Communiqués de presse

19 Décembre 2013

 

Egis remporte un nouveau succès en Irlande

Egis Lagan Services Ltd, une joint-venture entre Egis et la société Lagan d'Irlande du Nord, a signé le 18 décembre 2013 avec la Direction des Routes Irlandaise (National Roads Authority) un contrat de maintenance routière pour l'exploitation, la maintenance et des services de renouvellement sur 330 km d'autoroutes dans le sud de l'Irlande.

 

 

Le projet comprend l'exploitation et l'entretien courant du réseau routier ainsi que les inspections, la maintenance environnementale, la réponse aux incidents et la maintenance hivernale en coordination avec les autorités locales et le Centre de contrôle du trafic autoroutier national. Des travaux de réparation et de renouvellement peuvent être également ordonnés par la Direction des Routes Irlandaise.

Le contrat est un contrat à durée déterminée de cinq ans avec une possibilité d'extension de deux années supplémentaires.

Les activités d'exploitation seront réalisées à partir de quatre dépôts situés à Dunkettle (Cork), à Cahir (Tipperaray), à Portlaoise et à Kilkenny. Chaque dépôt sera équipé des véhicules, équipements et matériels nécessaires pour exploiter chaque section spécifique du réseau et pour fournir la liaison avec les sections adjacentes et les autorités concernées.

Ce contrat renforce la position d'Egis en tant que leader du marché de l'exploitation et de la maintenance routière en Irlande. Egis exploite dorénavant 450 km d'autoroutes en Irlande. De plus, le portefeuille de projets d'Egis en Irlande comprend le contrat de maintenance d'équipements ITS, le service de contrôle de vitesse national irlandais, l'exploitation du tunnel de Dublin, le contrat EastLink Bridge (pont à l'est de Dublin) ainsi que le paiement du télépéage routier et l'accès aux parkings à travers Easytrip services Ireland.

 

11 Décembre 2013

 

Mise en service du prolongement sous-fluvial du métro de Lyon : une maîtrise d’œuvre Egis

Mercredi 11 décembre 2013 à 11h, le SYTRAL, autorité organisatrice des transports de l'agglomération lyonnaise, inaugure le prolongement de la ligne de métro B à Oullins, commune située de la rive droite du Rhône, au sud-ouest de Lyon. Partenaire du Maître d'ouvrage depuis la réalisation de la première ligne de métro lyonnais, Egis confirme son savoir-faire en matière de maîtrise de chantier exemplaire et d'ouvrages souterrains d'envergure.

© Mario Renzi / Egis

[pdf - 168.19 Ko]

 

Un chantier d’exception en avance sur le planning

La ligne B traverse la ville du Nord au Sud de la ville, desservant Villeurbanne, Lyon et désormais Oullins grâce à la création d'1,8 km de ligne supplémentaire et d'une nouvelle station.

Ce chantier de grande envergure a nécessité le creusement d'un tunnel sous-fluvial. Un projet exceptionnel qui a engagé des savoir-faire et des techniques peu courantes. La solution du tunnelier monotube à pression de boue s'est révélée être la plus adaptée pour répondre à la complexité du sous-sol lyonnais et engendrer le moins de nuisances, tout en étant la plus économique.

Les travaux au tunnelier ont, notamment, été orchestrés avec succès par les équipes d'Egis, rompues à ce type de réalisation. Le creusement du tunnel complet a été achevé avec 4 mois d'avance par rapport aux 11 mois initialement planifiés. Le tunnelier est arrivé le 2 mars 2011 à la station Gare d'Oullins, réalisant la traversée sous-fluviale, à elle seule, avec 41 jours d'avance. Le terminus d'arrière-gare et la station creusée dans le granite ont également été réalisés en avance, permettant ainsi de tenir les échéances définies par Egis dès les études préliminaires de 2006.

