Communiqués de presse

24 Février 2016

 

Grand Paris Express : Egis remporte la mission de maîtrise d’oeuvre Systèmes de la ligne 18 du métro du Grand Paris Express

Egis vient de renforcer significativement sa présence sur le métro du réseau de transport public du Grand Paris, en remportant la mission de maîtrise d’oeuvre Systèmes et Equipements de la ligne 18.

Pièce majeure du développement urbain en Ile-de-France, le métro du Grand Paris va augmenter significativement la taille du réseau de transport public, avec à terme la réalisation de 200 km de lignes nouvelles et de 68 gares supplémentaires.

[pdf - 182.02 Ko]

 

La ligne 18 assurera la liaison Aéroport d’Orly - Versailles Chantiers

La ligne 18 assurera la liaison Aéroport d’Orly - Versailles Chantiers en 32 minutes et permettra la desserte des pôles stratégiques du sud-ouest francilien, via 10 nouvelles gares.

Comprenant une portion souterraine de 21 km et une portion aérienne de 14 km, en traversée du Plateau de Saclay, la future ligne permettra des correspondances rapides :

  • à Orly, avec la ligne 14 prolongée, ainsi qu’avec la plate-forme aéroportuaire,
  • à Massy Palaiseau, avec les RER B et C, ainsi qu’avec de nombreuses liaisons TGV,
  • à Versailles Chantiers, avec le RER C et les Transiliens.

Sa réalisation est prévue en 2 phases :

  • tronçon d’Aéroport d’Orly à CEA Saint-Aubin, en 2024
  • tronçon de CEA Saint-Aubin à Versailles-Chantiers à l’horizon 2030.

Pour cette nouvelle ligne, la Société du Grand Paris a choisi les principes d’un matériel roulant en conduite automatique : roulement sur fer, alimentation par troisième rail, longueur de 45 m (avec possibilité d’extension à 60 m) et largeur d’environ 2,50 m. Les rames permettront l’accueil d’environ 350 personnes et une vitesse commerciale moyenne de 65 km/h. La fréquence envisagée pour répondre à la demande de trafic en 2030 est de 3 minutes, nécessitant un parc de 30 rames.

Une mission aux forts enjeux techniques et environnementaux

La nouvelle mission de maîtrise d’oeuvre d’Egis concerne l’ensemble des systèmes de la ligne, des gares et des sites de maintenance et d’exploitation. Elle inclut les courants forts, les courants faibles, les façades de quais, la ventilation du tunnel, le système de guidage, mais également le matériel roulant, la conduite automatique des trains et les postes de contrôle /commande centralisés.

Les défis sont nombreux, l’image technique des systèmes de la ligne devant refléter l’ambition d’excellence technique du Plateau de Saclay et l’insertion harmonieuse de la ligne dans un territoire aux forts enjeux environnementaux. La mission est prévue pour une durée de 14 ans et représente un contrat de 40 M€ HT.

Egis, partenaire de confiance de la Société du Grand Paris

Avec cette nouvelle mission, Egis conforte son enracinement auprès de la Société du Grand Paris et se pose en acteur incontournable du plus grand projet de transport et d’aménagement urbain de la métropole. Outre les systèmes et équipements de la ligne 18, Egis est également maître d’oeuvre, depuis l’été 2013, des systèmes des lignes 15, 16 et 17, en partenariat avec SETEC ITS, ainsi que du site de maintenance et remisage de la ligne 15, situé à Champigny, en partenariat avec Richez & Associés.

Fin 2014, Egis obtient la maîtrise d’oeuvre complète des infrastructures de la ligne 16 (28 km, 14 gares souterraines), en deux lots d’importance :

  • Un premier marché, d’un montant de 67,5 millions d’euros, concerne le tronçon de 22 km Noisy-Champs-Le Bourget RER qui comptera 7 gares. Le groupement dirigé par Egis associe Tractebel Engineering France et les cabinets d’architecture Arep, Agence Duthilleul, Atelier Schall, Beckmann-N’Thépé, Berranger & Vincent.

