Communiqués de presse

22 Août 2013

 

Egis contribue à la mise en oeuvre de procédures courbes et « vertes » pour les hélicoptères

Egis apporte un support à la définition et à la mise en oeuvre de procédures « courbes » pour les hélicoptères, en consortium avec Pildo Labs, CGX AERO et la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne) ; ces trajectoires courbes qui nécessitent un guidage précis permettent une forte réduction des nuisances sonores en réduisant le survol des zones urbaines.

© Eric Raz - Eurocopter

Un enjeu environnemental : CleanSky

Face à l’augmentation constante du trafic aérien, diminuer l’impact environnemental des aéronefs est devenu un enjeu majeur, y compris pour les hélicoptères. Dans cette perspective et conjointement avec l’industrie aéronautique, la Commission Européenne a créé l’Entreprise Commune CleanSky dont le but est de développer des technologies réduisant l’empreinte environnementale du transport aérien (diminution du bruit, des émissions gazeuses et de la consommation de carburant des aéronefs).

Le projet CARE (Curved Applications for Rotorcraft Environmental enhancements) est l’une des initiatives lancées dans ce but par CleanSky. Il s’agit de concevoir pour les hélicoptères des procédures de vol aux instruments (IFR ou « Instrument Flight Rules ») courbes et basées sur la navigation par satellite renforcé (GNSS-SBAS).

Dans le cadre de ce projet d’une durée de deux ans, Egis a été sélectionné par CleanSky en tant que leader d’un consortium réunissant également la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC/DSNA) et les sociétés Pildo Consulting et CGX AERO, afin d’apporter un support à la conception et à la mise en oeuvre des procédures IFR courbes GNSS-SBAS pour hélicoptères.

La première étape de ce projet consistera à définir les critères de conception de ces procédures en prenant en compte à la fois les caractéristiques des hélicoptères et l’utilisation du système de positionnement par satellites GNSS-SBAS.

Dans un deuxième temps, l’étude portera sur l’analyse des bénéfices associés au guidage GNSS-SBAS et à la mise en application de telles procédures.

Enfin, après avoir évalué la sécurité de ces nouvelles procédures courbes, l’équipe projet en assurera la promotion auprès des différents acteurs concernés.

Une avancée pour le transport aérien

Des trajectoires moins bruyantes

Ces nouvelles trajectoires courbes présentent un intérêt majeur car elles permettent aux hélicoptères d’éviter le survol des zones urbaines sensibles aux nuisances sonores, notamment grâce à la précision apportée par le guidage complet GNSS-SBAS lors des départs et pendant les approches.

Ces procédures de moindre bruit sont ainsi une véritable avancée en matière environnementale. Elles rencontrent l’intérêt grandissant des aéroports et des opérateurs pour limiter les nuisances dans les zones survolées par les hélicoptères.


Une sécurité accrue

Le guidage satellitaire GNSS-SBAS offre en outre aux hélicoptères une navigation plus précise et plus performante. Les procédures courbes leur permettent de naviguer dans des environnements complexes (zones montagneuses) et d’effectuer des approches à forte pente sécurisées vers des zones difficiles d’accès ou à très forte densité urbaine. L’enjeu est particulièrement important lorsqu’il s’agit de transport médical vers des hôpitaux de centre-ville ou d’opérations à proximité d’un aéroport sans interférer avec le trafic avion environnant.

A travers ce projet, Egis démontre une nouvelle fois sa forte implication dans les enjeux environnementaux du transport aérien.

 

05 Août 2013

 

L’excellence de l’ingénierie française à l’honneur pour la construction du futur réseau de métro à Riyad

EGIS et SYSTRA remportent, en association avec l'américain PARSONS, le contrat pour le management de projet et la supervision de la construction de trois lignes du futur métro de Riyad en Arabie Saoudite : un contrat de 425 M€

« C'est le savoir-faire et les compétences techniques de l'ingénierie française qui ont été reconnus. Cette alliance réunit au sein d'un même groupement l'ensemble des savoir-faire et permet aux deux grandes ingénieries ferroviaires françaises de démontrer leur complémentarité pour gagner des contrats de cette taille, des projets complexes et exceptionnels réalisés en un temps record. Nous sommes fiers de participer ensemble, avec nos collègues de Parsons, à ce développement sans précédent des transports publics au service de la population de Riyad » ont indiqué Pierre Verzat, Président du Directoire de SYSTRA et Nicolas Jachiet, Président-directeur général d'EGIS.