Les missions de la maîtrise d’œuvre

Maître d'œuvre général, études et travaux, Egis a conçu le projet et assuré le suivi technique et financier du chantier, conduisant 25 marchés de travaux. Depuis les études préliminaires jusqu'à l'assistance à la passation du marché principal de génie civil et équipements connexes selon la procédure négociée décidée par le Maître d'ouvrage, Egis a été impliqué en amont dans le choix du mode constructif pour franchir le fleuve. Le SYTRAL a ainsi pu s'appuyer sur les compétences et le savoir-faire d'Egis ainsi que sur ses expériences acquises en France et à l'international. Egis a mobilisé une cinquantaine de ses collaborateurs sur cette opération remarquable.

La mise à disposition d'une équipe pluridisciplinaire infrastructures et systèmes très soudée et impliquée pour la réussite du projet a été déterminante. La sécurité a également été un des points forts du chantier. Aucun accident grave n'a été à déplorer sur le chantier démarré à l'été 2009.

Retour sur le planning de la réalisation :

  • juin 2009 : début des travaux de génie civil
  • septembre 2010 : début du creusement
  • 2 mars 2011 : arrivée du tunnelier à la station Oullins Gare
  • avril 2011 : fin du creusement du tunnel
  • juillet 2011 : début de pose de la voie ferrée
  • février 2012 : début de pose des équipements en tunnel
  • mars 2012 : début des travaux de second œuvre aménagement et équipement de la station Gare d'Oullins
  • juillet 2012 : fin de pose de la voie ferrée
  • janvier 2013 : fin de pose des équipements en tunnel et derniers travaux de Génie Civil
  • février 2013 passage de la première rame et début des essais d'ensemble
  • octobre 2013 : derniers travaux de second œuvre aménagement et équipement de la station
  • octobre 2013 : début de la marche à blanc (remise de l'ouvrage à l'exploitant)
  • 11 décembre 2013 : mise en service

 

04 Décembre 2013

 

Egis inaugure ses bureaux à Dijon

Egis inaugure le 4 décembre 2013 les bureaux regroupant ses équipes de Dijon, en présence de Nicolas Bonnet, Directeur régional adjoint de la Caisse des Dépôts et du Directeur de la branche Bâtiments France d’Egis.

Focus sur nos activités en région.

 

 

© Alain Doire/Bourgogne Tourisme

 

Une implantation stratégique

L’implantation dijonnaise, qui réunit les équipes pluridisciplinaires d’Egis en région, à proximité de ses clients et partenaires, illustre la politique d’implantation territoriale du groupe, socle de sa stratégie en France.

Groupe d’ingénierie actif en France et à l’international, Egis met en place à Dijon une équipe locale de 8 personnes, spécialisée dans plusieurs domaines d’activités (bâtiment, transport, aménagement des territoires, etc.). Une équipe qui, grâce à ses expertises conjuguées en aménagement urbain et en construction, répondra aux enjeux régionaux des projets de développement des territoires. Elle s’appuie également sur les savoir-faire du groupe pour proposer des expertises complémentaires.

Accompagner les grands projets urbains de la Ville

Egis accompagne le Grand Dijon, depuis plus d’une vingtaine d’années, dans ses projets de développement. Maître d’œuvre des deux lignes de tramway,  Egis a joué un rôle novateur essentiel dans l’économie de ce projet. Le groupement de commande du matériel roulant entre le Grand Dijon et Brest Métropole, mis en œuvre pour la première fois dans l’histoire des transports publics, est un bel exemple de l’initiative de nos professionnels. Une opération « fer de lance » qui ouvrira la voie à d’autres agglomérations françaises. Egis a également été le maître d’œuvre du Centre Hospitalier Universitaire de la Ville de Dijon, emblème d’une nouvelle dynamique de performances, de modernité et de la mutualisation de moyens.

Requalifier, valoriser le patrimoine architectural et paysager, repenser l'habitat,  les quartiers, le cadre de vie… tous les métiers d’Egis au service des projets urbains et territoriaux.

 

02 Décembre 2013

 

Egis et ACTOLL créent une société commune TollSys, développeur et éditeur de solutions logicielles de back-office péage

Dans le cadre du développement de son activité dans les infrastructures complexes de transport à péage, Egis s'est associé à la société ACTOLL pour créer la société TollSys, développeur de solutions logicielles de back-office péage.