  • Le second marché concerne le tronçon Le Bourget RER-Saint-Denis Pleyel-Mairie de Saint-Ouen (ligne 14 Nord et 17 Sud, 7,5 km, 2 gares), et porte sur un volume d’études de 25 millions d’euros. Egis est ici associé à Tractebel et Chartier Dalix architectes.

Egis est aussi mandataire du groupement QUAI #3 (Egis, Lowe Stratéus, bdcconseil) ayant remporté en 2015 l'assistance à maîtrise d'ouvrage sur l'ensemble des opérations de communication de la Société du Grand Paris. Sa mission consiste à piloter dans la durée la conception, la production et le déploiement de toutes les communications relatives au Grand Paris Express, comprenant la communication institutionnelle et d’entreprise, la communication de projet et de chantier, ainsi que les achats, les contrats et le suivi d’exécution d’un important volume de fournitures et prestations.

 

23 Février 2016

 

Prolongement du tramway T1 d’Asnières à Colombes

Egis remporte, auprès du département des Hauts-de-Seine, la maîtrise d’oeuvre complète des travaux d’aménagements urbains liés au prolongement du tramway T1, du carrefour des Quatre Routes à Asnières au T2 à Colombes.

Première ligne moderne de tramway de l’agglomération parisienne, mise en service en juillet 1992 et qui s’étend aujourd’hui sur 17 km, la ligne de tramway T1 doit devenir une véritable rocade au Nord de Paris. Le prolongement cette ligne reliera le terminus actuel « Les Courtilles » (Asnières-sur-Seine) à la station « Gabriel Péri » à côté du carrefour des Quatre Chemins, à Colombes.

[pdf - 366.03 Ko]

 

Une ligne rocade « Grand Tram »

A l’horizon 2023, les 6,4 kilomètres du trajet de cette extension seront parcourus en une vingtaine de minutes par plus de 60 000 voyageurs par jour. L’objectif principal est d’améliorer leurs conditions de transport et fluidifier la mobilité entre les communes du nord-ouest de l’agglomération parisienne : Colombes, Bois-Colombes et Asnières, mais également entre toutes les villes desservies par les lignes actuelles de tramway T1 et T2, la ligne de transport J du Transilien, la ligne de RER C ou encore la ligne 13 du métro.

A l’horizon 2023, les 6,4 kilomètres du trajet de cette extension seront parcourus en une vingtaine de minutes par plus de 60 000 voyageurs par jour. L’objectif principal est d’améliorer leurs conditions de transport et fluidifier la mobilité entre les co

Egis est en charge de la maîtrise d’oeuvre (hors systèmes) du prolongement du T1 vers l’ouest, en association avec l’agence Gautier + Conquet architectes et paysagistes, responsable de la conception urbaine et paysagère. Atelier Villes & Paysages (groupe Egis) apporte également son appui à l’agence Gautier + Conquet sur la maîtrise d’oeuvre des plantations et espaces verts.

Sur toute l'extension, une mobilité peu polluante sera offerte aux usagers et riverains et le projet prévoit la mise en place de pistes ou bandes cyclables et de cheminements piétons.
Pour réaliser cette mission de 9 ans, Egis va mobiliser de multiples compétences en transports urbains, en bâtiment, en architecture, en aménagement paysager, en environnement, etc. Egis démontre à nouveau sa capacité à accompagner les agglomérations françaises dans leurs projets structurants de transports et d’urbanisme.
Le projet sera réalisé en deux phases : la première correspondant au prolongement du T1 depuis « Les Courtilles », jusqu’au carrefour des « Quatre Routes » à Asnières (mise en service prévue fin 2018) ; la seconde phase amènera le T1 jusqu’à la rue « Gabriel Péri » à Colombes (mis en service en 2003) et à l’ouest, de Saint-Denis à Asnières - Gennevilliers (mis en service en 2012).

