Précédent
Elias Seddiki
Directeur du domaine Mobilité - BU Ville, Route & Mobilités
Published on 11 juin 2020

Temps de lecture : 2 min

Quel futur pour la mobilité urbaine ?

Pas de doute : la crise que nous traversons va changer durablement notre pratique de la mobilité, avec des opportunités à saisir pour réduire la pollution de l’air.

Quelle futur pour la mobilité urbaine ?

- Crédits : fottoo - AdobeStock

Les Français en ont d’ailleurs bien pris conscience puisque 38 % d’entre eux affirment qu’ils pourraient se déplacer davantage en mode actif, selon une enquête du Forum Vies Mobiles, menée pendant la période du confinement. Ce report modal structurant vers les modes actifs est un enjeu qu’il faut naturellement encourager et concrétiser et pour lequel nous proposons déjà plusieurs actions d’accompagnement.

Bien évidemment, ce report modal devrait également s’accompagner d’une amélioration de l’attractivité des transports en commun, laquelle s’est littéralement effondrée pendant le confinement.
Pour rendre ces transports praticables, il a été nécessaire de gérer la situation d’urgence avec des mesures sanitaires exceptionnelles comme le port du masque et la distanciation physique, mais pour le moyen terme, il est nécessaire d’aller plus loin et de rendre plus souple l’offre de transport en commun pour qu’elle soit plus adaptée aux nouveaux modes de travail.

Il convient aussi de favoriser un meilleur interfaçage des transports en commun avec les modes actifs, en mettant en place de véritables pôles d’échanges multimodaux. Ce besoin de mettre en relation les différents modes est réel puisqu’il y a eu, pendant l’épisode épidémique, une réaction immédiate et positive pour mettre en place, de manière temporaire, de nouvelles pistes cyclables. Cependant, avant toute action ou prise de décision, il est nécessaire d’avoir une vision globale de la mobilité à moyen et long termes, de sorte à réaliser des aménagements qui aient du sens et surtout, qui soient durables.
Pour renforcer l’attractivité des transports, il serait aussi utile de connaître en temps réel la charge des transports en commun et de pouvoir proposer en amont du déplacement le bon créneau horaire, voire des places garanties.

Enfin, l’ensemble de ces mesures vont nécessiter des financements dans un contexte de crise des finances publiques, que ce soit pour les Autorités organisatrices de la mobilité (AOM) ou les collectivités, sans écarter les éventuelles coopérations entre acteurs publics et privés.

Toutes ces considérations sont à mettre sur la table si l’on souhaite reconfigurer avantageusement notre rapport à la Mobilité. Cet épisode inédit est propice à transformer les contraintes en opportunités pour un meilleur avenir !

Saviez-vous que le mot « crise », écrit en chinois, se compose de deux caractères : l’un représente le danger et l’autre l’occasion à saisir ? Ces deux termes, en apparence antinomiques, ne le sont pas en sémantique chinoise. Bien au contraire ! Ils sont complémentaires et s’enrichissent l’un l’autre ; la crise devenant alors synonyme d’opportunité au coeur du danger. Cela souligne la nécessité d’adopter une attitude positive et optimiste face à la crise afin d’anticiper positivement l'après, en recherchant des opportunités.

Commentaires
0 commentaire