TollSys développe et maintient des logiciels de back-office pour des solutions de péages traditionnels et Free flow (« sans-arrêt »).

La société bénéficie de la maîtrise des processus métiers et de l'apport de projets de la part d'Egis. La société ACTOLL et TICKS (éditions de logiciels) apportent la maîtrise du développement de logiciels péage, ainsi que la plateforme dénommée TICKS BPMN Studio (TBS) qui sera l'outil de développement des logiciels de back-office.

Rik Joosten, Directeur Général d'Egis Projects et Président de TollSys déclare : « Le projet d'un partenariat durable avec ACTOLL permet à Egis de mieux maîtriser la chaîne de valeur des systèmes de péage, en se dotant d'une solution de back-office compétitive, souple et adaptable aux besoins d'exploitation. Ce partenariat permet de sécuriser mais également de développer les activités d'Egis sur le marché de la fourniture, de l'installation et de la maintenance des équipements de péage ».

« L'alliance des deux sociétés permet de proposer à nos clients des solutions intégrées basées sur nos connaissances respectives des métiers du développement de logiciels, de la maintenance et de l'exploitation des solutions péage. Ce rapprochement nous permet d'accéder à des marchés nouveaux et complémentaires et nous donne de nouvelles perspectives de croissance à l'international » confirme Liborio Panzarella, Président d'ACTOLL et Directeur Général de TollSys.

Ce partenariat permet de renforcer les compétences d'Egis et d'ACTOLL dans la maîtrise des back-offices des systèmes de péage.

 

07 Novembre 2013

 

Grand Prix National de l’Ingénierie : Egis remporte le Prix Construction et Aménagement pour le Pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux

Le concours du Grand Prix National de l'Ingénierie* vient de récompenser les équipes d'Egis pour l'ingénierie du nouveau Pont levant Jacques Chaban-Delmas de Bordeaux, inauguré en mars 2013. Un Prix qui récompense un travail passionné, de haute technicité et qui vient souligner la beauté de cet ouvrage remarquable.

*Grand Prix National de l'Ingénierie du Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie et du Ministère du Redressement Productif en partenariat avec Syntec-Ingénierie et avec le concours du Groupe Moniteur

© Richard NOURRY / La Cub / GTM SO TP GC / GTM Sud / VINCI Construction Grands Projets / Cimolaï / Egis / LAVIGNE & CHERON Architectes / Michel VIRLOGEUX / Hardesty & Hanover

 

 

Une aventure collective primée

Nouveau phare de Bordeaux, le pont levant Jacques Chaban-Delmas sur la Garonne (500 m) s'est inscrit, dès sa génèse, dans la politique de développement des systèmes de transport en site propre de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB). Par son intégration dans le paysage urbain, son esthétique et sa fonction de levage, il contribue au développement urbain de Bordeaux, favorisant les aménagements des quartiers Bacalan et Bastide et permettant aux grands paquebots d'accéder au centre-ville historique.

Il a constitué pour l'équipe Conception-Construction un enjeu technique et architectural de première importance.

C'est aujourd'hui une consécration pour Egis de recevoir le Prix Construction et Aménagement au Grand Prix National de l'Ingénierie (GPNI) pour cet ouvrage exceptionnel.

Difficultés et prouesses du projet

Face à la complexité du projet, et en l'intégrant dans une vision globale, l'équipe s'est fixée des objectifs qui quelques fois étaient aussi de véritables défis techniques. Mettre en commun divers impératifs et compétences fut un travail savant.

Tout est complexe dans cet ouvrage de haute technicité et tout est sujet à innovations.

Les exigences liées au classement de l'Unesco ont nécessité l'adaptation des plans initiaux pour préserver l'intégrité visuelle du paysage urbain : diminution de la hauteur, suppression des tourelles sur les gabions de protection, élargissement des placettes autour des pylônes...

Le parti choisi par Egis, avec un tablier en caisson profilé entre quatre pylônes d'une forme particulièrement moderne, répond à la fois aux objectifs urbanistiques, au programme fonctionnel, aux impératifs d'exploitation et de maintenance, mais aussi à l'ambition du groupe de concevoir un ouvrage élégant inscrit dans une démarche de développement durable, qui puisse devenir le symbole de la modernité de la Ville et de son Agglomération.