©Egis

 

Un projet de métro complexe et de très grande envergure, à réaliser en un temps record

Après l'attribution des lots de construction, l'Arriyadh Development Authority a attribué les marchés relatifs au management de projet dans le cadre de la construction de son futur réseau de métro.
Le consortium formé par les sociétés PARSONS, EGIS et SYSTRA, dont Parsons est le mandataire, s'est vu attribuer le 1er août 2013 le marché pour le management de projet et la supervision de la construction des lignes 1, 2 et 3 du métro de Riyad. Le montant du contrat représente 425 M€ pour le groupement, soit près de la moitié des prestations d'ingénierie attribuées pour les 6 lignes.

Avec un réseau routier très encombré, Riyad, dont la population actuelle de 5,7 millions habitants devrait passer à plus de 8 millions en 2030, a un besoin vital d'une rapide augmentation de capacité de transport public.
En décembre 2012, l'Arriyadh Development Authority (ADA), la haute Autorité de développement de la ville de Riyad, lance un appel d'offres international auprès des grandes ingénieries mondiales pour le management de projet et la supervision de la construction des 6 lignes de métro, découpées en 3 lots.
Ce projet est de très grande envergure de par sa taille et ses délais de réalisation extrêmement serrés. Le futur réseau devra être construit en 5 ans et se composera de 6 lignes automatisées, totalisant 177 km dont 60 km réalisés en souterrain, 81 km en viaduc et 36 km au sol. Il comprendra 92 stations.
Le projet présente toutes les caractéristiques des métros automatiques modernes y compris pour la sécurité et le confort des passagers.

Les missions du consortium

Le groupement PARSONS/EGIS/SYSTRA a remporté deux des trois lots mis en compétition regroupant les lignes 1, 2 et 3, soit 108 Km et 55 stations. Le contrat va nécessiter la mobilisation de près de 1000 personnes sur Riyad durant les travaux.
Intervenant pour le compte de l'ADA, le groupement sera chargé de la validation des études, du pilotage et de la coordination des travaux, de la réception des ouvrages et de la validation des essais avant mise en service.
Les marchés de conception –construction seront réalisées par le consortium BACS (conduit par Bechtel et Siemens) pour les lignes 1 et 2 et par Arriyadh New Mobility (conduit par ANSALDO STS, Impregilo et Bombardier) pour la ligne 3.

Une présence de longue date sur ce projet

Parallèlement à cette mission, EGIS avait travaillé depuis plusieurs années pour l'ADA, sur les études d'avant-projet qui ont conduit au projet actuel de métro. EGIS a élaboré en 2012 le cahier des charges pour la consultation des consortiums de conception-construction et a assisté ces derniers mois l'ADA dans le choix de ceux-ci.

 

22 Juillet 2013

 

Egis est désigné concessionnaire des aéroports d’Ostende-Bruges et d’Anvers en Belgique

Ce 19 juillet 2013, le Gouvernement flamand a déclaré Egis adjudicataire des deux appels d’offres pour la mise en concession de service public de l'exploitation des aéroports d’Anvers et d’Ostende-Bruges pour une durée de 25 ans.

© Ad Meskens

Carlo Ciattoni, Directeur de Projet en charge de cette affaire au sein d'Egis, se félicite de la « confiance que le Gouvernement flamand a accordée à Egis et de l'esprit de bonne collaboration qui a prévalu pendant le montage de ce partenariat public-privé, un bon augure pour les débuts de cette longue coopération de quelque 25 années ».

