Précédent
Mathieu Meunier
Directeur de mission AMO, BU Conseil
Published on 13 mai 2020

Temps de lecture : 2 min

Some good news : On n’a toujours pas de pétrole, mais on a encore des idées !


crédit: dlyastokiv

Il y a bien sûr le cas de la filière textile, massivement réorientée vers la production de masques de protection, mais il y a aussi une multitude d’initiatives locales… Ainsi, un groupe international, Michelin, fédère des acteurs régionaux en Auvergne pour concevoir une nouvelle génération de masque réutilisables, des fabricants de boissons alcoolisées passent à la production de gel hydroalcoolique, des visières ou des valves pour appareils respiratoires sont produites grâce à l’impression 3D en série, des masques de plongée grands publics sont reconvertis en composants de respirateurs… Ce ne sont là que quelques exemples pris au hasard parmi les très nombreuses actions actuellement en cours partout dans l’Hexagone. Des exemples de créativité, d’inventivité et d’adaptabilité. Oui, en France, nous n’avons définitivement pas de pétrole, mais nous avons encore et toujours des idées et du génie ! En l’espace de quelques semaines, cette crise nous a poussés à nous adapter, à imaginer des solutions immédiates et pertinentes et à les mettre en œuvre.

Comme tout événement de ce genre, ce challenge est un révélateur. Qui sommes-nous, de quoi sommes-nous faits, et surtout de quoi sommes-nous capables ? La réponse nous rend à la fois humbles et optimistes. Mais que garderons-nous de cette période, quels impacts sur les projets industriels à venir ? Et si la crise actuelle était un point de bascule ? Si, entre une industrie lourde traditionnelle fortement concurrencée,à l’avenir incertain, et les niches de l’industrie du luxe et de l’excellence, une troisième voie « agile » s’ouvrait pour le génie français ? Et si la transition vers l’industrie de demain, l’industrie 4.0, se trouvait accélérée par l’élan actuel ?

Reconversion, modularité, évolutivité : ce sont déjà des notions familières, ancrées depuis longtemps dans le développement des projets industriels qui, se projetant sur le long terme, anticipent les changements inévitables des processus, des moyens logistiques, des outils même de production, sans parler des évolutions réglementaires ou des impératifs environnementaux. L’avenir sera-t-il un changement d’échelle ? Transposer les méthodes agiles de conception à la production. Concevoir des usines types plus flexibles, adaptables, des ouvrages durables, efficients et pérennes permettant d’élargir le champ des potentiels productifs.

Cet état d’esprit volontaire et déterminé doit nous animer. C’est aussi l’engagement de solidarité et de responsabilité sociétale du groupe Egis. En cette période de défis, les équipes Conseil d'Egis restent donc particulièrement mobilisées pour imaginer les outils de l’industrie 4.0.

Tous solidaires. Résolument déterminées… et bravo à celles et ceux qui portent ces nombreuses initiatives !

Commentaires
0 commentaire