Communiqués de presse

19 Février 2018

 

Gérer la complexité des "méga chantiers" : un modèle numérique global pour accélérer sur les projets d’ingénierie ferroviaire

Egis et le CEA développent de nouvelles solutions pour l’ingénierie des transports publics et ferroviaires. Le déploiement d’un outil de management des contraintes de grands projets, nommé « Exegis » est prévu d’ici fin 2018. Adapté à la gestion d’aménagements majeurs tels que l’implantation d’une nouvelle ligne de métro, il fera l’interface entre de nombreux outils de gestion couramment utilisés pour fournir une maquette numérique globale du projet.


En vue de l’implantation d’un nouveau transport urbain (tram, métro, ...), la conduite du projet nécessite de combiner de nombreuses contraintes de mise en œuvre imposées par le terrain et son aménagement, des objectifs de service et attentes fonctionnelles (régularité des passages, information de voyageurs et du conducteur…) et les cadres réglementaires et normatifs à respecter. Toutes ces contraintes représentent les exigences du projet (voir encadré) qui gouvernent la planification et la gestion du projet depuis sa conception jusqu’à la mise en œuvre du service.

 

12 Février 2018

 

Egis remporte le contrat "Pink Line monorail" à Bangkok

Un nouveau succès en Thaïlande pour Egis qui vient de signer un contrat de « Project consultant » pour la « Pink Line » du métro de Bangkok, avec son partenaire thaïlandais Team Consult.

La « Pink Line », premier projet monorail du pays, a été planifiée dans le cadre du « Mass Rapid Transit Master Plan » (M-MAP), un vaste programme visant à développer le réseau de transport public de la région métropolitaine de Bangkok. D'une longueur de 34,5 km, la future ligne permettra de relier la province nord-ouest de Nonthaburi à Bangkok, capitale du pays. Ses 42 rames en exploitation atteindront une vitesse commerciale de 80km/h et pourront transporter plus de 28 000 passagers par heure et par direction, facilitant ainsi le trajet quotidien de plus de 400 000 usagers.


22 Décembre 2017

 

Corridor de transport à Las Vegas : Egis entre en jeu

Au sein d’un groupement d’ingénieristes conduit par Louis Berger, Egis participera à l’étude de faisabilité du "Las Vegas resort Corridor" entre l’aéroport de Las Vegas, le Strip — quartier regroupant les hôtels et casinos — et Downtown Vegas. Le groupement s’engagera auprès de la RTC (Regional Transportation Commission of Southern Nevada) afin d’étudier les différentes technologies et modes possibles pour ce corridor.


19 Décembre 2017

 

Egis acquiert OCACSA, principal exploitant autoroutier indépendant au Mexique

Afin de renforcer sa position de leader international de l'exploitation et de la maintenance d'infrastructures routières, Egis annonce la prise de participation majoritaire de la société mexicaine Operación y Conservación de Autopistas Concesionadas (OCACSA), spécialisée dans l'exploitation d'infrastructures routières équipées de péages.


14 Décembre 2017

 

Urbis Park Services, filiale de Transdev, et Egis présentent Moovia, la nouvelle marque dédiée au contrôle du stationnement en voirie

C’est sous la nouvelle marque Moovia, que les partenaires Urbis Park Services et Egis, assureront à compter du 1er janvier 2018 et pour les 6 années à venir, le contrôle du stationnement et de la gestion des recours administratifs préalables obligatoires des 8e, 9e, 10e, 17e, 18e, et 19e arrondissements de Paris mais également dans près d’une dizaine d’autres collectivités en France, dont Bordeaux et Nice, soit plus de 115 000 places contrôlées en voirie.


[pdf - 375.28 Ko]

 

 

13 Décembre 2017

 

Egis participe au premier projet de Téléphérique urbain de la Réunion avec un contrat clé-en-main !