Egis et le Gouvernement disposent maintenant d'une période de transition d'environ six mois pour finaliser toutes les conditions nécessaires au transfert de compétences d'une part et au transfert d'une partie du personnel d'autre part aux deux filiales d'Egis constituées à cet effet, le LEM Oostend-Brugge, et le LEM-Antwerpen.[1]

Ces LEMs seront notamment responsables de la gestion des plates-formes au quotidien, de leurs opérations et de l'entretien d'une partie de ses installations tandis que les infrastructures dites de base (les pistes et autres voies aéronautiques, les routes d'accès aux aéroports, etc.) demeureront entretenues et développées par la Région, via des sociétés publiques de développement aéroportuaires (LOMs[2]) également en cours de création.

Les sociétés concessionnaires auront bien sûr la responsabilité du développement commercial afin d'assurer la rentabilité nécessaire pour financer le plan d'investissement de quelque 7 millions d'euros qu'Egis a prévu pour ces deux plates-formes.

Selon Jean-Paul Desgranges, le Directeur au sein d'Egis qui assurera la direction générale de ces deux LEM pendant la phase pré-opérationnelle, « Anvers et Ostende-Bruges sont deux aéroports très complémentaires. L'Aéroport d'Anvers, malgré sa piste courte, a un rôle important à jouer dans la promotion économique de la Région en développant le trafic d'affaires européen court courrier. Ostende-Bruges, avec sa piste de 3200 mètres pouvant recevoir des avions de toute nature, peut s'imposer comme la porte d'entrée de la Flandre pour les flux touristiques. Il peut également offrir une alternative importante aux autres aéroports belges voire du nord de la France, tant pour le trafic touristique émetteur que pour le transport de fret, dans le respect bien sûr des contraintes environnementales existantes ».

Plusieurs compagnies aériennes ont déjà manifesté leur intérêt pour desservir l’un ou l’autre de ces aéroports sur lesquels plusieurs nouvelles lignes devraient être ouvertes dans les trois prochaines années.

Ces deux aéroports représentent 250 emplois, sans compter les emplois indirects, non seulement sur les plates-formes, mais aussi dans les secteurs connexes comme le tourisme.

[1] LEM (Luchthaven Exploitatie Maatschappij), soit Société d'exploitation aéroportuaire en flamand

[2] LOM (Luchthaven Ontwikkelings Maatschappij), soit, Société de développement aéroportuaire en flamand

 

 

 

16 Juillet 2013

 

Egis, acteur du projet européen SCIENCE

(Steel Concrete for Industrial, Energy and Nuclear Construction Efficiency)

Egis a été désigné avec six autres partenaires pour conduire le projet de recherche européen SCIENCE (Steel Concrete for Industrial, Energy and Nuclear Construction Efficiency). Portant sur un nouveau procédé de construction des bâtiments dits sensibles, le projet a pour but d’écrire la nouvelle règlementation européenne régissant la construction nucléaire. Une des missions d’Egis est le dimensionnement d’un bâtiment nucléaire entièrement réalisé sur la base du procédé « Steel-Concrete structure » (SC).

Photo © Mathias Ridde

 

Un procédé de construction innovant

Le projet SCIENCE porte sur un type de structure appelé « Steel-Concrete (SC) structure » qui permet la modularisation de bâtiments nucléaires et un gain de temps significatif pour la construction.


Il s’agit d’une structure mixte particulière : le béton est coulé à l’intérieur d’un caisson en acier qui joue à la fois le rôle de coffrage et d’armatures.


Au cours de ce projet, des essais expérimentaux et des calculs numériques seront réalisés afin de déterminer des formules de dimensionnement pour les structures composites SC.


Le rôle d’Egis dans ce projet porte notamment sur le dimensionnement d’un bâtiment nucléaire entièrement réalisé sur la base du procédé SC. Bien connu des américains et des japonais, ce procédé est encore très peu utilisé en France.

Nouvelle règlementation européenne

L’objectif du projet de recherche SCIENCE, financé en partie par la CEE, est de rédiger une nouvelle règlementation européenne sur la construction des sites sensibles selon ce procédé.


Les formules seront introduites dans un document permettant d’utiliser en France et en Europe ce nouveau mode de construction pour les centrales.


Les sept partenaires du projet sont EDF (Electricité de France), Egis, The Steel Construction Institute LBG, University of Surrey, Teknologian Tutkimuskeskus VTT, Karlsruher Institut fuer Technologie et le Centre Technique Industriel de la Construction Métallique.

