Précédent
collectif d'auteurs
Egis
Published on 31 janvier 2020

Temps de lecture : 4 min

Quand la métropole de Rouen Normandie invente la « Mobilité Intelligente pour Tous »

Les grands territoires sont contraints de résoudre une équation complexe entre enjeux climatiques, cohésion sociale et territoriale, et soutenabilité économique. Les Métropoles françaises n’échappent pas au phénomène mondial de concentration urbaine qui s’accompagne de l’évolution des modes de vie et de la diversification des motifs de déplacement, avec, comme conséquence, une densification et une complexification des déplacements dans les aires urbaines...

Tram de Rouen

- Crédits : Cramos CC BY-SA 3.0

L’usage intensif de la voiture individuelle perdure pour les habitants des zones peu denses qui disposent d’offres de services alternatives peu efficaces mais aussi pour les habitants des centres urbains où, malgré une offre de service plus attractive, une part très importante des déplacements courts (< 3 km) se fait en voiture. Ceci engendre des phénomènes de congestion urbaine et de pollution.

La Métropole de Rouen Normandie est particulièrement atteinte par ces phénomènes. Si le réseau de transports collectifs est bien dimensionné dans le centre urbain, les déplacements intermodaux ne représentent que 35% des déplacements en TC et la voiture reste le mode de déplacement privilégié dans tous les secteurs périurbains (50% à 70% des trajets), et ruraux (90% des trajets). Le coût de la mobilité est par ailleurs devenu un enjeu essentiel tant à titre individuel qu’à titre collectif : si la dépendance à la voiture devient pour certains économiquement insoutenable, le coût collectif des transports publics est devenu tout aussi problématique avec un taux de recouvrement moyen passé de 70% en 1975 à 25 % aujourd’hui dans les ressorts territoriaux (ex Périmètre de Transport Urbain).

Une ambition forte : repenser globalement le système de mobilité du territoire

Face à ces constats, la Métropole de Rouen Normandie et ses partenaires ont construit un projet de transformation systémique pour agir sur la place de la voiture et apaiser le territoire métropolitain et son bassin de vie. Cette ambition s’exprime à travers quatre enjeux prioritaires :

  • D’abord, la fluidification des déplacements, en opérationnalisant l’intermodalité et la multimodalité, et en soutenant une approche servicielle de la mobilité. Il s’agit d’élargir l’offre de mobilité, mais surtout de la rendre intégrée, pour apporter une réponse globale et flexible, rendant les réseaux et les modes interopérables dans leur double dimension physique et numérique.
  • Ensuite, la diminution de l’impact environnemental de la mobilité, grâce à la maîtrise des consommations d’énergie des et émissions de polluants, à la réduction de la congestion, et au soutien aux mobilités actives.
  • Egalement, la réduction de l’impact physique de la mobilité et un réinvestissement positif et apaisé de l’espace public, contribuant à améliorer le bien-être et la qualité de vie des habitants du territoire. Diminuer la place de la voiture implique nécessairement de questionner la place des infrastructures, plaçant de fait le système de mobilité dans une acception urbaine plus large.
  • Enfin, l’accompagnement de l’évolution des comportements, pour asseoir cette dynamique, favoriser la compréhension et l’appropriation de la démarche par les habitants, et en assurer la réplicabilité et l’essaimage.


Des projets qui font système et une construction progressive

La Métropole de Rouen Normandie et ses partenaires proposent d’intervenir autour de 5 axes formant une approche systémique, qui permettra d’une part de rendre la voiture moins indispensable, et d’autre part de favoriser une mobilité raisonnée et apaisée à toutes les échelles.

Axe 1 - Révolutionner le transport public par le véhicule autonome et connecté

La mobilité du futur donnera une place importante au véhicule autonome, sous réserve qu’il soit décarboné, partagé, et que les conditions de son exploitation au sein d’un réseau de transport collectif soient organisées pour du transport à la demande comme pour du transport de masse.

