Précédent
Kasia Pearce
Communication Manager for Middle East
Published on 14 juin 2019

Temps de lecture : 3 min

Al Karaana, un écrin écologique en voie de préservation

Les réserves d'eau et de biodiversité sont extrêmement rares au Qatar. Dans le cadre du projet de réhabilitation des lagunes d'Al Karaana, Egis et son client mettent tout en œuvre pour préserver l’écosystème lagunaire local et mettre en place des solutions durables pour éviter de plus amples pertes. Le projet inclut quatre phases majeures : conception, nettoyage et élimination de toutes sources de pollution, réhabilitation de la réserve naturelle à l'état de zone « non développable » et protection des habitats existants.

Al Karaana lagoon

- Crédits : Egis

Situées dans la région d'Al Rayyan, à l'ouest de Doha, les lagunes d'Al Karaana s'étendent sur plus de 4 km² et sont confrontées à d'importants problèmes environnementaux.  En cause : la station d'épuration à proximité qui, chaque jour, évacuait pas moins de 200 000 m3 d'eaux usées traitées dans le fragile biotope... auxquels s’ajoutaient, par ailleurs, 100 000 m3 d'eaux usées domestiques et industrielles déversés par le biais de camions. Au fil des ans, ces rejets ont entraîné la contamination des sols, des odeurs ainsi qu'une pollution environnementale.

Le client, l'autorité des travaux publics du Qatar (Ashghal) ainsi que le ministère des Affaires municipales, à la recherche de solutions viables, ont pendant un temps envisagé le recouvrement des lagunes et la fermeture de la zone. Cependant, une enquête écologique a révélé que la zone des lagunes était toujours très vivante :

  • environ 55 espèces aviaires ont été recensées, dont 2 espèces « vulnérables » et 4 « quasi menacées » selon la liste rouge des espèces menacées 2015, publiées par l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) ;
  • 4 espèces de mammifères ont été identifiées dans des zones adjacentes ;
  • 2 espèces de reptiles, l'une d'entre elles étant répertoriée comme « vulnérable » ;
  • plusieurs espèces de poissons introduites dans les lagunes par le biais des oiseaux.

Suite aux résultats, il a été décidé de revaloriser et de réhabiliter les lagunes, en créant d'importantes colonies animales durant la période estivale, lorsque l'eau fraîche se fait rare.

Exit la pollution, bienvenue la biodiversité !

Lorsque Egis a fourni ses services de conseil professionnel pré et post-contrat pour la réhabilitation des lagunes d'Al Karaana, les solutions proposées consistaient prioritairement à réduire la pollution et à préserver la biodiversité présente à long terme :

  • évaporation des eaux usées (volume estimé à 4,7 millions de m3)
  • dépollution d'environ 2,7  millions de m3 de sols contaminés, y compris 0,5 million de m3 de sols fortement pollués, avec traitement à la chaux et désorption thermique
  • stockage des sédiments les plus pollués dans un centre d'enfouissement sécurisé
  • création d'un bassin de déversement des eaux industrielles (utilisable comme zone de stockage d'urgence)
  • développement d'une zone dédiée à la préservation de la faune et de la flore sauvages, alimentée par les eaux traitées issues de la station d'épuration adjacente, et divisée en trois parties :
    • zone dédiée exclusivement à la faune et la flore sauvages afin de préserver la biodiversité pendant l'été
    • alimentation en eau issue du trop-plein de la zone 1, également utilisée pour la préservation de la faune et la flore, mais pouvant être asséchée lors des mois les plus chauds de la saison
    • alimentation en eau issue de la zone 2

La bonne nouvelle, c’est que les animaux réinvestissent déjà les lagunes d'Al Karaana et les bassins réhabilités ! Un premier oisillon a même vu le jour sur le site, preuve de cette réussite écologique. La zone reverdit grâce à la plantation d'arbres et de graines.

Bien que les travaux ne soient pas encore terminés, la réhabilitation des lagunes d'Al Karaana se révèle déjà une grande victoire pour la cause environnementale !

Commentaires
0 commentaire