 

05 Juillet 2013

 

Inauguration du port d’escale de Carabane (Sénégal)

Egis maître d’œuvre

Samedi 6 juillet 2013, l’État du Sénégal inaugure le nouveau port d'escale de Carabane. Ce projet de réhabilitation de la ligne maritime Dakar-Ziguinchor a été entrepris suite au naufrage du navire Joola en septembre 2002. L'ancienne capitale de la Casamance voit se concrétiser un ouvrage majeur pour l'île, classée au patrimoine historique et environnement touristique. Egis a assuré la maîtrise d'œuvre du port d'escale.

Crédit image © Egis

 

Un ouvrage ambitieux

Egis, riche de sa connaissance historique du Sénégal depuis les années 1960, grâce notamment à l’étude menée pour l’escale de Dakar et la maîtrise d’œuvre complète de la reconstruction du port de Ziguinchor, est désigné en 2009 pour assurer la maîtrise d’œuvre travaux du port d’escale de Carabane.

L’objectif de l’Etat du Sénégal, représenté par le Ministère de la pêche et des affaires maritimes et l’Agence Nationale des Affaires Maritimes (ANAM), est l’amélioration globale de la liaison Dakar-Carabane-Ziguinchor par la construction d’un débarcadère plus sécurisé. Le nouveau port d’escale garantit aux nouveaux navires, qui assurent la liaison maritime, un accostage en toute sécurité.

Le projet devait répondre à des ambitions politiques, économiques et sociales dans un contexte sensible. Ce nouveau port d’escale devait notamment favoriser la production régionale de Carabane et l’échange avec le marché de Dakar afin de désenclaver la Casamance.

L’inauguration sera également l’occasion de rendre hommage à Malang Badji, célèbre artiste-peintre sénégalais, disparu en avril 2013.

Les missions d’Egis

Le port escale de Carabane est le résultat d’un processus de conception et de suivi de réalisation en plusieurs étapes menées par les équipes d’Egis.

En premier lieu, elles ont assuré l’étude du débarcadère comprenant :

  • un diagnostic de la situation actuelle et l’analyse des besoins avec la participation de la population locale et des autorités de la Région et de l’Etat,
  • la sélection du site optimum permettant un accostage autonome des navires en fonction des courants et de l’évolution prévisible des fonds marins,
  • l’élaboration d’un schéma d’aménagement d’un débarcadère adapté aux contraintes naturelles, économiques, logistiques et environnementales au niveau d’Avant-Projet Sommaire (APS),
  • l’Avant-Projet Détaillé (APD) du débarcadère à l’issue de campagnes de topographie, bathymétrie, et géotechnique,
  • l’élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) 

Egis a également mené l’étude d’impact environnemental et sociétal sur l’île abritant des vestiges historiques et candidate pour être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, les équipes d’Egis ont assuré  la supervision des travaux en s’assurant du respect de la philosophie du projet jusqu’à sa réalisation finale.

 

 

01 Juillet 2013

 

Deuxième contrat d'exploitation d'autoroute turque attribué à Egis en un an

Le 24 juin 2013, Egis a signé un contrat pour l’exploitation et la maintenance de l’autoroute Gebze-Izmir en Turquie avec OTOYOL, le concessionnaire désigné par la Direction Générale des Autoroutes de Turquie (« KGM »). Ce nouveau contrat est le second remporté par Egis en Turquie, après celui du Tunnel Eurasia attribué en décembre 2012 (tunnel routier à double étage de 5,4 km sous le Bosphore).

Photo © Alberto Tortola

 

Egis actionnaire à 50% de la société d'exploitation

OTOYOL YATIRM ve IŞLETME A.Ş. ("OTOYOL AS") a été choisi par la Direction Générale des Autoroutes de Turquie ("KGM") comme le concessionnaire privé pour ce projet.

Après la signature du contrat de concession entre les deux parties en septembre 2010, OTOYOL AS a réalisé le bouclage financier de la première phase le 15 mars 2013.

Après un processus d'appel d'offres, Il a choisi Egis comme exploitant de l’autoroute.

