Communiqués de presse

26 Septembre 2013

 

Ecocity 2013 - Egis, acteur français de la ville durable

Activement engagé dans l’exportation du savoir-faire de l’ingénierie française et de la conception de ville durable, Egis se réjouit de la création d’une marque France pour la ville durable à l’international. Vivapolis, annoncé par la Ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq lors du salon Ecocity 2013, va donc permettre à notre groupe et ses partenaires privés et publics d’unir leurs forces sur un marché international très concurrentiel. Les récents succès d’Egis dans ce domaine et le lancement du nouveau label français confortent le groupe dans sa stratégie. 

 

My city by Egis, une idée dédiée aux enjeux urbains

 

Sur la planète, 3 milliards de personnes vivent aujourd’hui dans les villes, et chaque année, 20 millions de personnes s’y installent. Tentant de répondre au formidable défi que représente la croissance démographique à l’échelle mondiale, Egis a créé en 2012 My city by Egis, une « business line » qui porte les valeurs fortes sur lesquelles se fonde sa vision de la ville. Placer les citadins au cœur de la démarche en est une.

« Notre ambition n’est pas de concevoir une ville générique mais de designer l’espace public pour que chacun puisse y trouver la qualité de vie qu’il recherche. Nous n’arrivons jamais avec un projet prédéfini, nous contextualisons à partir des données propres au territoire pour faire émerger le projet qui correspond le mieux et imaginer la façon la plus pertinente de construire la ville », explique Jean-Michel Ristori, co-directeur de la business line My City by Egis avec Krishna Venkata Nistala. « Et ça change tout ! Parce qu’on ne vit pas de la même façon dans un pays chaud que dans un pays froid, qu’on n’y a pas les mêmes loisirs, les mêmes coutumes et habitudes de vie, les mêmes références artistiques ou culturelles, les mêmes modes de vie, le même temps libre… »

Le savoir-faire français, un atout différenciant

 

Ingénieurs, urbanistes, architectes, sociologues, paysagistes, etc., Egis fédère des profils aux compétences diverses qui lui permettent d’appréhender l’espace urbain dans son ensemble et d’offrir des réponses sur-mesure aux besoins de ses clients.

Pour faire connaître et rendre visible notre démarche, nous avions besoin d’un cadre. Avec Vivapolis, nous allons aller encore plus loin dans la mise en valeur et l’exportation de l’ensemble de nos expertises.

Egis conçoit depuis plus de 50 ans des villes en France où son expertise est reconnue. À l’international, le groupe a remporté de beaux succès ces deux dernières années, comme la ville nouvelle d’El Ménéa en Algérie et tout récemment les villes de Nouadhibou en Mauritanie, Taif et Badr en Arabie Saoudite.

 

24 Septembre 2013

 

La DSNA renouvelle sa confiance à Egis pour accompagner l’évolution de ses systèmes ATM

Egis a été retenu par la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne) pour deux nouveaux marchés d’assistance à maîtrise d'ouvrage aux pôles de compétences ESA (Exigences systèmes et architecture) et IVD (Intégration, Validation des systèmes ATM et conduite des Déploiements).

 

Enjeux du Ciel Unique européen

Ces projets répondent à un besoin d’évolution lié à la mise en oeuvre du Ciel Unique européen (SES – Single European Sky) qui vise à instaurer une gestion performante du trafic aérien adaptée à la croissance du trafic, ainsi qu’à moderniser les infrastructures ATM par le biais du programme SESAR (“Single European Sky ATM Research”) tout en maintenant un haut niveau de sécurité des vols.

Dans le cadre de ces contrats, les prestations à réaliser par Egis ont pour but d’aider la DSNA à faire évoluer ses systèmes ATM en conformité avec les nouvelles directives réglementaires européennes et les exigences en matière d’interopérabilité.

Deux projets complémentaires

Egis accompagne son client de la phase amont à la phase aval de l’ingénierie système. D’une part et en partenariat avec Atos, Egis va assister le pôle de compétences ESA dans les activités de définition des exigences et des architectures ainsi que dans les études de sécurité et transition pour les évolutions des systèmes ATM, qu’il s’agisse de la modernisation de ses constituants ou de l’acquisition de nouveaux systèmes.


D’autre part Egis apporte son expertise au pôle IVD dans la réalisation de tests permettant d’intégrer, valider et déployer de nouvelles versions du système ATM.


