Précédent
Pascal Martinet
directeur activité Santé - BU Bâtiment
Published on 14 mai 2019

Temps de lecture : 3 min

Quand l’expérience dans l’industrie et la mobilité inspire la conception hospitalière

Nous avons coutume de dire que les bâtiments sont les témoins d’une époque, d’un courant, qu’ils sont marqués par les réglementations, les technologies. De manière prégnante, l’architecture et l’ingénierie hospitalières reflètent également la pratique médicale et la prise en charge du patient.

Institut Gustave Rousssy, Villejuif

Institut Gustave Roussy à Villejuif, 1er centre de lute contre le cancer en Europe. - Crédits : TLR architecture / Archi graphi

En recherche permanente de performance, multipliant les activités et les fonctions, les patrimoines de santé sont parmi les bâtiments les plus complexes. En perpétuelle mutation et redéploiement, ils concentrent contraintes et techniques les plus pointues et des équipements lourds à obsolescence rapide.

Longtemps, les hôpitaux ont accueilli et gardé les patients sur la durée. On a ainsi connu les vastes salles communes, les pavillons confinant les souffrants par pathologie puis les hôpitaux IGH, avec leurs immenses silos de chambres posés sur un plateau technique. Cette ère semble désormais totalement révolue avec le « virage ambulatoire » : l’hôpital ne garde plus le patient mais s’organise pour assurer son retour à domicile le plus rapide possible.

Pour Egis, maître d’œuvre et assistant au maître d’ouvrage, la réflexion et le développement portent aujourd’hui essentiellement sur la fluidité, le mouvement, la performance, la qualité et la sécurité. Il s’agit en effet d’offrir à chaque étape du parcours du patient, le bon environnement, les justes ressources et compétences, pour que sa prise en charge soit globale, dans un temps maîtrisé et optimisé et avec une qualité d’accueil, de diagnostic et de soins à valeur ajoutée, tant pour le patient que pour les professionnels de santé.

Industrie, aéroport, gare multimodale, hôpital… Une question de process ?

Comment donc, dans ce contexte, ne pas opérer de rapprochement avec nos collègues au sein du Groupe, concepteurs et parfois même exploitants dans l’industrie, dans l’aéroportuaire, sur le sujet des pôles d’échanges multimodaux, … autant de domaines où le process détermine l’ouvrage à concevoir et à construire ?

Les problématiques de prise en charge et de parcours du patient peuvent effectivement et aisément faire écho à celles d’un process industriel, avec un très haut niveau de qualité et de sécurité ou encore d’un processus de gestion et de maîtrise des flux, de la mobilité. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si certains maîtres d’ouvrage et tutelles du domaine de la santé évoquent, voire invoquent, le lean management, approche systémique issue de l’industrie pour concevoir et organiser le « processus hospitalier ».

Ainsi, notre savoir-faire dans l’industrie et la mobilité avec des références comme le LMJ (Laser Mégajoule – CEA), Airbus Industrie, le pôle d’échanges multimodal de Lyon Part-Dieu, l’aéroport de Lucknow (Inde) en conception et ceux de Brest et Quimper en concession d’exploitation, vient nourrir et enrichir notre approche de l’ingénierie hospitalière et, d’une manière générale, des patrimoines de santé.

Nos spécialistes des équipements hospitaliers, avec l’appui du comité santé — un des comités d’expertises de la Business Unit Bâtiment d’Egis, dont le travail est totalement dévolu aux patrimoines de santé — apportent, par ces échanges, de la valeur ajoutée à leurs choix de parti.

Du pragmatisme dans nos conceptions

Dans cette recherche de l’efficience, la performance du processus ne passe pas par la surenchère technique et technologique mais par un apport ciblé, uniquement là où cela est nécessaire. C’est ce questionnement permanent qui nous permet d’une part, de cibler/maîtriser l’investissement et d’autre part, de faciliter l’exploitation et donc de permettre aux utilisateurs de se focaliser sur les seules tâches dédiées aux patients.

De la même manière, nous intégrons, toujours de façon mesurée, les innombrables possibilités du numérique pour servir cet objectif de fluidité, de qualité et de sécurité. La gestion des flux, la traçabilité, la localisation, la personnalisation, l’approvisionnement, le reporting, la prédiction, la sobriété, la maîtrise des risques, …. sont autant de thématiques qui peuvent tirer parti du digital et apporter l’intelligence nécessaire à la bonne et juste pratique médicale de notre époque.

 

En définitive, nous bénéficions au sein du groupe Egis des expertises correspondantes et du recul nécessaire pour pouvoir accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale de santé. Les projets réalisés au cours de ces quinze dernières années représentent à eux seuls plus de 24 000 lits et places et 2,3 millions de m². Forts de ces références significatives en hospitalier, en laboratoires et en médico-social, nous proposons une réponse adaptée qui repose sur un management de projet spécifique aux lieux de santé.

Commentaires
0 commentaire