Le prolongement en quelques chiffres

  • 3 communes desservies, 200 000 habitants et 70 000 emplois concernés
  • 6 km de tracé
  • 11 stations le long du tracé, dont 10 à Colombes
  • Un parcours d’une vingtaine de minutes
  • 3 nouvelles correspondances
  • Un tramway toutes les 4 minutes en heure de pointe
  • 60 000 voyageurs par jour attendus sur ce nouveau parcours

 

05 Février 2016

 

9èmes Rencontres Internationales des PPP : Egis remporte le Prix de l'Interconnexion France-Espagne pour la Gare Nouvelle de Montpellier

A l’occasion des 9èmes Rencontres Internationales des PPP, qui se sont tenues le 4 février au Théâtre des Sablons à Neuilly-sur-Seine, Egis a reçu le Prix de l’interconnexion France-Espagne pour la Gare Nouvelle de Montpellier. Le Prix a été remis à Jean-Michel Mousnier-Lompré, directeur Bâtiments Méditerranée d’Egis.

[pdf - 458.91 Ko]

 

Pour la neuvième année consécutive, les Rencontres Internationales des Partenariats Public-Privé ont fait le point sur l’actualité politique, économique et juridique des partenariats public-privé (PPP) et plus globalement de l’investissement public, en France et à l’international. Après un tour d’horizon des PPP dans le monde, des discussions animées et des appels à projet internationaux, les Rencontres se sont clôturées par la traditionnelle remise des Prix du Club des PPP, au cours de laquelle Egis a été distingué pour sa participation, en tant que maître d’œuvre, au projet d’une nouvelle gare TGV française à Montpellier.

Chaque membre du groupement a été individuellement récompensé pour son action sur le projet. Egis est maître d’œuvre des opérations de construction, aux côtés des architectes Marc Mimram et Emmanuel Nebout. Les travaux seront réalisés par Fondeville et Ineo-Axima ; l’exploitation-maintenance sera assurée par Cofely Services. Icade, qui sera par ailleurs le promoteur de l'ensemble, constituera une société de projet avec la Caisse des Dépôts, DIF, Edifice capital, Cofely GDF Suez et Fondeville.

Dynamiser Montpellier et les échanges France-Espagne

La gare Montpellier-Sud-de-France, qui sera livrée au 4ème trimestre 2017, constitue le nouveau pôle d’échange multimodal du quartier montpelliérain Odysseum. Elle se situe sur la nouvelle ligne à grande vitesse du contournement Nîmes–Montpellier, qui devrait être ultérieurement prolongée jusqu’à Perpignan, chaînon manquant dans la ligne à grande vitesse entre Paris et Barcelone.

Ce pôle d'échange multimodal proposera 8 voies dans un espace de 10 000 m². Des parkings ainsi que des voies cyclables et piétonnes permettront à l’ensemble des voyageurs d’accéder à la gare. Une halle de 3500m² accueillera commerces et services.

Ce projet ambitieux devrait non seulement dynamiser les échanges avec l’Espagne, en assurant une interconnexion à grande vitesse dans le couloir méditerranéen, mais aussi favoriser le développement économique de Montpellier. La nouvelle gare sera en effet au cœur d’un projet d’aménagement urbain porté par Montpellier Méditerranée Métropole et visant à faire émerger un nouveau quartier vivant autour de ce lieu de transit, avec pôle d’affaires, campus créatif, résidences et commerces… intimement mêlés à 200 hectares de nature.

Egis, maître d’œuvre de la nouvelle gare de Montpellier

SNCF Réseau a confié au groupement emmené par Icade la réalisation de la nouvelle gare TGV Montpellier-Sud-de-France. Mené sous la forme d'un partenariat public privé (PPP), le projet comprend, outre la conception et la construction, le financement et la maintenance de l’ouvrage pendant quinze ans.

A la fois pôles d’échanges multimodaux et centres de services aux usagers, les gares sont devenues de véritables enjeux de développement en termes de mobilité urbaine et de développement durable.

Au travers de ce chantier d’envergure, Egis démontre à nouveau sa capacité à accompagner les grandes métropoles dans des projets de construction de bâtiments complexes et stratégiques pour les villes. La construction de ce lieu de transport constitue pour Egis un véritable champ d’intervention transversal où s’exerce l’ensemble des compétences du Groupe : conception des installations fluides, coordination des systèmes de sécurité incendie, voirie et réseaux divers, ingénierie hydraulique, ingénierie environnementale, etc.

