Communiqués de presse

12 Février 2013

 

Thales et Egis mènent des négociations exclusives pour l'acquisition par Thales des activités ITS « Systèmes clés-en- mains ATM » d’Egis

Thales et Egis mènent des négociations exclusives pour l'acquisition par Thales des produits clés en main de gestion du trafic aérien d'Egis.

Les équipes concernées par cette transaction sont celles du pôle Information Technology Solutions de la filiale Egis Avia, basé sur les sites de Toulouse et d'Issy-les-Moulineaux.

Egis Avia et Thales poursuivent leur coopération

Les activités « systèmes clés-en-main ATM » concernées, comprennent des systèmes de séquencement des vols départ / arrivée (AMAN/DMAN/CDM) MAESTRO, des systèmes d'information aéronautiques (AIM) ATALIS, des serveurs de liaisons de données (routeurs et gateway DATALINK) ainsi que la suite de simulateurs SCANSIM (de contrôle du trafic aérien et de tour de contrôle).

Cette acquisition permettra à Thales de renforcer son expertise dans les domaines de la gestion du trafic aérien dans son ensemble et de compléter sa gamme de solutions, notamment la synchronisation et l’optimisation du trafic en approche, à l’arrivée et au départ.

Thales s'engage à maintenir et à supporter tous les clients des solutions ATM d’Egis Avia sur le long terme et à continuer à développer les relations techniques et commerciales avec les clients et partenaires de ces solutions.
Cette cession permettra à Egis de se concentrer sur ses activités de conseil et d’ingénierie sur les marchés ATM, Aéroports et Opération Aériennes, en forte croissance, comme en témoigne l’acquisition récente de la société britannique Helios.

Thales et Egis Avia souhaitent ainsi poursuivre leur coopération entamée depuis de nombreuses années.

 

30 Janvier 2013

 

Egis désigné par EDF pour renforcer le niveau de sûreté du parc nucléaire français

Conformément aux prescriptions de l’Autorité de Sûreté Nucléaire* (ASN) faisant suite aux événements de Fukushima, EDF s’est engagé à réaliser les travaux nécessaires pour accroître le niveau de sûreté de ses installations nucléaires au-delà des référentiels en vigueur. En octobre 2012, l’opérateur a confié à un groupement d’ingénieries mené par Egis, la conception et le suivi de réalisation de bâtiments d’un genre nouveau : les Centres de Crise Locaux.

 

Des mesures issues du retour d’expérience de Fukushima

Après l'accident survenu au Japon en mars 2011, l'ASN a analysé le niveau de sûreté de l'ensemble des installations françaises et a conclu qu'aucune centrale ne devait être fermée, mais qu'il fallait en accroître la « robustesse » **. Elle a alors imposé aux exploitants d'importants travaux visant à assurer des marges de sûreté supplémentaires face aux risques de séisme et d'inondation, ou de perte simultanée de la source de refroidissement et des alimentations électriques. Afin de prévenir ces risques - ou le cas échéant d'en limiter la progression - les exploitants doivent garantir un « noyau dur », c'est-à-dire identifier les dispositions matérielles et organisationnelles permettant d'assurer les fonctions essentielles des installations nucléaires même en cas de situation exceptionnelle.

Des expertises réunies pour prendre en compte toutes les dimensions du projet

C’est le groupement d’entreprises composé d’Egis, d’enia architectes et de DCNS (leader européen du naval de défense et concepteur des sous-marins nucléaires français) qui a remporté le marché de conception des Centres de Crise Locaux, bâtiments destinés à accueillir sur les sites de centrales nucléaires tous les intervenants en cas de situation extrême.

« C’est l’une des premières fois qu’EDF confie l’ensemble d’une mission de maîtrise d’œuvre à un groupement d’ingénieries, depuis la conception préliminaire du bâtiment et de ses équipements jusqu’au suivi de réalisation du premier de série », indique Frédéric Launeau, directeur du projet à Egis Industries.

La première centrale devant être équipée est celle de Flamanville, dans la Manche. Son Centre de Crise Local devra être réceptionné avant la mise en service de l’EPR. À l’horizon 2020, ce sont toutes les centrales nucléaires françaises d’EDF qui disposeront d’un bâtiment de ce type. 

Des locaux de crise robustes, capables de faire face aux situations extrêmes

« Les Centres de Crise Locaux sont des bâtiments destinés à accueillir, pendant plusieurs jours si nécessaire, des équipes complètes d'intervenants, d'exploitants et d'experts, réunis en cellules de crise, qui travailleront en lien étroit avec la direction nationale d'EDF, les pouvoirs publics et l'ASN », précise Dominique Lépinoy, directeur du projet à EDF.

« Ces bâtiments en béton armé ont trois spécificités : ils sont résistants aux aléas assignés au « noyau dur », ils sont isolables de l'atmosphère extérieure et au besoin autonomes, tout en assurant une capacité optimale d'intervention de proximité, souligne Nathalie Le Failler, directrice commerciale adjointe à Egis Industries.

« Un travail important est mené dans la prise en compte de l'ergonomie, des circulations, de l'optimisation des flux des équipes d'intervention, et des flux d'information en situation de crise », ajoute Brice Piechaczyk, architecte associé de l'agence Enia Architectes.

*Créée par la loi n° 2006-686 du 13 juin 2006, l'ASN a pour mission d'assurer, au nom de l'État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l'environnement des risques liés à l'utilisation du nucléaire.