Un ouvrage complexe conçu en 3 dimensions

Du fait de sa géométrie complexe et des interfaces nombreuses entre le génie civil et les équipements électromécaniques, le pont Jacques Chaban-Delmas a fait l'objet d'une modélisation numérique complète en 3D, dès la phase de conception. Ce travail a permis de donner une vision volumétrique de l'ouvrage final jusque dans ses moindres détails. Il a notamment permis de détecter avec précision les points de conflits mécaniques et d'y apporter les solutions adéquates.

Une construction impressionnante

Afin d'éviter les complications liées à la fabrication dans le lit de la Garonne, soumise à de fortes marées, les structures en béton (îlots de protection, embases, pylônes, piles intermédiaires...) ont été préfabriquées à 6 km du site, permettant un gain de temps et la réalisation des deux estacades principales (2 x 300 m). Les éléments préfabriqués ont été ensuite remorqués et fondés selon des modes différents, tenant compte du contexte géologique hétérogène.

Quant aux travées, chacune a parcouru 5 500 km sur une barge ; un voyage maritime de 3 semaines depuis les usines Cimolai (proches de Venise) jusqu'au port de la Lune. Plusieurs heures ont été nécessaires pour les positionner sur leurs bases, au rythme de la marée et avec une tolérance de positionnement de quelques centimètres seulement. Avec 117 m de longueur et 45 m de largeur pour un poids de 2 500 tonnes, la superficie de la travée centrale levante est égale celle d'un terrain de football !

Le levage d'un géant

La travée levante est mue par un dispositif de levage simple et éprouvé, qui s'apparente àcelle d'un gigantesque ascenseur. Chaque extrémité de la travée mobile est suspendue au droit de chacun des pylônes par dix câbles qui viennent s'enrouler autour d'une poulie de 4 mètres de diamètre logée en tête des pylônes. Ces câbles porteurs sont rattachés au-dessus de chacun des contrepoids présent dans les quatre pylônes. Ces derniers se déplacent à l'intérieur des pylônes grâce à des câbles de manœuvre fixés par le dessous, et s'enroulant autour de treuils motorisés, fixés en fond de chaque embase. La machinerie n'a alors qu'à fournir une force de levage d'environ 100 tonnes, qui correspond au différentiel de poids entre la travée mobile et les contrepoids. Cette faible prépondérance aurorise une motorisation réduite et économe.

Les dimensions exceptionnelles de la travée levante rendaient l'ouvrage très sensible aux actions du vent, notamment en position haute. Dès les premières esquisses, la forme de la travée levante a été profilée pour diminuer les effets aérodynamiques sur le pont. Des études approfondies ont ensuite été menées s'appuyant sur les données locales et sur l'exploitation des résultats des essais réalisés sur un modèle réduit (au 70e de sa taille) soumis à diverses conditions dans les installations du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) à Nantes.

Chiffres clés

Longueur : 433 m, dont 118 m de travée levante

Masse de la travée levante : 2 500 tonnes

Hauteur des pylônes : 77 m

Passe navigable : 106 m de large – 53 m de gabarit

60 levées par an (hors manœuvres de maintenance)

Durée de levage ou de descente de la travée : 12 minutes

2x2 voies de circulation

2 voies de TCSP (Transport en Commun en Site Propre)

2 passerelles de circulation de 4 m de large chacune

Acteurs du projet

Maîtrise d'ouvrage : Communauté Urbaine de Bordeaux, Direction des Grands Travaux

Groupement Conception-Construction : GTM-Vinci

Conception : Egis / Michel Virlogeux

Architectes : Lavigne & Chéron Architectes / Hardesty & Hanover

Construction : GTM Sud-Ouest TP GC / Vinci Construction Grands Projets / Cimolai / GTM Sud

 

22 Octobre 2013

 

Egis inaugure sa nouvelle implantation en Mongolie

Mardi 22 octobre 2013, Egis inaugure sa nouvelle implantation en Mongolie. Présent dans le pays depuis une quinzaine d'années, Egis a souhaité s'y implanter durablement, en créant une nouvelle filiale, Egis Tiin Mongolia et en s'associant avec son partenaire local, Ikh Tiin.