Egis sera actionnaire à 50% de la société d'exploitation. Les 50% restants seront détenus par les actionnaires de la société concessionnaire.

L'exploitant sera en charge des services pré-opérationnels, de l'exploitation, de la maintenance et de la gestion du péage de l’autoroute pour OTOYOL AS pendant 22 ans et 4 mois.

Détails du projet

Le projet Gebze-Izmir est un projet d'autoroute à péage concédé par la Direction Générale des Autoroutes de Turquie basé sur le modèle Construction-Exploitation-Transfert (CET ou BOT en anglais). Ce projet est le plus grand projet de CET dans le pays à ce jour. Il comprend 420 km d’autoroute (à 2x3 voies) entre Gebze, sur la rive nord de la baie d'Izmit, et Izmir avec un pont suspendu de 3000 m de long traversant la baie d'Izmit, trois tunnels d'une longueur cumulée de plus de 6 km et 20 gares de péage. Le projet sera réalisé en deux phases. La première phase du km 0 (Gebze) au km 58 comprend le pont suspendu de 3000 m, le Izmit Bay Bridge, qui sera l'un des plus longs ponts suspendus au monde par la longueur de sa travée centrale.

Le trafic prévu pour la première phase est de l’ordre de 40 000 véhicules par jour.

L'exploitation de la première phase débutera à la fin de la période de construction après 3,5 ans de travaux et l’exploitation de la deuxième phase mi 2020.

Ce nouveau succès renforce la présence d'Egis dans l’exploitation d’autoroutes et de tunnels, la maintenance et les activités de péage en Turquie.

 

26 Juin 2013

 

Egis renforce sa stratégie de développement dans le domaine portuaire et maritime

L’ingénierie portuaire et des travaux maritimes, notamment pour les grands projets complexes et ouvrages par grande profondeur, offre de fortes perspectives de développement, en France et à travers le monde.  Avec la création d’Egis Ports, Egis dynamise sa progression dans ce secteur à fort potentiel. Pierre Aristaghes prend la direction de cette nouvelle filiale qui regroupe les compétences spécialisées du groupe.

 

Photo du Grand Port Maritime de Marseille © Rama

 

Un domaine en plein essor

Egis vise les ports de commerce et terminaux spécialisés (vracs, miniers, gaz naturel liquéfié (GNL), etc.), les marinas, les extensions en mer (îles artificielles, etc.) et les problématiques liées à la lutte contre l’érosion et la submersion des côtes.

Egis regroupe l’ensemble de ses experts dans ce domaine et crée une filiale dédiée, Egis Ports, pour intervenir sur trois métiers :

  • le conseil en matière de développement portuaire, s’appuyant sur une connaissance des aspects exploitation, économiques et institutionnels des ports et voies navigables
  • le design des ouvrages portuaires (digues, quais, jetées, etc.) et la conception d’ensemble des ports et terminaux
  • l’hydraulique maritime et le génie côtier

Egis Ports est dirigée par Pierre Aristaghes qui a rejoint le groupe fin 2012.

Des projets emblématiques

Ces dernières années, les équipes d’Egis ont apporté toute leur expertise à de multiples projets parmi lesquels :

les études d’infrastructures du port minéralier de l’île de Weda Bay (Indonésie) où se situe l’un des plus importants gisements de nickel non encore exploités au monde

  • l’assistance technique pour la construction du nouveau port de Zadar (Croatie) pour désengorger la ville, classée au patrimoine mondial de l'Unesco
  • l’assistance à maîtrise d’ouvrage du nouveau port en eau profonde de Kribi (Cameroun) mission récemment prolongée par la préparation de sa mise en exploitation
  • la maîtrise d’œuvre complète de la Nouvelle Route du Littoral (La Réunion) à une centaine de mètres des côtes, entre Saint-Denis et La Possession.
  • La participation au programme de Réhabilitation Ecologique du Littoral dans le Grand Port Maritime de Marseille, dans le cadre du savoir-faire en éco-conception développé par Egis.

Pierre Aristaghes, nommé directeur général d’Egis Ports

Ingénieur des Ponts et Chaussées, Pierre Aristaghes a débuté sa carrière en 1981 au BCEOM (aujourd’hui Egis International).