© Agence MIMRAM/ IDA+

 

03 Février 2016

 

Egis remporte le contrat d’exploitation et de maintenance de l’autoroute à péage NH-7 en Inde

La société concessionnaire VEPL (Vindhyachal Expressway Private Limited) a attribué à Egis le contrat pour l’exploitation et la maintenance de l’autoroute NH-7, pour une durée de trois ans.

[pdf - 190.77 Ko]

 

D’une longueur de 73 km, l’autoroute NH-7 relie la ville de Rewa à Hanumana (dans le district de Rewa à la frontière des Etats du Madhya Pradesh et de l'Uttar Pradesh). Egis assure la collecte des péages, la gestion du trafic et des incidents de circulation ainsi que la maintenance courante d’une section de l’autoroute (40 km) comprenant notamment une gare de péage de 6 voies.

Depuis près de 20 ans, Egis participe à de nombreux projets structurants pour moderniser et développer l’ensemble des infrastructures du pays, en intervenant dans les domaines des transports (aérien, ferroviaire, routier, maritime), du bâtiment, du développement urbain, de l’eau, ou encore de l’environnement.

Dans le domaine de l’exploitation routière, en plus de l’autoroute NH-7, Egis assure la maintenance et l’exploitation de quatre autres autoroutes : l’autoroute NH-47 dans l’Etat du Kerala (64 km), l’autoroute 93 dans l’Etat de l’Uttar Pradesh (82 km), l’autoroute NH-8D dans l’Etat du Gujarat (124 km) et l’autoroute SH-01 dans l’Etat du Telengana (72 km). Ce nouveau contrat d’exploitation routière vient renforcer la volonté d’Egis de contribuer durablement au développement économique et industriel du territoire indien.

Leader mondial de l’exploitation autoroutière et des services de péage, Egis exploite plus de 2400 km d’autoroutes à travers le monde, avec 39 km de tunnels empruntés quotidiennement par 1 200 000 véhicules. Egis met en oeuvre et exploite également les solutions les plus modernes de collecte de péage 100% électronique : péage d'ouvrage, péage urbain, taxation kilométrique nationale, solutions d'interopérabilité…

 

11 Janvier 2016

 

Sydney, Australie : Attribution du contrat pour l’exploitation et la maintenance de l’autoroute WestConnex à Sydney

Sydney Motorway Corporation (SMC) vient d’attribuer le contrat pour l’exploitation et la maintenance du WestConnex pour une durée de 10 ans à Fulton Hogan Egis O&M Pty Ltd (FHEO&M). Egis est actionnaire à 50% de la société d’exploitation FHEO&M et Fulton Hogan Construction détient les 50% restants.

WestConnex est le plus grand projet d'infrastructure routière en Australie qui est mis en œuvre par SMC, une société de droit privé dont les actionnaires sont le Ministère des Routes, de la Mer et du Transport et le Ministère des Finances de la Nouvelle-Galles du Sud. L’autoroute WestConnex permettra de réduire considérablement les temps de trajet des habitants de l’agglomération de Sydney et de générer des retombées économiques de plus de 13 milliards d’euros pour l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

WestConnex comprend trois phases :

  • La phase 1 (WestConnex M4) consiste en l’élargissement de l’autoroute existante M4 ainsi que l’extension d’un tunnel de 5,5 km.
  • La phase 2 (WestConnex M5) comprend un nouveau tunnel urbain de 9 km qui doublera la capacité de l’autoroute existante M5 Est et un nouvel échangeur  situé au nord de l’aéroport de Sydney.
  • La phase 3 (WestConnex M4-M5 Link) reliera les phases 1 et 2 grâce à un nouveau tunnel connectant les autoroutes M4 et M5.

La durée du contrat pour les phases 1 et 2 est de 10 ans. L’exploitation et la maintenance débuteront en 2019.

Le contrat comprend également l’exploitation et la maintenance de l’autoroute existante M5 Est, qui a été précédemment exploitée par Egis (au sein du groupement BHEgis) de 2001 à 2011. M5 Est est une autoroute de 10 km avec 4, 5 km en tunnel.