 

Un pays en pleine expansion

Avec un PIB multiplié par dix entre 1999 et 2012 et une croissance économique parmi les plus fortes du monde, la Mongolie doit relever de nombreux défis pour assurer son développement.
L'étendue de son territoire (une surface équivalente à trois fois celle de la France), le déplacement des populations des steppes vers les zones urbaines et l'exploitation croissante de ses ressources naturelles (charbon, cuivre, or, argent, fer, zinc, pétrole etc.) impliquent des besoins très importants en termes d'infrastructures de transport, d'énergie ou d'assainissement.

L’expertise d’Egis au service du développement économique du pays

Egis a débuté son activité en Mongolie il y a une quinzaine d'années, quand ses équipes ont assisté le Ministère du développement des infrastructures pour définir une politique, établir une loi des transports et proposer des mesures de réorganisation du secteur.

L'activité s'est intensifiée dans ce pays depuis 2009. Les équipes d'Egis ont apporté leur expertise à la ville d'Erdenet pour l'extension de la station d'épuration et ont également travaillé sur le plan stratégique de transports et de mobilité en Mongolie et en Asie Centrale. En 2013, Egis a remporté un premier contrat avec un groupe minier.

Aujourd'hui, Egis souhaite continuer à apporter toute son expertise au service du développement économique du pays dans le respect des populations et de l'environnement. Le nouvel essor de la Mongolie permet de nombreuses perspectives de développement pour Egis, tant dans les domaines des transports, de l'assainissement, des mines ou du développement urbain, notamment dans la capitale Oulan Bator.

Une présence durable

En juin dernier, Egis a décidé de s'implanter durablement en Mongolie en créant une filiale, Egis Mongolia LLC, et en constituant avec son partenaire local, Ikh Tiin LLC, une Joint-Venture mongole, Egis Tiin Mongolia LLC. Cette filiale nous permet de développer des compétences locales : ingénieurs, économistes, et urbanistes.

 

17 Octobre 2013

 

Trophées de l’innovation et du développement durable de la Caisse des Dépôts : Egis deux fois lauréat

Mardi 15 octobre 2013, Jean-Pierre Jouyet, directeur général du groupe Caisse des Dépôts et Martin Hirsch, président de l'Agence du service civique, ont remis les Trophées de l'innovation et du développement durable à neuf initiatives portées par les collaborateurs du groupe Caisse des Dépôts.

 

L’innovation et le développement durable à l’honneur

Favorisant les démarches innovantes des salariés du groupe Caisse des Dépôts en matière de développement durable, les Trophées permettent de renforcer la transversalité des métiers et des entités du groupe. Avec 127 dossiers soumis, Jean-Pierre Jouyet s'est félicité du succès de ces Trophées.

Récompensant les projets innovants sur l'ensemble des activités du groupe, les Trophées de l'innovation et du développement durable permettent de valoriser l'initiative et la créativité des participants, de partager les expériences et le savoir-faire de l'ensemble des métiers en matière d'innovation et de développement durable. Ils distinguent 8 projets et réalisations répartis en quatre thématiques liées à l'innovation et au développement durable :
· Prix « Financement responsable et développement de l'économie »,
· Prix « Transition écologique »,
· Prix « Cohésion sociale et solidarités »,
· Prix « Qualité de vie au travail »,
· Et le Prix « coup de coeur » des collaborateurs de la Caisse des Dépôts.

Egis remporte deux prix dans la catégorie « transition écologique »

Dans la catégorie transition écologique, les deux projets/réalisations d'Egis lauréats sont :

1. L'ECOREHABILITATION (Egis)

Egis propose une méthodologie afin de faire des quartiers d'habitat pavillonnaire et des zones d'activités économiques de véritables écoquartiers. Il s'agit de mener un projet conciliant amélioration de la performance thermique, densification et projet urbain participatif. La méthode est innovante par ses propositions opérationnelles et financières, qui permettent d'aborder transversalement les questions de logement, mobilité, voierie, espace publics, énergie, eau, déchets.