En 1990, il rejoint Bouygues TP comme directeur Études et Développement, en charge notamment des études de tunnels mais aussi des études portuaires. Il a travaillé sur  la conception de variantes pour le Front de Mer de Beyrouth, le premier port à conteneurs de Tanger Med, un terminal à conteneurs en République Dominicaine, ainsi que la conception hydraulique de digues à Monaco.

Directeur de l’ingénierie Travaux Maritimes de Saipem (filiale du groupe pétrolier italien ENI, spécialisée dans l’ingénierie et la construction de complexes industriels) depuis 2004, il a notamment développé des concepts gagnants pour deux autres ports à Tanger et trois terminaux méthaniers au Pérou, en Algérie et en Australie. Il a également obtenu un important contrat d’études pour un complexe portuaire complet en Australie, et travaillé sur des extensions urbaines en mer à Monaco et La Réunion.

 

24 Juin 2013

 

La bibliothèque universitaire de Rennes transformée : le défi relevé par Egis

L’inauguration de la Bibliothèque universitaire de Rennes, mardi 25 juin 2013, consacrera un projet de restructuration qui a donné à Egis l’occasion de montrer l’ensemble de ses expertises. Le projet signé par l’architecte Bruno Gaudin a suscité des enjeux liés à l’ingénierie des structures légères, façades et environnement, comme aux capacités d’expertise en géométries complexes.

 

Photo © Stéphane Chalmeau | Photographe d’Architecture

 

Un équilibre thermique, visuel, acoustique

Travaux en site occupé, cibles HQE et couverture d’un patio ont été les objectifs majeurs du projet de restructuration du bâtiment ancien et de l’extension qui accueille aujourd’hui la Bibliothèque Universitaire de Rennes. Cette extension comprend :

  • la couverture du patio existant pour créer une grande salle de lecture
  • la construction du Centre d'Excellence Jean Monnet comprenant une salle de conférence, des bureaux et une salle Collège Droit Européen.

 

Le Centre d’Excellence Jean Monnet (CEJM) contraste par son esthétique moderne avec le classicisme du bâtiment existant : excroissance vitrée en pignon sud, bardage, brise-soleil verticaux et couverture inox.

Le défi que représente la modernisation d’un bâtiment existant pour le rendre plus performant tout en conservant son genius loci  a mené nos équipes à concevoir la couverture d’une cour par une voûte vitrée. Membrane transparente soufflée, la toiture vitrée devient le symbole d’une relation osmotique avec la ville. Une géométrie issue d’un processus de recherche d’efficacité structurelle et de rationalisation. Sa typologie, rapport entre les pleins et les vides, a fait l’objet d’une recherche d’équilibre entre les problématiques structurelles, géométriques, thermiques, visuelles et acoustiques.

Une maîtrise d’œuvre d’innovation portée par l’entité dédiée du groupe Egis : Elioth.

 

Missions haute qualité

Au sein des missions techniques d’Egis (second œuvre, diagnostic, ingénierie environnementale…), la Simulation Thermique Dynamique (STD) a permis le confort thermique des espaces de lecture aménagés sous verrière et une isolation performante validée par thermographie réalisée en fin de chantier.

 

Ces performances répondent aux cibles HQE fixées dès l’amont : gestion optimale de l'énergie, intégration du bâtiment dans un espace construit, garantir des conditions optimales de travail et d'études, gérer un chantier sur site en exploitation et assurer la maintenance. Première phase du projet global, elle devrait être complétée par la réorganisation et modernisation des espaces de la zone Nord et des zones magasins d’archives.

 

14 Juin 2013

 

Egis dirigera la construction du nouvel hôpital de Liège

Le futur Centre Hospitalier Chrétien (CHC) de Liège, en Belgique, mise sur un meilleur accueil des patients, une architecture au service des soins et une revalorisation de la friche industrielle sur laquelle il sera construit. Egis a remporté la mission de constructeur manager de ce complexe jusqu’à son ouverture en 2017.

