Précédent
Florian Bonet
Ingénieur Systèmes - BU Rail
Published on 07 septembre 2020

Temps de lecture : 2 min

Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

La solution vélo : répondre à l’urgence et réfléchir au long terme

Dans le contexte actuel de confinement brutal, puis de déconfinement, les réflexions sont nombreuses sur le sujet des mobilités. Après une réduction drastique en raison de la crise sanitaire, nos déplacements connaissent désormais une reprise très progressive, avec un affaiblissement de la part des transports en commun et une explosion des mobilités actives, qui ont parfois fait l’objet de mesures d’aménagement provisoires, dites « tactiques ».

piste cyclable

- Crédits : ARochau - AdobeStock

Les ingénieurs d’Egis réfléchissent également à « l’après ». Il s’agit notamment d’accompagner cet élan pour les mobilités actives, par l’intégration des meilleures recettes permettant d’améliorer la gestion multimodale des différents modes de déplacement, aux logiques d’aménagement françaises, de manière pérenne.

Si le vélo est une star du déconfinement, la tendance structurelle de fond était déjà la croissance avant la crise sanitaire, et il faut sans doute l’accompagner, pour lui permettre de s’amplifier dans de bonnes conditions de sécurité, à plus long terme.

Il s’agit de mettre en œuvre un « système vélo », qui nécessite une réflexion d’ensemble transversale. Les items identifiés pour lancer la réflexion sont les suivants :

  1. Allouer l'espace nécessaire en ville pour les modes actifs de déplacement : élargir les trottoirs et créer des pistes cyclables suffisamment généreuses pour absorber le trafic visé à long terme.
  2. Créer des liaisons cyclables interurbaines permettant aux personnes habitant loin de leur travail de parcourir, de manière rapide et confortable, des distances plus importantes (15-20 km).
  3. Optimiser les échanges intermodaux : faciliter le stationnement des vélos en gare, prévoir plus d'espace pour emporter un vélo dans le train, proposer d'accrocher les vélos à l'arrière des bus... à chaque situation, la solution adaptée.
  4. Promouvoir les petits déplacements du quotidien comme un remède à la sédentarité. Le vélo, c'est la santé !
  5. Réduire le nombre et la gravité des accidents à vélo : l'éducation de chacun - jeune cycliste, jeune conducteur, conducteur de poids lourds - est une première étape. La conception des infrastructures permet également de réduire l'accidentologie. Ce point est sans doute le plus complexe à mettre en œuvre.
  6. Décourager les voleurs. Beaucoup de citadins abandonnent le vélo suite au vol de leur précieuse monture. L'installation et l'exploitation de stationnement adaptés (parkings fermés, vélo-box, etc.), positionnés près des services, des gares, des zones d'habitation et d'emploi, permet de s'assurer qu'on ne finira pas le voyage à pied.
Commentaires
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
0 commentaire