Précédent
Thomas Deschamps
Chef de projet Environnement
Published on 31 août 2019

Temps de lecture : 3 min

A Clichy, on évacue les déblais par la voie des airs !

Et si l'on se servait des téléphériques urbains pour transporter autre chose que des passagers ? Des gravats ou des terres de chantier par exemple ! L'objectif ? Engendrer moins de poussières, moins de nuisances sonores et moins de pollution qu'avec une solution de transport routier...

Téléphérique de déblaiement - ecoquartier du Bac, Clichy

- Crédits : Egis - Thomas Deschamps

Un programme immobilier de 45 000 m² porté par le promoteur Redman, dans l’écoquartier du Bac à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), nécessite de démolir l'existant mais aussi d’excaver deux hectares de terrain sur une hauteur de huit mètres !

Un sacré challenge pour nos équipes, chargées d’assurer, pour le compte de l’aménageur Citallios, en groupement avec AD Ingé (mandataire) et S’PACE Architecture & Environnement, la maîtrise d’œuvre des travaux de terrassements et de gestion des déblais dont une grande partie s’avère polluée. Au total, ce sont quelque 250 000 tonnes de terre et de gravats qui doivent être évacuées, dans une zone déjà fort saturée de chantiers…

Après avoir étudié  différentes options, notre groupement a intégré la solution du téléphérique à déblais à la conception des travaux, en lien avec une forte volonté de la Municipalité concernant la réduction des impacts du chantier. Il s’agit d’un système unique en France : une solution de téléphérique transportant des terres excavées menant à des barges de transport fluvial via la Seine.

Le téléphérique de déblaiement, une innovation de chantier

C’est ainsi qu’une installation de transport par câble aérien relie désormais, pour une durée prévisionnelle de 7 mois, le chantier aux péniches stationnées à environ 400 m de là, sur les berges de Seine, le long du quai de Clichy.

Cette solution est une première en France en zone urbaine. Conçu exclusivement pour ce chantier par la société Mecamont Hydro, le téléphérique mesure 490 m de long et est composé de deux lignes qui fonctionnent indépendamment l’une de l’autre. Chacune des 4 bennes suspendues transporte jusqu’à 20 tonnes de gravats vers le fleuve, soit environ 200 tonnes de terres par heure et 1500 tonnes par jour.

Éviter 80 camions par jour

Au sein du groupement, nos équipes ont dû prendre en compte les contraintes dues à l'ampleur de ces travaux de terrassements dans un contexte urbain dense et mettre en lien le projet innovant du téléphérique urbain avec les exigences techniques concernant la gestion de déblais pollués et l'existence d'exutoires adéquates accessibles par voie d'eau. 

Soucieux du bien-être de ses administrés, Rémy Muzeau, Maire de Clichy, a salué cette solution particulièrement innovante qui a permis de privilégier une évacuation par voie fluviale et faire ainsi l’économie d’une évacuation par voie terrestre qui aurait nécessité une rotation de près de 80 camions par jour, soit l'équivalent de 2 tonnes de CO2 et aurait généré de fortes nuisances de bruit, de poussières et de congestion du réseau routier dans ce secteur.

 

Un chantier respectueux de l’environnement

  • Recours au transport fluvial pour l’évacuation des déblais, un mode alternatif qui réduit les nuisances pour les riverains et l’environnement (congestion routière, pollution atmosphérique, bruit...)
  • Utilisation minimum des camions nécessaires pour les déblais issus notamment des démolitions, pour l’installation de la plateforme du téléphérique.
  • Lutte contre les émanations de poussière : lave roue des camions, brumisateur et arrosage manuel des zones de déconstruction avec la prise en compte du vent, arrêt des travaux par vents forts
  • Limitation des nuisances sonores : contrôle par sonomètre pour vérifier que les seuils réglementaires sont respectés.
  • Remise en état des voiries avoisinantes
Commentaires
0 commentaire