Avec l’attribution de ce contrat, Egis renforce sa présence dans l’exploitation de tunnels et d’autoroutes ainsi que sa position de leader en exploitation de tunnels en Australie et dans le monde. Egis va ainsi gérer 80 km de tunnels dans 10 pays différents.

 

21 Décembre 2015

 

Innovation : une liaison de transport aérien par câble : L’AgglO d’Orléans confie le Mandat de Maîtrise d’Ouvrage à Egis

Egis remporte avec son partenaire Semdo, dans le cadre du projet ambitieux INTERIVES, le Mandat de Maîtrise d’Ouvrage pour la création d’une liaison par câbles en dessus de la Gare de Fleury les Aubrais, rejoignant la future place Danton à Orléans. L’Agglomération Orléans Val de Loire témoigne sa confiance à Egis pour ce projet.

La ligne s’inscrit dans le projet de réhabilitation de la zone INTERIVES (anciennement Dessaux) pour en faire un quartier exemplaire constitué de nouveaux logements et bureaux, avec des objectifs forts en termes de consommation énergétique, de mobilités, de cadre de vie, au travers de services innovants.

Il est ici question des problématiques suivantes :

  • Une coupure urbaine due aux voies ferrées sur le territoire de la ville de Fleury-les- Aubrais qui génère à la fois discontinuités urbaines, mais aussi difficultés d’accès aux équipements publics du secteur du Faubourg Bannier,
  • Une faible exploitation d’un foncier stratégique, situé à quelques minutes seulement du centre-ville d’Orléans,
  • Une entrée de ville sans caractère : l’accès Nord à la ville d’Orléans est aujourd’hui constitué de la zone Dessaux, routière et d’architecture de faible qualité.


Avec un périmètre de 110 hectares, INTERIVES est le plus grand projet de développement urbain des prochaines décennies sur le territoire de l’Agglomération d’Orléans. Le projet a été rebaptisé INTERIVES pour traduire la volonté de liaison entre deux secteurs urbains situés de part et d’autre du « fleuve ferroviaire » séparant Orléans et Fleury-les- Aubrais. Le projet a pour objectif de développer l’activité économique avec la construction de bureaux et locaux tertiaires pour répondre aux besoins des entreprises locales et de proposer une offre attractive de logements aux habitants de l’agglomération.
La réussite d’un tel projet d’aménagement repose en partie sur l’obligation de créer du lien, notamment en termes de transports en commun, entre le pôle multimodal de la place Danton du quartier INTERIVES et la gare SNCF et tramway de Fleury-les-Aubrais.

La liaison aérienne par câble constitue ici une réponse particulièrement bien adaptée aux problématiques de franchissement, que ce soit pour franchir des obstacles ou des secteurs d’importante déclivité (nœuds routiers et ferroviaires, cours d’eau, bâtiments, vallée, falaises, etc.). Elle doit s’insérer au mieux dans l’espace public.

L’ordonnance « relative à l’instauration de servitudes d’utilité publique pour le transport par câbles en milieu urbain » présentée en Conseil des Ministres le 18 novembre 2015 devrait permettre de faciliter la réalisation des projets.

Egis, en association avec Semdo, aura en charge de bâtir puis piloter le futur contrat de conception-réalisation de cette liaison, dont  la mise en service est prévue fin 2017.

Ce nouveau contrat permet à Egis de prendre une longueur d’avance dans le déploiement des transports à câbles urbains en France. Après Brest, qui mettra en service le premier téléphérique urbain français en septembre 2016, le projet orléanais est une nouvelle étape importante et sera, potentiellement, le prochain téléphérique mis en service sur le territoire français.

© Croquant

 

16 Décembre 2015

 

Egis fait partie de l’équipe lauréate du concours EDF Bas Carbone, Réinventer la ville avec le projet « La Fabrique de la Renaissance »

L’équipe présentée par le jury comme "l’association d’une tête chercheuse et d’un Grand Prix national d’urbanisme, couplée à la force de frappe d’un grand bureau d’études" a remporté hier, mardi 15 décembre,  la 7ème édition du concours d’Architecture Bas Carbone "Réinventer la ville", lancée en partenariat avec Lille 3000. Le projet "La Fabrique de la Renaissance" a été désigné lauréat du Concours EDF Bas Carbone. Le groupe Egis avec sa filiale Elioth, est partie prenante du groupement lauréat porté par 169, Architecture et Obras.