Le marché global de performance (Conception, Réalisation, Exploitation et Maintenance) pour le premier projet de téléphérique à St Denis de La Réunion a été attribué par la CINOR (Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion) au groupement FILAO constitué de POMA, mandataire du groupement, Egis, Atelier Architecte et Atelier Richez, SOGEA Réunion, ainsi que la SODIPARC et ISR pour respectivement l’exploitation et la maintenance.


11 Décembre 2017

 

Mise en service du premier tronçon du tramway de Luxembourg, sous maîtrise d’œuvre Egis

Le 10 décembre, le premier tronçon de la ligne 1 du tramway de Luxembourg a été mis en service après moins de 3 ans d’études et de travaux. Ce tronçon, d’une longueur de 4 km, relie Luxexpo au Pafendall-Rout Bréck (Pont Rouge) et dessert 8 stations. Egis est mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre de ce projet.


Ce dimanche 10 décembre, les luxembourgeois ont pu assister à la mise en service du  premier tronçon de ligne de tramway de Luxembourg.

Ce premier tronçon relie Luxexpo à Pafendall – Rout Bréck (Pont Rouge), en desservant le quartier du Kirchberg au nord-est de la ville. Cette première mise en service permettra de relier les zones où se concentre une partie importante de l’activité économique de Luxembourg et les institutions européennes.  La totalité de ce tronçon est composée de 8 stations, sur une longueur de ligne de 4 km ainsi que d’un centre de maintenance et de remisage des rames. Ce tronçon assure la correspondance avec le funiculaire et la nouvelle gare de chemin de fer assurant ainsi une meilleure desserte du plateau du Kirchberg qui regroupe de nombreux emplois.

Une fois prolongée vers le centre-ville, la ligne de tramway comprendra une section de 3,6 km sans ligne aérienne de contact avec une alimentation par biberonnage en station (injection rapide d’énergie par le sol durant l’arrêt en station).

Un pari réussi !

La date de mise en service d’un premier tronçon  était le pari lancé par la société en charge de la réalisation du projet – Luxtram - depuis le début des études, en février 2015.  Ce challenge a été remporté à la satisfaction du gouvernement et de la ville de Luxembourg, les actionnaires de Luxtram.

Ce tramway circule tous les jours dès 04:42, en semaine. Le parc tramways de Luxtram est composé de 9 rames de 45 m (de 7 modules), pouvant accueillir jusqu’à 420 voyageurs et le temps de trajet sur ce premier tronçon enregistre une durée de 11 minutes.

Une maîtrise d’œuvre signée Egis

Depuis février 2015, Egis est mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre du tramway de Luxembourg. Ce groupement est composé de l’atelier Villes & Paysages, filiale Egis, et des sociétés luxembourgeoises Paul Wurth Geprolux, Luxplan SA, Beng architectes associés, et Felgen.

Le groupement assure la maîtrise d’œuvre complète du projet, intégrant la conception du projet, la rédaction et la passation des marchés de travaux,  leur suivi et leur réception y compris la phase essais ainsi que l’OPC (ordonnancement, pilotage et coordination) et la sécurité.

Ces missions portent sur :

  • le système de transport,
  • l’ensemble des systèmes d’exploitation,  
  • les réseaux, 
  • la totalité des aménagements urbains du centre-ville de façade à façade

Ce succès est une grande fierté pour le groupement de maîtrise d’œuvre dirigée par Egis !

La mise en service du deuxième tronçon est prévue courant 2019-2020. Le réseau s’étendra alors au sud jusqu’à la station Lycée Bonnevoie. Les 6 stations additionnelles desserviront notamment les quartiers : Hamilus, la gare centrale de la ville et Bonnevoie.

En 2021, la ligne de tramway s’étendra au nord et au sud de la ville, permettant de relier  l'aéroport de Luxembourg-Findel au futur stade national de  football à la Cloche d'Or. La longueur totale de la ligne sera alors 16,2 km et comprendra 24 stations.

Cette ligne de tramway est un véritable tracé multimodal, puisqu’elle desservira les gares et l’aéroport, permettant également des correspondances avec les pôles d’échange bus (de Ville et régionaux) et le funiculaire de la ville.