Une quarantaine de personnes au sein d’Egis va être impliquée durant les prochaines années dans ces projets d’envergure.


Egis participe activement depuis de nombreuses années aux projets d’évolution des systèmes ATM de la DSNA et contribue ainsi à la construction des programmes qui permettront de relever les défis de la gestion du trafic aérien de demain.

 

18 Septembre 2013

 

Inauguration du stade Allianz Riviera de Nice Egis signe l’ingénierie du projet

Dimanche 22 septembre 2013, le nouveau stade de Nice sera inauguré par la Ville et Nice Eco Stadium en présence notamment de Christian Estrosi, Député-Maire de Nice et Jean-Pierre Jouyet, Directeur Général de la Caisse des Dépôts. Projet architectural ambitieux situé dans le quartier Saint-Isidore à Nice, le nouveau stade baptisé « Allianz Riviera » est une construction à énergie positive. Il sera l'un des stades hôtes de l'Euro 2016.

 

Une construction à énergie positive

Le projet comprend un stade multifonctionnel de 35 000 places, le Musée National du Sport, 29 000 m² de commerces fortement intégrés (commerces sous le parvis du stade, musée imbriqué dans la tribune Nord), 1 300 places de parking dont 800 enterrées et un parc paysager de 3 ha en surface.
L’enveloppe du stade est composée d’une charpente mixte bois-métal tridimensionnelle recouverte de toiles PVC et ETFE et d'une centrale photovoltaïque.

C'est un projet phare en matière de développement durable et de performances techniques : utilisation massive du bois structurel (3 100m3), géothermie pour produire chaleur et fraîcheur, ventilation naturelle, récupération des eaux pour l'arrosage de la pelouse et l'alimentation des sanitaires et mise en oeuvre d'une centrale photovoltaïque d'une surface de 8 500 m² rendant le stade écopositif.

Une ingénierie de projet signée Egis

Egis a assuré pour le promoteur Adim Côte d’Azur les missions d’ingénierie générale et l’ingénierie environnementale du projet. Elioth, entité spécialisée en structures complexes du groupe Egis, a réalisé les études de définition de la géométrie du stade, la conception de la charpente bois-acier et de la couverture en toile PVC et ETFE (40 000 m²) ainsi que les performances environnementales de l’ouvrage.

Type de financement : Partenariat Public-Privé (PPP)
Architecte : Wilmotte & Associés
Maître d’ouvrage : Nice Eco Stadium
Promoteur : Adim Côte d’Azur
Durée de la construction : 2 ans
Démarrage de l’exploitation : août 2013

 

16 Septembre 2013

 

Egis élargit son offre d’expertise bâtiment en devenant ISA portfolio manager

Egis vient de faire évoluer son adhésion à l’International Sustainability Alliance (ISA) pour devenir portfolio manager. Membre fondateur associé, Egis accompagne le développement d’un outil de benchmark mondial depuis sa création en 2010. Aujourd’hui portfolio manager, Egis peut faire profiter ses clients d’un rating et d’une analyse des performances sur une base de données de 150 millions de m² de bâtiments commerciaux dans 51 pays, dont la valeur est évaluée à plus de 174 milliards d’euros.

 

Seule ingénierie française ISA portfolio manager

Organisation adossée au BRE, centre britannique de recherche du bâtiment, l’ISA a pour ambition la création d’un outil de benchmark permettant de comparer les performances environnementales des bâtiments.

Egis, qui a contribué à la définition de l’outil en tant que membre fondateur, peut désormais accéder, dans le cadre de ses prestations, à l’ensemble de la base de données référençant un nombre important de bâtiments. Par ce nouveau statut de portfolio manager, Egis complète donc son offre de conseil en exploitation environnementale des bâtiments : HQE Exploitation®, BREEAM in use, LEED EBOM, energy management, exploitation multi technique, transition énergétique, schéma directeur immobilier et diagnostic de patrimoine, etc.

La bonne connaissance du patrimoine immobilier associée à un benchmark ISA est un solide atout qui permet à Egis de s’engager plus avant dans la transition énergétique et environnementale.