Parmi les quatre équipes sélectionnées, le projet "La Fabrique de la Renaissance" a été désigné lauréat de la 7ème édition du concours d’Architecture Bas Carbone "Réinventer la ville", lancée en partenariat avec Lille 3000. Ce concours, labellisé COP 21, propose d’appréhender à l’échelle d’un quartier existant de Lille, les transformations nécessaires de la ville et de dessiner le paysage énergétique à échéance 2050 en tenant compte du réchauffement climatique et des contraintes de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de Lille 3000, dont le thème cette année est «Renaissance».

Le projet « La Fabrique de la Renaissance » de l’équipe 169, Architecture, Obras et Elioth (entité du groupe Egis) réintègre ateliers et usines dans le cœur des métropoles. Entre 2015 et 2050, la Troisième Révolution Industrielle n’est pas une "ubérisation" de l’économie : elle est d’abord un projet culturel et politique où tous les habitants participent à la transformation du bâti et des moyens de mobilité, avec l’énergie d’une frugalité joyeuse.

A cet horizon, notre quartier est autonome énergétiquement sur l’ensemble des besoins bâtis grâce notamment à la mise en place du ‘Duc’, une infrastructure logistique et énergétique « low tech », cordon ombilical de ce quartier transformé.

Notre projet est un manifeste qui décrit la trajectoire des mutations entremêlées de l’énergie, de la matière et de la culture. C’est aussi un projet réaliste qui peut être mis en œuvre dès demain. Un livre manifeste a été conçu et publié par l’équipe et sera diffusé numériquement.

Egis partenaire de la COP 21

Changement climatique : Egis se mobilise

Egis s’est engagé aux côtés d’une vingtaine d’entreprises françaises dans une dynamique de lutte contre le dérèglement climatique. Egis soutient les autorités françaises dans en contribuant activement à la recherche de solutions pour accompagner la transition vers une économie bas carbone. Egis s'engage dans la lutte contre le réchauffement climatique, découvrez sur notre site dédié www.climatebyegis.com toutes nos solutions climats.

 

15 Décembre 2015

 

Airborne Concept et Egis développent l’intégration d’un transpondeur ADS-B sur un mini-drone à voilure tournante

Sur l’aéroport de Toulouse Francazal, les sociétés Airborne Concept et Egis ont présenté fin septembre en avant-première à la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), les résultats de leurs travaux de développement pour l’intégration d’un transpondeur ADS-B sur un drone à voilure tournante de moins de 10 kg.

Ce système vise à identifier en temps réel la position du drone, pour exercer une surveillance et faciliter la détection de drones destinés à des utilisations malveillantes. Compatible avec de nombreux systèmes de contrôle aérien, ce développement est une voie possible de réponse efficace aux craintes liées à la  présence grandissante des drones dans notre ciel. Airborne Concept et Egis ont conclu un partenariat et mis en commun leur expertise aéronautique pour mettre au point ce système de surveillance. Elles partagent un brevet qu’elles viennent de déposer.

"Nous sommes heureux de constater que la NASA a réalisé des essais similaires à quelques jours d’intervalles sur un drone à voilure fixe « Predator ». Il est en effet encourageant pour nous de découvrir que nos bureaux d’études ont eu la même vision d’avenir qu’une prestigieuse institution comme la NASA. C’est bien la preuve que nos travaux de développement sont pertinents et que l’ingénierie française se maintient à un solide niveau." confie Arnaud Le Maout, Président d’Airborne Concept.

Le choix d’Airborne Concept et d’Egis s’est porté sur un transpondeur ADS-B de très faible taille embarqué sur un drone multi-rotors.  Airborne Concept, fabricant Toulousain de drones innovants pour les besoins  professionnels, s’est chargé d’intégrer le module ADS-B à bord de son dernier modèle octocoptère, sorti récemment de ses ateliers de fabrication.

