Les équipes d'Egis se mobilisent sur le plus grand projet ferroviaire de Nouvelle-Zélande

24/06/2021

En 2021, Egis célèbre déjà son deuxième anniversaire sur le projet du City Rail Link à Auckland et est ravi d'avoir soutenu la Link Alliance depuis le stade de l’offre en 2019. Mais, quel est précisément l’implication d’Egis? Pourquoi et comment les équipes d’Egis se sont-elles impliquées dans ce projet et quels en sont les bénéfices pour le projet ?

Le Projet City Rail Link

Le City Rail Link (CRL) est le plus grand projet d'infrastructure ferroviaire de Nouvelle-Zélande. Il permettra d'établir une liaison ferroviaire souterraine de 3,4 km entre la station existante de Britomart et la ligne North Auckland Line, près de la station de Mt Eden. Deux nouvelles stations seront ajoutées à Aotea et Karangahape, tandis que la station de Mt Eden sera reconfigurée pour inclure deux quais - un pour la nouvelle ligne CRL et l'autre pour la ligne existante North Auckland Line.

Le CRL est réalisé dans le cadre d'un contrat d'Alliance, attribué au groupement Link Alliance.

Initialement chargé de la conception et de la construction des infrastructures, le groupement a ensuite été invité à déposer une offre pour le contrat des systèmes ferroviaire,le précédent contractant ayant été placé sous administration judiciaire.

Au fur et à mesure de l'évolution du projet, l'Alliance en génie civile est devenue une Alliance plus globale en génie civile et systèmes, héritant de la gestion des interfaces, de l'intégration et des risques liés aux performances ferroviaires. C'est à ce moment-là que la « Link Alliance » a fait appel à Egis pour soutenir le projet.

L’ADN d’Egis

Egis est plus qu'un simple bureau d'études et de conseil dans le domaine des transports urbains et ferroviaires, un véritable état d'esprit de concepteur est dans notre ADN, issu de notre rôle historique de maitre d'œuvre.

Sur de nombreux projets de transport en commun en France, Egis représente le client tout au long  du cycle de vie du projet : réalisation des études et préparation des appels d'offres, assistance au client pour la sélection et l’intégration des entreprises, supervision de l'installation et de la construction, gestion des interfaces, supervision des essais et de la mise en service jusqu'à la réception complète et l'ouverture au service payant. Selon la loi française, le contrat de maîtrise d’œuvre doit intégrer les risques liés au calendrier et au budget. Par conséquent, Egis met en place des processus de gestion de projet solides pour gérer ce type de contrat, pouvant s’étendre sur plus d'une décennie, afin de s'assurer que les projets soient toujours livrés dans les délais et le budget prévus.

Cette capacité à gérer des projets complexes du début à la fin, dans le respect des délais et du budget, tout en intégrant les entreprises de génie-civils et de systèmes, fait d'Egis un partenaire d'intégration de choix sur des projets ferroviaires multi-contractants.

Les équipes d'Egis mobilisées pour soutenir la Link Alliance tout au long du projet

Sur le projet CRL, Egis a fait appel à plusieurs chefs de projet et ingénieurs ferroviaires pendant la phase d'offre pour aider le groupement dans la méthodologie d'intégration, l'organisation du projet et le planning de livraison. Depuis l'attribution du projet, Egis a renforcé son soutien à la Link Alliance en fournissant des experts ferroviaires  dans le domaine de la sécurité, de la signalisation, de la gestion des interfaces, de l'intégration et des systèmes de télécommunication.

Ludovic Evrard, manager Système d'Egis, en charge de la gestion de l'équipe Système, apporte son expérience issue de plusieurs projets de métro en Europe et en Asie. "Mon rôle consiste à gérer une équipe expérimentée qui couvre notamment la sécurité, la fiabilité, la maintenabilité, la disponibilité et les facteurs humains, afin de s'assurer que le projet livré présente un niveau de sécurité acceptable pour son exploitation et sa maintenance", explique Ludovic. "C'est passionnant de travailler sur le plus grand projet d'infrastructure de transport jamais réalisé en Nouvelle-Zélande. La sécurité des systèmes est une priorité absolue et un objectif primordial de la Link Alliance pour permettre au projet de fonctionner correctement, aucun détail ne peut être laissé de côté, nous sommes continuellement sous les feux des projecteurs.

Egis gère également le contractant en charge de la signalisation, Siemens. Julien Charnay, chef de projet signalisation chez Egis, qui a plus de 20 ans d'expériences sur les projets de métro et ferroviaires en Asie, au Moyen-Orient et en Europe, explique que "la signalisation est toujours un élément critique sur un projet ferroviaire, elle est à l'origine de nombreux problèmes de sécurité, notamment aujourd’hui où tout devient numérique et qu'elle se retrouve connectée avec de nombreux autres éléments. Même si la technologie utilisée est bien connue (système européen de contrôle des trains - ETCS), elle est assez rarement utilisée avec un niveau d'exigence aussi élevé, que l'on rencontre habituellement pour les systèmes de métro. C'est une première en Nouvelle-Zélande et c'est un défi passionnant".

Lyouben Damianov, spécialiste d'Egis en télécommunication, est également très enthousiaste à l'idée de participer à ce projet. "Travailler pour une Alliance est une première pour moi, et c'est une expérience vraiment différente de tous les autres projets. Les entreprises, les concepteurs et le client travaillent tous en collaboration avec un seul objectif commun".

Les interfaces entre les différents lots de travaux sont toujours à l'origine de risques importants dans les projets ferroviaires, et doivent donc être surveillées avec précaution. Joseph Delgado, l'un des expert interface d'Egis sur le projet, qui a également joué un rôle similaire sur quatre projets de métro précédents, commente : "La gestion des interfaces ne consiste pas seulement à soutenir le travail collaboratif entre les bureaux d'études, mais aussi à identifier les risques liés aux compromis potentiels. L'expérience de projets précédents est donc essentielle. La gestion de l'interface exige également une certaine rigueur et des processus qui ne sont pas nécessairement évidents dans l'esprit de collaboration d'une alliance."

Au cours des derniers mois, Egis a mobilisé davantage de ressources pour renforcer son équipe sur le projet, notamment avec un ingénieur expert en FDMS (Fiabilité, Disponibilité, Maintenabilité et Sécurité) et un responsable des interfaces apportant son expérience en systèmes métro tant en France qu'au Moyen-Orient.

« Notre expérience acquise sur des projets de maitrise d’œuvre est désormais reconnue par le secteur privé et par le client final comme un atout pour réduire les risques liés au projet. Il y a une réelle valeur ajoutée à mobiliser directement nos équipes internes Egis, avec nos outils et processus, plutôt que de faire venir des personnes externes et de mettre en place des systèmes de management ad-hoc. Nous avons la capacité et l'expérience de mobiliser des équipes beaucoup plus importantes et d’être impliqué en tant que partenaire dans des groupements menant le développement de projets de métro complexes. Notre acquisition récente de la société de conseil australienne Indec va accélérer notre déploiement dans la région, nous faisant devenir un partenaire crédible pour tous nos clients en Australie et Nouvelle Zélandeet nous permettant de prendre des positions plus fortes sur les projets", a commenté Benoit Bergeron, directeur de l’activité Rail d’Egis en Australie et Nouvelle-Zélande.

L'implication d'Egis sur le projet du City Rail Link est un exemple démontrant que l'expérience acquise en tant que maitre d’œuvre peut être adaptée aux besoins d'un groupement formé de contractants multidisciplinaires, à la recherche d’un partenaire pour soutenir la difficile mission d'intégration.