Le Jury a apprécié l'approche systémique de la démarche qui touche à toutes les dimensions du projet urbain et va bien au-delà de la simple réhabilitation des bâtiments : dimension sociétale (recréer du lien dans le quartier), environnementale (repenser le bâti et la mobilité) et économique (création de valeur pour les acteurs publics et privés).

2. LA REQUALIFICATION D'UNE ZONE URBAINE DEGRADEE GRACE AU VETIVER (Egis Congo)

L'agglomération de Brazzaville (Congo) est confrontée à d'importantes érosions qui menacent les infrastructures de transports et les habitations. L'utilisation par Egis d'une plante cultivée localement, le vétiver, a permis l'amélioration des conditions de vie des congolais. Cette solution naturelle, plantée manuellement par la main d'oeuvre locale, a permis de développer l'emploi. Ce projet innovant, considéré comme un succès, a conduit à sa généralisation à l'ensemble des projets d'Egis au Congo de manière structurante ou préventive pour la stabilisation des talus sensibles à l'érosion. Cette technique devrait pouvoir être étendue à d'autres projets en Afrique et également permettre la réduction des pollutions en zones minières.

Le Jury a apprécié l'adaptation des solutions proposées au contexte local : ce sont des moyens locaux qui ont contribué à la réalisation d'objectifs locaux, dans une logique d'innovation peu consommatrice de ressources financières. Le caractère international de ce projet a été souligné, ainsi que son caractère participatif marqué.

 

09 Octobre 2013

 

Egis participera à la conception - construction de la Rocade L2 de Marseille aux côtés de Bouygues Construction et Spie Batignolles

Le contrat de Partenariat Public-Privé de la Rocade L2 à Marseille vient d'être signé entre l'Etat et la Société de la Rocade L2 de Marseille, emmenée par le mandataire Bouygues Travaux Publics, pour un montant de 620 millions d'euros et une durée de 30 ans.

La Société de la Rocade L2, dont Egis est membre, réalisera une voie rapide urbaine gratuite d'une dizaine de kilomètres, reliant les autoroutes A7 au nord et A50 à l'est. Cette liaison doit contourner le centre-ville et délester notamment les boulevards qui font aujourd'hui fonction de rocade.

© Pixxim / Bouygues

 

Un partenariat avec l’Etat pour améliorer la mobilité marseillaise

Dans ce projet de nouvelle infrastructure routière, deux tronçons distincts seront réalisés : la construction d'une section neuve au Nord de la ville (4,1 km) et l'achèvement de la construction de la section Est (5,5 km), démarrée il y a une vingtaine d'année.

Outre Egis, la Société de la Rocade L2 est composée de Bouygues Construction (Bouygues Travaux Publics - mandataire, Bouygues Travaux Publics Régions France, DTP Terrassement et Bouygues Energies & Services), Colas Midi-Méditerranée, Spie batignolles, Meridiam Infrastructure et CDC Infrastructure.

Actionnaire à 5% de la Société de la Rocade L2, Egis participe notamment aux activités de maintenance et plus particulièrement aux missions d'assistance à maîtrise d'ouvrage maintenance et GER (Gros Entretien Réparations). Egis sera également en charge des équipements fixe d'exploitation en collaboration avec des sociétés du groupe Bouygues ainsi que de l'ingénierie de la construction de la Rocade L2.

Les concours publics au financement de la L2 sont apportés à hauteur de 27,5% respectivement par l'Etat, la Région Provence Alpes Côte d'Azur et 22,5% par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole Ce Contrat profitera d'un financement en partie privé obligataire.

La réalisation complète de ce projet d'autoroute intra-urbaine initié par les pouvoirs publics vise à l'amélioration de la qualité de vie des habitants des quartiers traversés grâce à une couverture du tracé sur 60 % de son linéaire et à des réaménagements limitrophes de surface.