 

06 Novembre 2017

 

Le cabinet d'architecture 10 DESIGN rejoint le Groupe Egis

Le 31 octobre 2017, 10 DESIGN, cabinet d'architectes basé à Hong Kong, a rejoint le Groupe Egis.


"Nos deux sociétés sont heureuses d'annoncer la prise de participation majoritaire d’Egis dans le capital de 10 DESIGN. La complémentarité géographique et l’expertise de chaque entité vont permettre de proposer à nos clients une offre aux multiples compétences." indiquent les dirigeants d’Egis et de 10 DESIGN.

Thomas Salvant, Directeur exécutif - Bâtiments d’Egis précise : "Egis envisageait depuis quelques temps une implantation en Asie du Sud-Est pour développer ses activités dans le domaine du Bâtiment. Notre partenariat stratégique avec 10 DESIGN sera l'occasion d'enrichir les missions de notre Groupe, en intégrant une compétence architecturale de grande qualité."

David Pringle, Président directeur-général de 10 DESIGN, ajoute : "Après avoir acquis une solide réputation en Asie et au Moyen-Orient,  nous souhaitions étendre nos activités en Europe. Egis nous offre ainsi une formidable opportunité de concrétiser cet objectif. L’ensemble des associés de 10 DESIGN se réjouissent de cette future collaboration."

Egis s’est rapproché il y a quelques mois de 10 DESIGN pour nouer un partenariat stratégique en Asie. Au fur et à mesure des échanges, le rapprochement des deux sociétés est apparu comme une évidence compte tenu des synergies possibles.

Les deux sociétés vont maintenir leurs relations avec leurs partenaires stratégiques respectifs et réuniront leurs compétences pour répondre au mieux à leurs clients et aux nouvelles opportunités en fonction de leur pertinence et de leur localisation.

Consulter le site Internet de 10 DESIGN http://www.10design.co

 

18 Octobre 2017

 

Grand Prix National de l’Ingénierie 2017 : Alain Baudry et l’équipe du consortium ENGAGE remportent le prix Industrie et Conseil en Technologies pour le projet ITER

Jeudi 19 octobre 2017 – Porté par le consortium ENGAGE (Egis / Assystem / Atkins / Empresarios Agrupados), Alain Baudry et l’équipe du consortium ENGAGE ont remporté le prix Industrie et Conseil en Technologies pour le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor). Lancé depuis plusieurs années à Cadarache, dans le sud de la France, le projet expérimental ITER repose sur la création d’une centrale d’un nouveau genre, basée sur la fusion nucléaire. Par son envergure, ce projet est considéré comme le plus ambitieux projet énergétique au monde.


Le groupement ENGAGE assure depuis 2011 — et jusqu’en 2018 — la mission d’assistance au maître d'ouvrage et de maîtrise d'œuvre tous corps d'état pour la construction de l'ensemble du site. Leurs efforts communs sont aujourd’hui récompensés par le prestigieux prix Industrie et Conseil en Technologies au Grand Prix National de l’Ingénierie 2017.

Une collaboration mondiale pour expérimenter la fusion nucléaire

Le projet ITER consiste à recréer sur Terre — et de manière contrôlée — la réaction de fusion d’atomes d’hydrogènes telle qu’elle se déroule au cœur du soleil et des étoiles. Le programme a été conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technique de ce procédé. La recherche sur la fusion pourrait représenter une variante durable à tous les modes actuels de production d’énergie, en développant une source d’énergie sûre, inépuisable et respectueuse de l’environnement.

Plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite, ITER est aussi la première collaboration globale de ce type. La contribution de l’Europe représente près de la moitié du coût de construction de la machine ; les six autres membres engagés dans cette collaboration internationale (la Chine, le Japon, l’Inde, la République de Corée, la Fédération de Russie et les États-Unis) contribuent de manière égale au reste du financement.

