlande

Ce contrat renforce la position d'Egis en tant que leader du marché de l'exploitation et de la maintenance routière en Irlande. Egis y exploite 450 km d’autoroutes. Parmi les projets menés par Egis en Irlande, figurent le contrat de maintenance d’équipements, le service de contrôle de vitesse national irlandais, le contrat d’exploitation, de maintenance et de services de renouvellement sur 330 km d'autoroutes dans le sud de l'Irlande, le contrat d’assistance d’EastLink Bridge à Dublin ainsi que le paiement du télépéage routier et l’accès aux parkings à travers Easytrip Services Ireland.

 

 

10 Octobre 2014

 

Word Nuclear Exhibition 2014 : Egis, acteur majeur des projets industriels

Egis, groupe de conseil et d’ingénierie, de montage de projet et d’exploitation, expose au WNE sur le stand D92. Grâce à son expérience et à la diversité des projets qu’il a menés depuis plus de 80 ans (usines, bâtiments industriels, centrales thermiques, installations nucléaires, laboratoires, réacteurs expérimentaux, etc.), Egis est un acteur de référence du secteur industriel.

Dans le domaine de l’industrie nucléaire, Egis est un acteur présent depuis la première pile nucléaire Zoé jusqu’au dernier EPR en construction à Taishan en Chine.
Egis a contribué à la réalisation de l’ensemble du parc nucléaire français.

Zoom sur ITER : La plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite

Recréer sur Terre la réaction de fusion nucléaire à l’oeuvre dans les étoiles pour libérer une source d’énergie sûre, intarissable et respectueuse de l’environnement. Le rêve qui anime la communauté scientifique depuis les années 60 se concrétise aujourd’hui au sein du projet international ITER ! Les premiers bâtiments sortent progressivement de terre à Cadarache, dans le Sud de la France. Un chantier orchestré depuis 2010 par le consortium Engage, qui rassemble quatre partenaires européens, dont Egis. Point d’étape sur ce projet extraordinaire.

Objectif : démontrer que l’industrialisation du procédé de fusion nucléaire mis au point en laboratoire est possible et ouvrir ainsi la voie à une nouvelle filière de réacteurs nucléaires.

Ce projet est le fruit d’une collaboration internationale sans précédent entre Chine, Corée du Sud, Japon, Inde, Russie, Europe et États-Unis, qui fournissent chacun une partie des composants. Baptisée F4E*, l’agence européenne prend ainsi en charge la construction du site qui accueillera le futur réacteur expérimental. En 2010, elle a confié la maîtrise d’oeuvre du projet au consortium européen Engage dont Egis est une des composantes majeures.
Le contrat comprend la construction du complexe nucléaire, avec le fameux tokamak dans lequel a lieu la réaction de fusion, et de l’ensemble des bâtiments annexes : usine cryogénique, électricité, bâtiment de retraitement des déchets…
« Nos missions vont de la conception, en passant par l’aspect procurement avec les entreprises, la supervision des travaux, jusqu’à leur réception. Pour chacune d’entre elles, nous travaillons en équipe intégrée et allons chercher les meilleures compétences au sein des différents partenaires », explique Gilles Schartle, Directeur du projet, Egis.

Aujourd’hui, près de 230 personnes sont mobilisées au sein d’Engage sur le site de Cadarache. Parmi elles, de nombreux collaborateurs Egis, notamment à la direction de projet ainsi qu’au design et pilotage du planning et de la construction. À cela s’ajoutent des sollicitations ponctuelles des différentes sociétés d’Egis pour du design de structure complexe et des études particulières (protection contre la foudre, réseaux enterrés…).