 

10 Septembre 2013

 

Egis et Setec remportent l’un des plus gros contrats d’ingénierie pour la réalisation du métro du Grand Paris

L’association de deux grandes ingénieries au service du Grand Paris. Egis et Setec viennent de remporter la maîtrise d’oeuvre des systèmes du réseau de transport public du Grand Paris (lignes 15, 16 et 17), soit 100 km et 40 gares. L’un des plus gros contrats d’ingénierie pour la réalisation du projet de métro de la région Ile-de-France.

© Thinkstock / Xavier Marchant

100 km de lignes et 40 gares

Le projet de métro du Grand Paris, prévoit à terme, la réalisation de 166 km de lignes nouvelles et de 57 gares nouvelles, pour la plupart en correspondance avec le réseau de transport existant et à venir. Ce nouveau réseau va augmenter très significativement la taille du réseau de transport public en-Ile-de France.

La Société du Grand Paris, maître d’ouvrage de ce grand projet, vient d’attribuer les premiers grands contrats d’assistance à Maîtrise d'Ouvrage et de Maîtrise d'oeuvre pour la réalisation.

Le groupement Egis-Setec (Egis mandataire) a été attributaire d’un des plus gros de ces contrats avec la maîtrise d’oeuvre des systèmes des lignes 15, 16 et 17 représentant 100 km de lignes et comprenant 40 gares, pour un montant global de 96 M€.

Les missions du groupement

D’une durée totale de 18 ans, ce marché concerne la maîtrise d’oeuvre des équipements : voie ferrée, courants forts, ligne aérienne de contact, courants faibles, façades de quais, équipements industriels des ateliers de maintenance, équipements électromécaniques et canalisations.
A travers ce nouveau contrat, les sociétés Egis et Setec confirment leur présence active dans l’ingénierie des transports publics, notamment en Ile-de-France, ainsi que leurs compétences dans le domaine des systèmes et des équipements de métros automatiques.

 

22 Août 2013

 

Egis contribue à la mise en oeuvre de procédures courbes et « vertes » pour les hélicoptères

Egis apporte un support à la définition et à la mise en oeuvre de procédures « courbes » pour les hélicoptères, en consortium avec Pildo Labs, CGX AERO et la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne) ; ces trajectoires courbes qui nécessitent un guidage précis permettent une forte réduction des nuisances sonores en réduisant le survol des zones urbaines.

© Eric Raz - Eurocopter

Un enjeu environnemental : CleanSky

Face à l’augmentation constante du trafic aérien, diminuer l’impact environnemental des aéronefs est devenu un enjeu majeur, y compris pour les hélicoptères. Dans cette perspective et conjointement avec l’industrie aéronautique, la Commission Européenne a créé l’Entreprise Commune CleanSky dont le but est de développer des technologies réduisant l’empreinte environnementale du transport aérien (diminution du bruit, des émissions gazeuses et de la consommation de carburant des aéronefs).

Le projet CARE (Curved Applications for Rotorcraft Environmental enhancements) est l’une des initiatives lancées dans ce but par CleanSky. Il s’agit de concevoir pour les hélicoptères des procédures de vol aux instruments (IFR ou « Instrument Flight Rules ») courbes et basées sur la navigation par satellite renforcé (GNSS-SBAS).

Dans le cadre de ce projet d’une durée de deux ans, Egis a été sélectionné par CleanSky en tant que leader d’un consortium réunissant également la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC/DSNA) et les sociétés Pildo Consulting et CGX AERO, afin d’apporter un support à la conception et à la mise en oeuvre des procédures IFR courbes GNSS-SBAS pour hélicoptères.

La première étape de ce projet consistera à définir les critères de conception de ces procédures en prenant en compte à la fois les caractéristiques des hélicoptères et l’utilisation du système de positionnement par satellites GNSS-SBAS.

Dans un deuxième temps, l’étude portera sur l’analyse des bénéfices associés au guidage GNSS-SBAS et à la mise en application de telles procédures.

Enfin, après avoir évalué la sécurité de ces nouvelles procédures courbes, l’équipe projet en assurera la promotion auprès des différents acteurs concernés.

Une avancée pour le transport aérien

Des trajectoires moins bruyantes

Ces nouvelles trajectoires courbes présentent un intérêt majeur car elles permettent aux hélicoptères d’éviter le survol des zones urbaines sensibles aux nuisances sonores, notamment grâce à la précision apportée par le guidage complet GNSS-SBAS lors des départs et pendant les approches.