A court terme, il s’agit donc d’expérimenter le véhicule autonome à travers une multiplicité de cas d’usages (voies ouvertes ou fermées, différentes typologies de véhicules, contextes de desserte variés, vitesses variées…) pour construire progressivement les conditions de son insertion dans l’offre de transport collectif.

Axe 2 - Réduire l’impact carbone de la mobilité

Une stratégie territoriale intelligente en la matière doit appuyer le développement d’une diversité de sources énergétiques renouvelables et produites localement, et un réseau smart grid avec dispositifs de stockage in situ pour éviter le surdimensionnement des équipements. Un tel réseau permet également une résilience vis-à-vis du réseau électrique en offrant des services supplémentaires lorsque ce dernier est déficitaire de production. A court terme, il s’agit donc de soutenir la diversité des vecteurs énergétiques (électricité, hydrogène) pour permettre une montée en charge progressive de la production. Il s’agit par ailleurs d’accompagner le développement d’une « Zone à Faibles Emissions », qui appuiera elle-même l’évolution du parc automobile du territoire.

Axe 3 - Libérer et reconquérir l’espace public

La reconquête de l’espace public est un enjeu essentiel pour anticiper les transformations de la mobilité et soutenir les modes actifs. Il s’agit ainsi de rationaliser les flux en centre-ville en créant par exemple des quartiers « sans voiture » et des espaces de logistique de proximité pour repenser le maillage des espaces et les ouvrir à d’autres usages.

Axe 4 – Utiliser le numérique au service d’une mobilité raisonnée

L’objectif est ici de rendre véritablement opérationnelle l’intermodalité en intégrant et exploitant toutes les données de mobilité du territoire. Il s’agit également de proposer des solutions de mobilité souples et adaptatives pour permettre à chacun de choisir son mode de déplacement en toute circonstance. Du point de vue de l’usager, ce sont de nouveaux outils de calculs d’itinéraires, de systèmes d’information multimodale, et de billettique qui seront proposés dans les prochaines années.

Axe 5 - Piloter la transformation, enrichir l’innovation et accompagner le changement

Parce que le lien physique reste la meilleure opportunité d’accompagner le changement, la construction d’un espace dédié à la transformation, à l’expérimentation continue, à l’évaluation et à l’évolution des comportements permettra d’engager les habitants dans ce cercle vertueux de transformation. La création d’un « Living Lab » dédié à la mobilité permettra ainsi d’observer en continu les impacts générés par les autres projets, et d’apporter de nouvelles perspectives d’innovation et d’expérimentation. Il s’agira par ailleurs d’une vitrine ouverte pour informer les usagers du territoire et contribuer ainsi activement au modèle de transformation souhaité.

Ces projets reposent sur l’animation par la Métropole de Rouen Normandie d’une démarche partenariale associant environ 40 acteurs du territoire qui se mobilisent pour faire du territoire métropolitain un espace exemplaire, où les innovations technologiques auront été mises au service de la liberté de mouvement et du bien-être de chacun.

Le projet « Mobilités Intelligentes pour Tous » constitue un retour d’expérience riche d’enseignements pour l’ensemble des bassins de vie et de mobilité qui connaissent des problématiques équivalentes et souhaitent agir sur la place de la voiture en construisant des solutions adaptées à toute la diversité de cas d’usages qui les caractérisent.

Les auteurs

Aurélien Cagnard, Responsable du Laboratoire Territoire et Mobilités - Département Espaces Publics et Mobilité Durable, Métropole de Rouen Normandie

Charlotte Boutry, Consultante "Transports Urbains et Mobilités" - AMO de la Métropole de Rouen Normandie - BU Conseil, groupe Egis
Pour en savoir plus : Portrait d’un métier : Les transports urbains et collectifs, par Charlotte Boutry

 

Commentaires
0 commentaire