Egis a apporté son expertise ADS-B sur la définition et la validation du concept opérationnel permettant la détection par les systèmes de navigation aérienne. L’ADS-B est  en effet un moyen international permettant la diffusion d’informations de surveillance (identification de l’appareil, position, cap, vitesse, altitude et intégrité).

"Cette collaboration permet à Egis de soutenir le développement d’un domaine où l’innovation est déterminante dans la conception de nouveaux services capables de s’intégrer à l’environnement aéronautique actuel." précise Cédric Barbier, Directeur Exécutif Aviation d’Egis.

Les premiers essais devant les représentants de la DGAC, ont suscité l’intérêt de Madame Muriel Preux, Directrice du Projet Drones pour le régulateur national qui précise : "Le monde des drones évolue très vite tant en termes technologiques que dans la diversité des applications professionnelles envisagées. L'innovation se situe dans de nombreux domaines : drones eux-mêmes, capteurs, logiciels de traitement des informations... Il est important qu'elle apporte aussi des bénéfices en termes de sécurité aérienne. Équiper un drone d'un transpondeur et d'ADS-B permet de suivre sa trajectoire en temps réel, de la visualiser sur un écran radar, ou d'être reconnu par le TCAS d'un avion de ligne. C'est aussi un moyen éventuel pour les forces de l'ordre, d'identification du drone et son opérateur. C'est donc un pas important vers l'intégration des drones dans l'espace aérien contrôlé. Ces concepts, développés par la NASA, sont aujourd'hui expérimentés en France par Airborne Concept. La R et D doit se poursuivre : miniaturisation des équipements, diminution de leurs coûts, tests sur la capacité de l'ADS B, éventuellement en collaboration avec des laboratoires de recherche ou des écoles d'ingénieurs. Mais ce premier pas est très encourageant. Les services de la DGAC se sont mobilisés pour rendre cette expérimentation possible et resteront attentifs à la suite des travaux."

Cette collaboration entre les sociétés Airborne Concept et Egis est un premier pas vers la sécurisation des utilisations des drones au-dessus de nos têtes. Une approche très aéronautique sans doute incontournable, si les industriels de la filière drone ne veulent pas se heurter aux autres usagers historiques de notre ciel tout en rassurant également les pouvoirs publics très sensibles face aux cas de survols illégaux.

 

04 Décembre 2015

 

Egis et le R20 signent un partenariat historique pour la gestion durable des déchets

Ce samedi 5 décembre 2015, à Paris, vient d’être signé un accord entre Egis et le R20, organisation non gouvernementale à but non lucratif. La signature a eu lieu en présence de Christophe Nuttall, Directeur exécutif du R20, de Terry Tammimen, Conseiller stratégique du R20, de Pierre-René Lemas, Directeur général de la Caisse des Dépôts, et de Nicolas Jachiet, Président-directeur général d’Egis. En parallèle de la COP 21, cet accord scelle un partenariat qui porte sur le développement de projets « Waste to Energy » dans les pays émergents.

Objectif : un fonds commun pour la gestion des déchets

L’objectif du partenariat entre Egis et le R20 est la création d’un fonds de pré-investissement spécialisé dans la gestion des déchets. Il s’agit de préparer en amont les différents protagonistes de la gestion durable de déchets (gouvernements nationaux et locaux, industriels et investisseurs) à prendre les décisions nécessaires à la mise en oeuvre de projets concrets. Le fonds de pré-investissement permettra à Egis et au R20 de disposer de moyens pour porter à maturité le marché de la gestion durable des déchets dans les pays émergents et en développement.

A cet effet, le fonds de pré-investissement financera deux actions concrètes essentielles la maturité du marché :

- Un programme de formation destiné aux responsables nationaux et locaux décisionnaires en matière de gestion des déchets. Le programme s’articulera autour de trois axes indispensables à la prise de décisions :

  • les politiques publiques nécessaires en matière de gestion des déchets,
  • les technologies existantes aujourd’hui sur le marché,
  • les modèles économiques et mécanismes financiers indispensables à la durabilité d’un projet de gestion durable des déchets.

- Une campagne d’études de faisabilité dans les villes jugées matures, pour identifier, élaborer, structurer les projets susceptibles d’atteindre les objectifs aux yeux des investisseurs publics et privés.