Un chantier hors normes pour des enjeux de taille

ENGAGE est dans une démarche constante de créativité pour affronter le défi que pose la complexité du projet ITER : au-delà de la technicité de ce projet, le volume de l’opération, le niveau de sécurité et de fiabilité, aligné sur les plus hauts standards, sont des éléments qui conduisent le groupement à développer une expertise féconde dans tous les domaines de sa mission d’ingénierie.

Le programme consiste à bâtir les infrastructures de la plateforme d’un demi-hectare, réalisées par l’agence européenne F4E (Fusion for Energy), soit une quarantaine de bâtiments à caractère industriel, ainsi que deux bâtiments nucléaires : l’un accueillant le Tokamak (un réacteur expérimental de  30 mètres de haut pesant 25 000 tonnes), l’autre une usine de préparation et de retraitement d’un isotope de l’hydrogène, le tritium.

Ces bâtiments doivent héberger un très grand nombre d’équipements et procédés ; ils doivent d’autre part être dimensionnés pour résister à toute une série de scénarios accidentels : séisme, fuite du circuit de refroidissement, perte du vide dans l’enceinte du Tokamak, etc. Le programme contient donc essentiellement des requis d’exigences de sûreté (environ 300 pour les bâtiments nucléaires à l’origine).

Par ailleurs, la fusion nucléaire concilie production d’énergie et développement durable (absence de déchets hautement radioactifs, combustible inépuisable, arrêt immédiat possible de la réaction en cas d’urgence). Face à un tel challenge, la conception et la construction se devait d’intégrer le développement durable comme une  donnée d’entrée du projet, selon trois axes : préserver l’environnement, favoriser la cohésion sociale et promouvoir une économie responsable.

Les premiers éléments sortent de terre

Le projet est actuellement en phase de réalisation des infrastructures et des bâtiments. Trois étages (sur 8) sont déjà réalisés pour le bâtiment central Tokamak. Quatre bâtiments auxiliaires sont clos et couverts, dans lesquels les corps d’états techniques démarrent. Les autres bâtiments auxiliaires sont en phase gros œuvre.

Du côté des infrastructures, la première sous-station très haute tension (400 kV) a été livrée. Certaines zones aménagées de la plateforme vont être très prochainement livrées à ITER pour l’arrivée des entreprises d’assemblage du process.

En tout, environ 1800 personnes travaillent sur ce chantier haut en complexité et en densité de travaux, toujours dans des délais et avec un niveau de qualité et de sécurité exigeants.

Une panoplie de technologies et d’innovations

L’originalité essentielle du projet repose sur la maquette numérique gérée en « 3D as master » dont ENGAGE assure le pilotage et la gestion pour la partie bâtiments, pour garantir la convergence des concepts bâtiment et procédés, gérer en configuration les données d’entrée, identifier et résoudre les interfaces, maîtriser les modifications.

La gestion des exigences de sûreté nucléaire des bâtiments a été développée par ENGAGE sur une base de données afin de permettre une traçabilité des exigences, de leurs versions et de la manière dont elles ont été adressées par les différents concepteurs et constructeurs.

La gestion de configuration de tous les intervenants a également imposé la mise en place d’une base dédiée pour faire face au volume très important de modifications (une par jour en moyenne), de taille très variable, et impactant le référentiel d’études et de construction en permanence .

ENGAGE a mis en œuvre une base de données commune à tous les acteurs du projet, qui garantit la fiabilité de l’exploitation des documents, en termes d’enregistrement, de traçabilité, de diffusion et d’évolution. Compte tenu du volume considérable d’information et de requêtes (1,87 To de documents stockés, 70 000 connexions mensuelles, 10 000 documents publiés mensuellement), ENGAGE a contribué au développement de la version 4 de SGTI (solution Egis de gestion collaborative de projets de construction) et mis en place les processus d’utilisation spécifiques et les circuits de validation efficients requis. (plus d’informations : www.sgti4.fr ).