Les travaux démarreront en juillet 2014, permettant une ouverture de la L2 Est dès juillet 2016 et l'ouverture de la L2 Nord en octobre 2017.

 

04 Octobre 2013

 

Egis signe son premier contrat d’interopérabilité de télépéage aux Etats-Unis

Le 24 Septembre 2013, Egis a signé un contrat avec « Alliance for Toll Interoperability » (ATI) aux Etats-Unis. Ce contrat comprend la fourniture, la mise en place et l'exploitation de la plate-forme nationale d'interopérabilité de collecte et de vérification du paiement du péage par transactions vidéo (plaques d'immatriculation) et par transactions badges.

Créée en 2009, ATI est une organisation regroupant plus de 40 autorités locales américaines (agences) en charge de la collecte du péage. Elle a souhaité développer l'interopérabilité entre les réseaux de ses membres pour faciliter l'acquittement du péage par leurs clients.

Egis et Sanef sont actionnaires à 50/50 de la société Secured Interagency Flow (SIF), en charge de ce contrat d'interopérabilité de télépéage. Au sein de cette société, Egis sera en charge de l'exploitation et sanef its America de la fourniture du système.

Ce contrat comprend de nombreux services tels que la réconciliation financière entre les agences locales et un processus de résolution des réclamations. Il inclut également des services complémentaires comme la gestion des violations de péage, la fourniture de badges pour les agences ou bien encore la recherche des plaques d'immatriculations dans les bases de données des différents états américains. L'utilisation de cette plate-forme d'interopérabilité permettra aux agences de recouvrer des montants de péages actuellement perdus et, grâce aux futurs services complémentaires, de réduire leur coût d'exploitation.

Les abonnements des premières agences commenceront en octobre 2013 et l'intégration de celles-ci à la plate-forme d'interopérabilité se fera d'ici la fin de l'année. Après une phase initiale d'un an, le contrat se poursuivra sur une durée de cinq ans avec le rajout de nouvelles fonctionnalités telles que l'identification par transaction badge, la gestion de la plate-forme dans un centre de données sécurisé incluant aussi un site de secours.

Ce nouveau succès ouvre la voie à Egis pour pénétrer un marché américain du péage très porteur.

 

30 Septembre 2013

 

Egis, filiale de la Caisse des Dépôts, fait confiance à Autodesk pour ses grands projets d’ingénierie

Autodesk, Inc. (NASDAQ: ADSK) et Egis, groupe de conseil et d'ingénierie dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l'industrie, de l'eau, de l'environnement et de l'énergie, annoncent la signature d'un accord de partenariat (Enterprise Business Agreement)d'une durée de 3 ans et demi pour le déploiement de technologies Autodesk et l'assistance quotidienne. Cet accord permettra, dans un premier temps, aux 3000 postes installés, d'accéder à l'ensemble des logiciels d'Autodesk puis, à terme, d'élargir cette opportunité aux entités d'Egis à l'international.

 

 

Le premier partenariat de ce type en France

« Egis est l'un des premiers bureaux d'ingénierie au monde : nos 12 000 collaborateurs conseillent et accompagnent au quotidien des grands projets liés aux infrastructures. Nous utilisons depuis plusieurs années les technologies Autodesk pour la mise en œuvre de nos projets », explique Frédéric Beyneix, Directeur des Systèmes d'Information Groupe chez Egis. « Nous souhaitions désormais pouvoir avancer ensemble dans notre forte croissance à l'international en bénéficiant d'un accompagnement personnalisé, ajustable et très réactif, qui puisse offrir une couverture globale et qui comprenne avant tout, une offre de support. »

« L'accord signé aujourd'hui avec Egis représente le premier partenariat de ce type en France », précise David Rhodes, Vice-Président Monde, Ingénierie, Ressources Naturelles & Infrastructure chez Autodesk. « Il souligne l'évolution de notre mode de collaboration avec nos clients qui vise à avoir une relation plus stratégique avec eux afin de leur apporter plus de conseil, de support dans leur métier, mais aussi de les accompagner dans leur transformation, notamment vers l'utilisation de la maquette 3D, le BIM (Building Information Modeling). »

Retour en détails sur l’accord de partenariat entre Egis et Autodesk

Celui-ci couvre dès aujourd'hui plusieurs volets :

  • L'accès multiple et en temps réel à l'ensemble des produits Autodesk sans pour autant attribuer une licence à un utilisateur. Cette gestion des licences suit et s'adapte aux règles de conformité à l'international, pour permettre à tous les ingénieurs de bénéficier des mêmes outils de travail et d'échanger facilement entre eux les fichiers, indépendamment du lieu du projet.
  • L'assistance, à la hauteur de 500 jours de support sur la durée du contrat.