A la lumière de l’expérience conjointe des deux parties sur plusieurs opportunités de projets de traitement de déchets (Algérie, Maldives, Maroc, Chine), le R20 et Egis partagent non seulement les mêmes analyses, visions et objectifs, mais également les mêmes valeurs quant aux opportunités économiques que revêt la gestion des déchets : promotion de valeurs sociales, participation active de la population, création d’emplois directs et indirects et sauvegarde de l’environnement, notamment par le biais du tri sélectif, du recyclage et de la cogénération énergétique.

Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de l’engagement de long terme de la Caisse des Dépôts pour la transition écologique et énergétique.

 

© Caisse des dépôts / Jean-Marc PETTINA

 

04 Décembre 2015

 

Protection des chauves-souris en phase chantier : l’initiative écologique d’Egis récompensée par le 1er Prix du concours IDRRIM

Egis reçoit le 1er Prix du concours IDRRIM1 Infrastructures pour la Mobilité, la Biodiversité et le Paysage - catégorie « initiative astucieuse » en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Oise, Bouygues TP Régions France, DTP, Colas Nord Picardie et Biositiv.

Ce prix récompense le dispositif de guidage provisoire des chauves-souris en phase chantier, mis en place dans le cadre de la déviation routière de Troissereux (Oise), en région Picardie. Il a été remis le jeudi 26 novembre à Hippolyte Pouchelle, écologue chez Egis, par Yves Krattinger, Président départemental de la Haute-Saône et Président de l’IDRRIM.

Maintenir la continuité écologique en phase chantier : une première en France

Dans le contexte environnemental très contraint du projet de déviation, le dispositif est né de l’ingéniosité, de l’expertise et de la réactivité des intervenants et particulièrement de son inventeur Hippolyte Pouchelle, écologue au sein d’Egis, et de son maître d’oeuvre Jean-François Drevet, responsable Qualité-Sécurité-Environnement du groupement concepteur constructeur de la déviation de Troissereux mené par Colas Nord Picardie.

Le projet de déviation présente la particularité de séparer de leur zone de chasse un site de reproduction de chiroptères, dont des mères allaitantes. Pour pallier cela, le projet final prévoit une tranchée couverte à vocation environnementale, de transparence écologique. Toutefois, sa construction, demandant un important déblai, pouvait avoir un impact significatif sur la colonie. Il fallait donc maintenir la continuité écologique durant la phase de construction.

Comment ça marche ?

Le dispositif de guidage provisoire des chauves-souris en phase chantier se compose d’un assemblage de câbles et « phares acoustiques ». Ces phares acoustiques sont des sphères dont la forme particulière permet d’amplifier les retours de l’écholocation des chiroptères, ce qui permet à ces animaux de se diriger dans l’espace, un peu à la manière d’un phare pour les bateaux.

Positionné en 3D dans la continuité d’un axe de transit des chauves-souris qui a été interrompu par les travaux routiers, le dispositif s’est avéré très efficace en termes de réduction d’impacts sur les animaux.

Un dispositif simple, astucieux et des résultats mesurables

Cette mesure innovante est peu coûteuse, légère et facile à mettre en oeuvre sur un chantier.

Son efficacité a pu être démontrée grâce à l’outil Bat3Data®, outil de cartographie 3D des trajectoires de vols des chiroptères développé par Egis et lauréat du prix Entreprises & Environnement 2014, catégorie "coup de coeur".

La déviation de Troissereux est un projet de route de 2x2 voies, d’une longueur de 7 km environ qui comprend une tranchée couverte de 275 mètres à vocation environnementale et de transparence écologique, notamment vis-à-vis des chiroptères. Compte tenu des enjeux techniques et financiers du projet, le Conseil Départemental de l'Oise a passé un contrat de Partenariat Public Privé (PPP) avec la société D3 pour le financement, la conception, la construction et l'entretien/maintenance de la déviation sur une durée totale de 25 ans. Le groupement concepteur constructeur a confié la maîtrise d’oeuvre à Egis et Verdi Ingénierie.

© Egis Hyppolite Pouchelle - FC Robiller naturlichter.de

 

Pages

Recevez nos communiqués