Le Grand Prix de l’Ingénierie est organisé par Syntec-Ingénierie, la fédération professionnelle de l’ingénierie, en partenariat avec le ministère de la Transition écologique et solidaire; la direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l'Économie et des Finances,  et en association avec le groupe Le Moniteur.

Crédits photos : ITER

Voir la vidéo du projet

 

12 Octobre 2017

 

Arabie Saoudite : Egis accompagne les compagnies aériennes Saudia et Flyadeal, dans leur mise en service opérationnelle du nouveau terminal de l’aéroport de Djeddah

Egis vient de remporter un contrat pour accompagner la compagnie aérienne Saudia et sa filiale Flyadeal vers leur nouvelle base d’opération sur l’aéroport international King Abdulaziz (KAIA) de Djeddah. Un enjeu majeur en termes d’efficacité opérationnelle dans cette phase de transition complexe vers de nouvelles infrastructures.


De nouvelles installations dans un nouveau terminal

L’aéroport international King Abdulaziz (KAIA) de Djeddah fait l’objet d’importants travaux visant, dans un premier temps, à porter, sa capacité d’accueil de 13 à 30 millions de passagers annuels. L’extension de l’aéroport est un projet gigantesque et complexe, qui devrait se dérouler en 3 phases jusqu’en 2035, avec une capacité cible finale de 80 millions de passagers par an.

En 2018, l’inauguration d’un nouveau terminal, doté de 46 portes d’embarquement pour les vols internationaux et domestiques, améliorera significativement les opérations des compagnies aériennes sur l’aéroport KAIA. Afin d’accompagner Saudia et Flyadeal dans la préparation opérationnelle et le transfert (Operational readiness and airport transfer – ORAT) vers le nouveau terminal et de garantir une mise en service réussie, Egis apportera son expertise à travers des services de conseil dédiés, de la planification du projet jusqu’à l’assistance après l’ouverture du terminal.

Assurer une transition réussie

Les services fournis par Egis comprennent une analyse des écarts par rapport aux exigences requises pour la mise en service des vols dans le nouveau terminal, que ce soit du point de vue du personnel, des processus ou des technologies de l’information. Egis mènera par ailleurs une évaluation de la stratégie commerciale de Saudia et Flyadeal, en rapport avec les nouvelles infrastructures, et planifiera les services d’assistance nécessaires à la préparation opérationnelle, y compris pour les questions de formation, de familiarisation du personnel et de tests. Egis continuera, enfin, d’accompagner les deux compagnies aériennes pendant les premiers mois qui suivront la mise en service effective.

Afin d’assurer un transfert réussi et maîtrisé vers le nouveau terminal, Egis devra travailler en étroite coordination avec le service de management de projet de Saudia (PMO), ainsi qu’avec un grand nombre d’acteurs de l’aéroport : l'Autorité de l'aviation civile (GACA), l'exploitant de l'aéroport (Changi Airport Group), l’entrepreneur (Saudi Bin Laden Group), le maître d’œuvre (Dar-Al-Handasah), les filiales de Saudia et les services gouvernementaux tels que l’immigration ou les douanes.

« Nous sommes particulièrement honorés d’apporter notre support à Saudia et Flyadeal dans ce projet complexe et exigeant. Nos équipes s’assureront de travailler en proximité avec nos clients afin de répondre à leurs attentes jusqu’à ce que leurs opérations dans le nouveau terminal se déroulent parfaitement », explique Jacques Khoriaty, directeur Aviation d’Egis pour le Moyen-Orient.

Une approche globale s’appuyant sur une forte expertise opérationnelle

Egis est reconnu sur le plan international pour ses compétences en conseil et ingénierie aéroportuaires. Cette expertise s’appuie par ailleurs sur la force d’un réseau de 17 aéroports dans le monde entier. En tant qu’investisseur et exploitant d’aéroport, Egis est en mesure d’apporter une valeur ajoutée significative dans l’exploitation, le développement et la gestion aéroportuaire. Grâce à cette synergie unique, Egis place la performance opérationnelle au cœur de chacun des projets de ses clients.

 

Pages

Recevez nos communiqués