« Depuis plusieurs années, Autodesk fait preuve d'une véritable montée en puissance sur les logiciels spécialisés métiers. La gamme Revit et le logiciel Civil 3D sont ainsi devenus des références dans la conception et la construction du bâtiment et de projets de Travaux Publics », indique Frédéric Beyneix d'Egis.

Autodesk et Egis envisagent déjà d'étendre cet accord à l'international en augmentant de 10% les licences existantes de 500 utilisateurs simultanés afin de répondre aux enjeux de projets mobilisant des équipes réparties dans plusieurs pays. Tous pourront ainsi travailler sur les mêmes outils, dans un environnement multilingue.

Un exemple de collaboration sur la future ligne de métro de Rennes

Avec un coût prévisionnel d'environ 1,2 milliards d'euros, la seconde ligne de métro de Rennes, la ligne B, d'une longueur d'environ 12,7 km, représente un grand projet pour Rennes Métropole. 2013 marque la dernière ligne droite avant le démarrage des travaux lourds en 2014, l'opportunité de finaliser les études d'architecture. Les compétences d'Egis à conduire de grands projets de métro avec ou sans conducteur sont reconnues par les maîtres d'ouvrage du monde entier. C'est tout naturellement qu'Egis a été choisi pour concevoir et réaliser l'extension du métro de Rennes.

Véritable précurseur dans l'utilisation du BIM pour un grand projet d'infrastructure, la Métropole de Rennes a imposé que la consultation des entreprises soit faite en spécifiant que la maquette numérique se devait d'être une partie obligatoire des livrables. Grâce au logiciel Revit d'Autodesk conçu spécifiquement pour la modélisation des données du bâtiment, Egis a pu conduire ses idées du concept à la construction, avec une approche cohérente et coordonnée basée sur le modèle.

« Le BIM représente un investissement sur plusieurs années. Il introduit un niveau de collaboration très élevé et impose une vraie évolution dans les méthodes de travail », explique Frédéric Beyneix d'Egis. « Le BIM est un processus qui fait gagner en qualité, et permet non seulement de respecter les délais impartis au démarrage du projet mais aussi les coûts. »

Dès janvier 2013, l'utilisation du logiciel par la dizaine d'utilisateurs a ainsi permis d'optimiser le travail par la répétition, que ce soit des normes, de l'environnement, de la coordination, des types de problématiques... En résolvant une problématique pour une station, celle-ci a pu être répliquée très facilement sur les 14 autres restantes. La reprise de l'existant n'en est que plus facile à gérer au quotidien.

De plus, la maquette numérique apporte une dimension visuelle, qui peut parfois être plus performante que de complexes calculs scientifiques. A titre d'exemple, en modélisant les caméras vidéo de surveillance, les responsables du projet ont pu vérifier visuellement ce qu'il sera possible de voir, de surveiller dans chaque station et ce, en réglant numériquement les angles et les distances d'enregistrement en amont.

« La maquette numérique n'est à ce jour pas imposée en France dans la conception, la réalisation et le suivi de grands projets d'infrastructure. Pourtant, cette méthode de travail permet aux entreprises d'être à la pointe de l'innovation et de proposer des délivrables de bien meilleure qualité », ajoute David Rhodes d'Autodesk. « Grâce à l'accord de partenariat entre Autodesk et Egis, les consultants du projet du métro de Rennes dispose d'un environnement souple pour travailler en équipe, en ayant accès en permanence à la même version du logiciel Revit. »

 

Pages

Recevez nos communiqués