 

L’ingénierie au service des patients

Pour cette opération, le CHC confie à Egis la mission de management de la construction, indépendant des entreprises. Pluridisciplinaire, Egis applique ici sa maîtrise des techniques hospitalières, des coûts et délais de l’opération globale et son savoir-faire en matière d’organisation et d’articulation des interfaces (entreprises, concessionnaire, exploitant). Son expertise de management de projet couvre les phases études et travaux, veillant notamment à la sureté et sécurité sur chantier.
Une équipe de 12 ingénieurs d’Egis est dédiée à ce projet.

Un hôpital high-tech

Le nouvel hôpital conçu par les architectes AAH (Artau-Assar Architects-Hoet + Minne) ouvrira courant 2017 et regroupera l’activité des cliniques St-Joseph (Liège), l'Espérance (Montegnée) et St-Vincent (Rocourt). Conçu pour offrir de l’ergonomie aux utilisateurs (patients, acteurs de soins, fournisseurs), il assurera aux patients une prise en charge personnalisée, dans un lieu de soins résolument moderne :
• bâtiment basse énergie
• architecture axée sur la lumière (larges ouvertures, lumière naturelle dans les lieux de vie)
• médecine de pointe et équipement d'avant-garde dans un environnement humain
• belle visibilité sur la ville, accès aisé en voiture, en transport en commun ou à vélo (Ravel)
• large aire de stationnement (2000 places)
L’hôpital offrira une gamme complète de soins (consultations, hospitalisations, examens médicaux), 720 lits d'hospitalisation classique et 120 postes d'hôpital de jour. Ses 2800 travailleurs (salariés, médecins et prestataires indépendants) évolueront dans un environnement ergonome et humain.

 

 

17 Mai 2013

 

Egis publie le guide de gestion des eaux pluviales

Devant le vif intérêt de la profession pour l’amélioration de la gestion des eaux pluviales lors des chantiers, Egis vient de publier un guide méthodologique sur l’hydraulique provisoire en phase travaux avec des bonnes pratiques, des éléments de réponses techniques aux attentes institutionnelles et une préparation aux risques liés aux épisodes pluvieux importants.

 

De la bonne gestion des eaux pluviales sur les chantiers

La maîtrise des eaux de ruissellement et des écoulements naturels extérieurs est devenue un des facteurs clé de réussite d’un chantier respectueux de l’environnement. Il devenait nécessaire de pouvoir disposer d’un guide méthodologique référent.


Pour le milieu aquatique environnant, l’enjeu est à la fois quantitatif du fait de la modification des conditions d’écoulement des eaux et qualitatif par le risque de dégradation de la qualité des milieux (pollution par les matières en suspension, ou des hydrocarbures…).
Les précipitations importantes sont bien sûr un facteur aggravant du risque. La planification des travaux, et l’organisation des chantiers se doivent de les prendre en considération. C’est un enjeu pour le projet lui-même puisque toute occurrence de pollution due directement ou indirectement aux travaux aurait un impact direct sur son déroulement. Ces sujets sont cruciaux pour les acteurs des projets.
L’ensemble des acteurs du projet s’exposent à des poursuites si les travaux ne respectent pas les dispositions visant à protéger les milieux. Nombre de chantiers de travaux font par ailleurs l’objet de contentieux et d’arrêts de chantier liés à des constats d’impacts du milieu aquatique.

 

Toutes les phases du projet dans un référentiel

Cet ouvrage s’articule autour de cinq chapitres :

  • Une présentation précise et illustrée des enjeux et des risques,
  • Un rappel du cadre législatif et réglementaire identifiant les procédures et spécifications à respecter, les travaux concernés et les points de vigilance,
  • Une aide méthodologique en phase conception qui synthétise les sujets à prendre en compte et les écueils à éviter,
  • Un recueil des contrôles et opérations de suivi environnemental qui définit les actions à mener,
  • Des fiches techniques illustrées dévoilant les bonnes pratiques de chantiers récents (Autoroutes A89, A65, A51, LGV Rhin-Rhône, …), et les techniques classiques et les solutions innovantes.

Ce guide est disponible sur commande documentation.egis-sa@egis.fr au prix de 20€ HT.

 

Pages

Recevez nos communiqués