À projet exceptionnel, expertises exceptionnelles

Si le design des bâtiments auxiliaires est aujourd’hui pratiquement terminé, les bâtiments nucléaires en sont encore à la phase d’études détaillées.
« Le modèle 3D du tokamak d’ITER comporte des millions de composants. Cette machine de 30 m de diamètre sur 30 m de haut pèse plus de 30 000 tonnes, soit le poids de quatre tours Eiffel ! Elle sera soumise à d’importants effets de soulèvements et de température, qui génèrent des contraintes extrêmement sévères sur les matériaux mais aussi sur la structure des bâtiments. Sans compter qu’il faut concevoir et orchestrer leur construction, alors que le process lui-même n’est pas encore totalement défini. Cela implique d’être en liaison directe avec les développeurs des procédés pour suivre toutes les nouvelles avancées et les implémenter au fur et à mesure. On a coutume de dire que sur ITER, le soleil ne se couche jamais ! L’organisation couvre en effet tous les fuseaux horaires, avec une vingtaine de nationalités qui travaillent sur le projet 24 heures sur 24 ! » explique Alain Baudry, integrator and deputy design Manager, Egis.

Le projet sort de terre

Aujourd’hui la construction sur le site est une réalité. Par exemple, le bâtiment principal « bâtiment Takamak », après avoir reçu tous les accords des autorités compétentes, est en cours de construction et d’importantes étapes ont déjà été franchies.

 

16 Septembre 2014

 

Métro du Grand Paris : Egis remporte deux marchés de maîtrise d’œuvre pour la ligne 16

Egis a été désigné par la Société du Grand Paris pour diriger la maîtrise d’œuvre complète des infrastructures de la future ligne 16 du métro du Grand Paris. Les deux marchés de maîtrise d’œuvre attribués aux groupements pilotés par Egis s’élèvent respectivement à 67,5 et 25 millions d’euros.

 

Depuis l’été 2013, Egis conduit également la maîtrise d’œuvre des Systèmes de l’ensemble des lignes 15, 16 et 17, en partenariat avec SETEC ITS, ainsi que la maîtrise d’œuvre du Site de Maintenance et Remisage de la ligne 15 , situé à Champigny, en partenariat avec Richez & Associés. Egis est particulièrement fier que la Société du Grand Paris lui renouvelle ainsi sa  confiance pour mener à bien la maîtrise d’œuvre de ses projets.

La complexité d’un réseau interfacé

La future ligne 16 du métro du Grand Paris, d’une longueur de 28 km, comporte 9 gares souterraines dont Saint Denis Pleyel, gare d’interconnexion des lignes 14, 15, 16 et 17, et 6 autres gares en correspondance avec des lignes Transilien, RER, métro et tramway.

Le groupement de maîtrise d’œuvre Egis (mandataire) – Tractebel Engineering France –  Arep – Jean Marie Duthilleul – Atelier Schall – Beckmann N’Thépé – Berranger & Vincent, est attributaire du tronçon de 22 km comprenant les 7 gares du Bourget RER, Le Blanc-Mesnil, Aulnay, Sevran-Beaudottes, Sevran-Livry, Clichy-Montfermeil et Chelles. Ce tronçon comprend également les tunnels de raccordement à la future ligne 17. Pour ce premier marché de 67,5 M€, le processus d’appel d’offres, initié dès fin 2012, a fait l‘objet de plusieurs évolutions selon les orientations gouvernementales de mars 2013, et en particulier l’optimisation du coût d’investissement  avec le changement de dimension des gares passées de 120 m de long lors des premières phases d’appel d’offres, à 54 m ensuite.

Par ailleurs, le groupement de maîtrise d’œuvre Egis (mandataire) – Tractebel Engineering France – Chartier Dalix, est attributaire d’un second marché de 25 M€ pour le tronçon de 6 km, commun aux lignes 16 et 17, comprenant les 2 gares de Saint Denis Pleyel et de la Courneuve. Ce tronçon comprend également le tunnel de jonction de la ligne 14 à la gare de Saint Denis Pleyel.

Le montant prévisionnel des travaux d’infrastructures est de 2 milliards d’euros.

La durée de nos missions de maîtrise d’œuvre est de 120 mois avec l’objectif d’une mise en service de la ligne 16 en 2023. 

 

Pages

Recevez nos communiqués