Ces procédures de moindre bruit sont ainsi une véritable avancée en matière environnementale. Elles rencontrent l’intérêt grandissant des aéroports et des opérateurs pour limiter les nuisances dans les zones survolées par les hélicoptères.


Une sécurité accrue

Le guidage satellitaire GNSS-SBAS offre en outre aux hélicoptères une navigation plus précise et plus performante. Les procédures courbes leur permettent de naviguer dans des environnements complexes (zones montagneuses) et d’effectuer des approches à forte pente sécurisées vers des zones difficiles d’accès ou à très forte densité urbaine. L’enjeu est particulièrement important lorsqu’il s’agit de transport médical vers des hôpitaux de centre-ville ou d’opérations à proximité d’un aéroport sans interférer avec le trafic avion environnant.

A travers ce projet, Egis démontre une nouvelle fois sa forte implication dans les enjeux environnementaux du transport aérien.

 

05 Août 2013

 

L’excellence de l’ingénierie française à l’honneur pour la construction du futur réseau de métro à Riyad

EGIS et SYSTRA remportent, en association avec l'américain PARSONS, le contrat pour le management de projet et la supervision de la construction de trois lignes du futur métro de Riyad en Arabie Saoudite : un contrat de 425 M€

« C'est le savoir-faire et les compétences techniques de l'ingénierie française qui ont été reconnus. Cette alliance réunit au sein d'un même groupement l'ensemble des savoir-faire et permet aux deux grandes ingénieries ferroviaires françaises de démontrer leur complémentarité pour gagner des contrats de cette taille, des projets complexes et exceptionnels réalisés en un temps record. Nous sommes fiers de participer ensemble, avec nos collègues de Parsons, à ce développement sans précédent des transports publics au service de la population de Riyad » ont indiqué Pierre Verzat, Président du Directoire de SYSTRA et Nicolas Jachiet, Président-directeur général d'EGIS.

©Egis

 

Un projet de métro complexe et de très grande envergure, à réaliser en un temps record

Après l'attribution des lots de construction, l'Arriyadh Development Authority a attribué les marchés relatifs au management de projet dans le cadre de la construction de son futur réseau de métro.
Le consortium formé par les sociétés PARSONS, EGIS et SYSTRA, dont Parsons est le mandataire, s'est vu attribuer le 1er août 2013 le marché pour le management de projet et la supervision de la construction des lignes 1, 2 et 3 du métro de Riyad. Le montant du contrat représente 425 M€ pour le groupement, soit près de la moitié des prestations d'ingénierie attribuées pour les 6 lignes.

Avec un réseau routier très encombré, Riyad, dont la population actuelle de 5,7 millions habitants devrait passer à plus de 8 millions en 2030, a un besoin vital d'une rapide augmentation de capacité de transport public.
En décembre 2012, l'Arriyadh Development Authority (ADA), la haute Autorité de développement de la ville de Riyad, lance un appel d'offres international auprès des grandes ingénieries mondiales pour le management de projet et la supervision de la construction des 6 lignes de métro, découpées en 3 lots.
Ce projet est de très grande envergure de par sa taille et ses délais de réalisation extrêmement serrés. Le futur réseau devra être construit en 5 ans et se composera de 6 lignes automatisées, totalisant 177 km dont 60 km réalisés en souterrain, 81 km en viaduc et 36 km au sol. Il comprendra 92 stations.
Le projet présente toutes les caractéristiques des métros automatiques modernes y compris pour la sécurité et le confort des passagers.

Les missions du consortium

Le groupement PARSONS/EGIS/SYSTRA a remporté deux des trois lots mis en compétition regroupant les lignes 1, 2 et 3, soit 108 Km et 55 stations. Le contrat va nécessiter la mobilisation de près de 1000 personnes sur Riyad durant les travaux.
Intervenant pour le compte de l'ADA, le groupement sera chargé de la validation des études, du pilotage et de la coordination des travaux, de la réception des ouvrages et de la validation des essais avant mise en service.
Les marchés de conception –construction seront réalisées par le consortium BACS (conduit par Bechtel et Siemens) pour les lignes 1 et 2 et par Arriyadh New Mobility (conduit par ANSALDO STS, Impregilo et Bombardier) pour la ligne 3.

