Précédent
Loïc Godart
Directeur technique Ville, Egis

Temps de lecture : 3 min

Comment diminuer les nuisances des chantiers urbains ?

Aujourd'hui, les chantiers en ville doivent se faire les plus discrets possibles. Parallèlement à cela, l’espace urbain se densifie, le nombre de citadins augmente et la ville est de moins en moins extensible… Comment donc réaménager les espaces urbains sans en perturber le fonctionnement quotidien ?

Visite de terrain BHNS de Saint-Brieuc

- Crédits : Joël Bellec

Les chantiers urbains sont souvent considérés comme des épreuves à subir, qu’on espère les moins longues et douloureuses possibles… La faute à des nuisances qu’il est bien souvent difficile de gommer en espace contraint : bruit, odeurs, aspect visuel, obstacles et contournements…   

Chez Egis, nous sommes convaincus qu'il faut accompagner les collectivités et les usagers tout au long de ces changements, pour en améliorer l'acceptabilité et minimiser la gêne occasionnée.  Une attention toute particulière doit notamment être portée aux commerces et aux entreprises impactés pour faire perdurer le cycle économique habituel.  

C'est pourquoi nous proposons aux collectivités d’agir afin de décrypter ce qui est acceptable ou non pour les usagers de la ville. Ainsi pourront-elles identifier les moyens à mettre en œuvre durant les travaux pour créer les conditions favorisant leur acceptabilité. 

Quelques pistes pour réussir son chantier furtif 

En phase conception, il convient de procéder en priorité à une analyse du contexte du futur chantier, en définissant les types de nuisances (bruit, encombrement visuel, menaces pour la sécurité, impacts sur les écosystèmes, etc.) et leur niveau de criticité, les contraintes de fonctionnement de l'environnement urbain et son accessibilité. Ensuite, on organise la concertation et la coconception, en réalisant des enquêtes auprès d'un panel de commerçants, d'entreprises, de riverains et d'usagers avec l'aide de sociologues, en écoutant les différents services de gestion de la ville et de l'agglomération, mais aussi en organisant des réunions publiques et des ateliers de travail avec les acteurs concernés. Enfin, nous préconisons dans les marchés des entreprises de travaux, des méthodes de construction permettant de minimiser les nuisances aux usagers.  

En phase d’exécution des travaux, il est important d'avoir une équipe de conception très impliquée qui animera la démarche auprès de la maîtrise d’ouvrage et des autres acteurs, avec des réunions thématiques permettant de définir l'attitude à adopter sur le chantier. Au-delà de la planification de tous les lots de travaux concessionnaires, il est nécessaire de tenir compte, dans le phasage des travaux, des manifestations et festivités éventuelles prévues par la ville.  Bien entendu, des réunions de concertation (individuelles ou publiques) en phase travaux doivent être organisées pour s'assurer régulièrement de la satisfaction des riverains et des commerçants. Enfin, il est important de faire preuve d’adaptabilité et de souplesse à chaque phase de réalisation d'un poste de travaux pour garantir l’acceptabilité du chantier urbain sur toute sa durée. 

FURET, une méthode éprouvée

La réduction des nuisances de chantier est un enjeu d’avenir pour les acteurs de la ville. Nos experts des projets urbains ont réussi à développer et appliquer une méthode efficace de chantier furtif, de plus en plus reconnue par les professionnels et les décideurs. Baptisée FURET (Furtivité Urbaine Réseaux Et Travaux), cette méthode a pour but de transformer la contrainte travaux en opportunité de développement et de promotion de l’espace urbain.

Elle a notamment été appliquée dans le cadre du projet TEO « Transport Est-Ouest » de l’agglomération de Saint-Brieuc (2016-2019) et de son premier BHNS.

En lien avec les services municipaux, le CEREMA (AMO) et l’exploitant transport, notre équipe s'est appuyée sur cette démarche innovante de dialogue pour fédérer les équipes et faciliter l’insertion territoriale et sociale du projet. La démarche s’est traduite par une large concertation préalable, une multiplication des formats de participation (réunions publiques, ateliers en extérieur, ateliers thématiques, plateforme numérique), la nomination d’ambassadeurs du projet, des cafés TEO, des travaux avec le milieu scolaire...  

Grâce à ce travail amont, le chantier de Saint-Brieuc a su tenir compte des contraintes d’accessibilité et des besoins exprimés par les commerçants et riverains. Relayé par un dispositif d’information spécifique (mailing, réunion mensuelle, visites), le déroulement du chantier a aussi été ponctué d’animations locales.  

Briefées par Egis sur les dispositions spécifiques de ce chantier et les contraintes à respecter, les entreprises intervenantes — qui disposaient d’une ligne budgétaire FURET — ont fait un travail remarquable, en matière de limitation des nuisances (travaux de nuit et en août), de respect de l’environnement, de maintien de la circulation, de signalisation... jusqu’au nettoyage des vitrines des commerçants situés dans l’emprise des travaux.  

 En définitive, l’exemplarité de ce chantier et son acceptabilité ont été saluées par toutes les parties concernées. 

Commentaires
0 commentaire