Une présence de longue date sur ce projet

Parallèlement à cette mission, EGIS avait travaillé depuis plusieurs années pour l'ADA, sur les études d'avant-projet qui ont conduit au projet actuel de métro. EGIS a élaboré en 2012 le cahier des charges pour la consultation des consortiums de conception-construction et a assisté ces derniers mois l'ADA dans le choix de ceux-ci.

 

22 Juillet 2013

 

Egis est désigné concessionnaire des aéroports d’Ostende-Bruges et d’Anvers en Belgique

Ce 19 juillet 2013, le Gouvernement flamand a déclaré Egis adjudicataire des deux appels d’offres pour la mise en concession de service public de l'exploitation des aéroports d’Anvers et d’Ostende-Bruges pour une durée de 25 ans.

© Ad Meskens

Carlo Ciattoni, Directeur de Projet en charge de cette affaire au sein d'Egis, se félicite de la « confiance que le Gouvernement flamand a accordée à Egis et de l'esprit de bonne collaboration qui a prévalu pendant le montage de ce partenariat public-privé, un bon augure pour les débuts de cette longue coopération de quelque 25 années ».

Egis et le Gouvernement disposent maintenant d'une période de transition d'environ six mois pour finaliser toutes les conditions nécessaires au transfert de compétences d'une part et au transfert d'une partie du personnel d'autre part aux deux filiales d'Egis constituées à cet effet, le LEM Oostend-Brugge, et le LEM-Antwerpen.[1]

Ces LEMs seront notamment responsables de la gestion des plates-formes au quotidien, de leurs opérations et de l'entretien d'une partie de ses installations tandis que les infrastructures dites de base (les pistes et autres voies aéronautiques, les routes d'accès aux aéroports, etc.) demeureront entretenues et développées par la Région, via des sociétés publiques de développement aéroportuaires (LOMs[2]) également en cours de création.

Les sociétés concessionnaires auront bien sûr la responsabilité du développement commercial afin d'assurer la rentabilité nécessaire pour financer le plan d'investissement de quelque 7 millions d'euros qu'Egis a prévu pour ces deux plates-formes.

Selon Jean-Paul Desgranges, le Directeur au sein d'Egis qui assurera la direction générale de ces deux LEM pendant la phase pré-opérationnelle, « Anvers et Ostende-Bruges sont deux aéroports très complémentaires. L'Aéroport d'Anvers, malgré sa piste courte, a un rôle important à jouer dans la promotion économique de la Région en développant le trafic d'affaires européen court courrier. Ostende-Bruges, avec sa piste de 3200 mètres pouvant recevoir des avions de toute nature, peut s'imposer comme la porte d'entrée de la Flandre pour les flux touristiques. Il peut également offrir une alternative importante aux autres aéroports belges voire du nord de la France, tant pour le trafic touristique émetteur que pour le transport de fret, dans le respect bien sûr des contraintes environnementales existantes ».

Plusieurs compagnies aériennes ont déjà manifesté leur intérêt pour desservir l’un ou l’autre de ces aéroports sur lesquels plusieurs nouvelles lignes devraient être ouvertes dans les trois prochaines années.

Ces deux aéroports représentent 250 emplois, sans compter les emplois indirects, non seulement sur les plates-formes, mais aussi dans les secteurs connexes comme le tourisme.

[1] LEM (Luchthaven Exploitatie Maatschappij), soit Société d'exploitation aéroportuaire en flamand

[2] LOM (Luchthaven Ontwikkelings Maatschappij), soit, Société de développement aéroportuaire en flamand

 

 

 

16 Juillet 2013

 

Egis, acteur du projet européen SCIENCE

(Steel Concrete for Industrial, Energy and Nuclear Construction Efficiency)

Egis a été désigné avec six autres partenaires pour conduire le projet de recherche européen SCIENCE (Steel Concrete for Industrial, Energy and Nuclear Construction Efficiency). Portant sur un nouveau procédé de construction des bâtiments dits sensibles, le projet a pour but d’écrire la nouvelle règlementation européenne régissant la construction nucléaire. Une des missions d’Egis est le dimensionnement d’un bâtiment nucléaire entièrement réalisé sur la base du procédé « Steel-Concrete structure » (SC).

Photo © Mathias Ridde

 

Un procédé de construction innovant

Le projet SCIENCE porte sur un type de structure appelé « Steel-Concrete (SC) structure » qui permet la modularisation de bâtiments nucléaires et un gain de temps significatif pour la construction.


Il s’agit d’une structure mixte particulière : le béton est coulé à l’intérieur d’un caisson en acier qui joue à la fois le rôle de coffrage et d’armatures.


Au cours de ce projet, des essais expérimentaux et des calculs numériques seront réalisés afin de déterminer des formules de dimensionnement pour les structures composites SC.


Le rôle d’Egis dans ce projet porte notamment sur le dimensionnement d’un bâtiment nucléaire entièrement réalisé sur la base du procédé SC. Bien connu des américains et des japonais, ce procédé est encore très peu utilisé en France.

Nouvelle règlementation européenne

L’objectif du projet de recherche SCIENCE, financé en partie par la CEE, est de rédiger une nouvelle règlementation européenne sur la construction des sites sensibles selon ce procédé.


Les formules seront introduites dans un document permettant d’utiliser en France et en Europe ce nouveau mode de construction pour les centrales.


Les sept partenaires du projet sont EDF (Electricité de France), Egis, The Steel Construction Institute LBG, University of Surrey, Teknologian Tutkimuskeskus VTT, Karlsruher Institut fuer Technologie et le Centre Technique Industriel de la Construction Métallique.

 

05 Juillet 2013

 

Inauguration du port d’escale de Carabane (Sénégal)

Egis maître d’œuvre

Samedi 6 juillet 2013, l’État du Sénégal inaugure le nouveau port d'escale de Carabane. Ce projet de réhabilitation de la ligne maritime Dakar-Ziguinchor a été entrepris suite au naufrage du navire Joola en septembre 2002. L'ancienne capitale de la Casamance voit se concrétiser un ouvrage majeur pour l'île, classée au patrimoine historique et environnement touristique. Egis a assuré la maîtrise d'œuvre du port d'escale.

Crédit image © Egis

 

Un ouvrage ambitieux

Egis, riche de sa connaissance historique du Sénégal depuis les années 1960, grâce notamment à l’étude menée pour l’escale de Dakar et la maîtrise d’œuvre complète de la reconstruction du port de Ziguinchor, est désigné en 2009 pour assurer la maîtrise d’œuvre travaux du port d’escale de Carabane.

L’objectif de l’Etat du Sénégal, représenté par le Ministère de la pêche et des affaires maritimes et l’Agence Nationale des Affaires Maritimes (ANAM), est l’amélioration globale de la liaison Dakar-Carabane-Ziguinchor par la construction d’un débarcadère plus sécurisé. Le nouveau port d’escale garantit aux nouveaux navires, qui assurent la liaison maritime, un accostage en toute sécurité.

Le projet devait répondre à des ambitions politiques, économiques et sociales dans un contexte sensible. Ce nouveau port d’escale devait notamment favoriser la production régionale de Carabane et l’échange avec le marché de Dakar afin de désenclaver la Casamance.

L’inauguration sera également l’occasion de rendre hommage à Malang Badji, célèbre artiste-peintre sénégalais, disparu en avril 2013.

Les missions d’Egis

Le port escale de Carabane est le résultat d’un processus de conception et de suivi de réalisation en plusieurs étapes menées par les équipes d’Egis.

En premier lieu, elles ont assuré l’étude du débarcadère comprenant :

  • un diagnostic de la situation actuelle et l’analyse des besoins avec la participation de la population locale et des autorités de la Région et de l’Etat,
  • la sélection du site optimum permettant un accostage autonome des navires en fonction des courants et de l’évolution prévisible des fonds marins,
  • l’élaboration d’un schéma d’aménagement d’un débarcadère adapté aux contraintes naturelles, économiques, logistiques et environnementales au niveau d’Avant-Projet Sommaire (APS),
  • l’Avant-Projet Détaillé (APD) du débarcadère à l’issue de campagnes de topographie, bathymétrie, et géotechnique,
  • l’élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) 

Egis a également mené l’étude d’impact environnemental et sociétal sur l’île abritant des vestiges historiques et candidate pour être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, les équipes d’Egis ont assuré  la supervision des travaux en s’assurant du respect de la philosophie du projet jusqu’à sa réalisation finale.

 

 

Pages

Recevez nos communiqués