**Rapport sur l'état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2011, présenté par l'ASN le 28 juin 2012.

 

28 Janvier 2013

 

Egis acquiert Helios, société de conseil spécialisée dans l’aérien

Le 25 janvier 2013, Helios, société britannique de conseil spécialisée dans l’aérien a rejoint le groupe Egis. Helios, société de conseil spécialisée dans le domaine du transport aérien, mais aussi dans le secteur de l'espace et des télécommunications, intervient dans la conduite de projets stratégiques, y apportant une expertise économique et financière. Egis, via sa filiale Egis Avia, propose une gamme très large de services et de produits dans le domaine du transport aérien partout dans le monde, exploite 12 aéroports internationaux et fournit des solutions clé en main pour le secteur aéroportuaire.

« L'acquisition d'Helios répond à la volonté d'Egis d'offrir à ses clients et partenaires une palette de prestations élargies au consulting, aux expertises financières et aux études d'impact économique. L'expertise reconnue d'Helios dans le domaine du conseil renforce notre offre auprès des décideurs et augmente notre gamme de prestations sur le marché de la gestion du trafic aérien (ATM), des opérations aériennes et des aéroports», déclare
Cédric Barbier, directeur général d'Egis Avia.

« Egis est un acteur très important dont l'offre globale correspond exactement à ce que nous recherchons pour le développement actuel de notre société. Helios restera basée en Grande-Bretagne, près de l'aéroport de Farnborough (une heure de Londres), mais nous nous réjouissons du fait que nos collaborateurs aient accès à des projets dans le monde entier, ainsi que l'opportunité de travailler sur des projets variés », ajoute le président d'Hélios, Dr Mike Shorthose.

Helios devient filiale à 100 % d'Egis Avia et poursuivra son activité sous le nom d'Helios.

 

 

18 Janvier 2013

 

Autoroute A89 Bordeaux-Lyon : Egis, maître d’œuvre de 37 km du dernier tronçon inauguré samedi 19 janvier

Le plus grand chantier autoroutier actuellement engagé en France touche à sa fin. La portion de l’autoroute reliant Balbigny à la Tour de Salvagny, près de Lyon, sera inaugurée le samedi 19 janvier. Egis a réalisé la maîtrise d’œuvre de 37 km de ce tronçon, véritable morceau de bravoure du tracé, avec ses trois tunnels (dont un de 4 km), ses cinq viaducs et quelque 35 ouvrages d’art.

Un événement majeur dans l’aménagement du territoire français

Ce maillon achève l'unique liaison autoroutière qui traverse la France d'Ouest en Est reliant Bordeaux à Lyon et facilitant les liaisons avec l'Europe du Centre et de l'Est.

Localement, la construction de ce tronçon de 50 km diminue le temps de trajet Clermont-Ferrand-Lyon d'environ une demi-heure, permet d'éviter l'autoroute A47 du côté de Givors ou de Rive-de-Gier et de désenclaver le territoire roannais.

L’ultime morceau de bravoure du tracé de l’A89

Pour les ingénieurs d'Egis qui ont participé à l'aventure, la traversée des Monts de Tarare est exemplaire pour les nombreux ouvrages d'art qu'il a fallu réaliser, dont le tunnel de Violay long de 4 km, tout en intégrant les préconisations des associations pour la sauvegarde de l'environnement.

ASF (Autoroutes du Sud de la France) a confié la maîtrise d'œuvre du dernier tronçon entre le tunnel de Violay et le raccordement à la RN7 à la Tour de Salvagny au Nord-Ouest de Lyon à Egis en mai 2004.

Un tracé complexe…

La section, à la sortie du tunnel de Violay (4 km), pallie relief difficile et pente avec des ouvrages complexes : 2 tunnels (La Bussière : 1030 m et Chalosset : 700 m), 3 viaducs (Valletier : 100 m, Goutte Vignole : 620 m, Torrachin : 196 m), des déblais de grande hauteur (60 m) avec des confortements et des murs de soutènement.

La plate-forme est à 2x2 voies dans ce secteur avec une voie supplémentaire à la montée et à la descente dans le vallon de Boussuivre, dont la chaussée a été décalée de 15 m. Un diffuseur à Tarare ouest raccorde la RN7 à l'autoroute à proximité d'un centre d'exploitation et d'une gendarmerie.

A partir de la barrière de péage et des demi-diffuseurs de Tarare Est, le tracé se développe dans un relief moins marqué mais qui a tout de même exigé la réalisation de deux viaducs (Brévenne : 284 m et Buvet : 240 m). La plateforme autoroutière est dimensionnée à 2x3 voies pour permettre l'élargissement de l'autoroute ultérieurement. Dans ce secteur plus urbanisé, une bifurcation et 2 diffuseurs assurent des échanges avec la voirie locale et la RN7.

… conçu en liaison avec les associations de protection de la nature

Egis et le maître d'ouvrage ont déployé de grands moyens pour pallier les fortes contraintes environnementales jalonnant le tracé.

« C'est la première fois qu'un dialogue aussi vertueux s'installe si tôt avec les associations de protection de l'environnement et le maître d'ouvrage pour faire accepter le tracé d'une part, trouver les solutions en faveur de la biodiversité et de l'environnement d'autre part », détaille Alain Gagey, directeur des grands projets autoroutiers français chez Egis.

Ainsi, le vallon du Boussuivre, petit bijou écologique de la section, abrite des espèces protégées dont le projet devait tenir compte : les équipes de maîtrise d'œuvre se sont penchées à la fois sur la création des passages grande et petite faunes dans les remblais, la sauvegarde des écrevisses à pieds blancs dans les ruisseaux , la conception de deux galeries artificielles pour les chauves-souris (qui a permis à Egis de recevoir le prix « Paysage et Biodiversité » de l'Idrrim * en 2011) ou encore le recyclage des matériaux pour réaliser les couches des chaussées...

« Ces pratiques existent déjà sur nos chantiers autoroutiers, précise Alain Gagey, mais c'est la première fois que nous contractualisons dans les pièces écrites des marchés de travaux la mise en place de formations à l'écologie obligatoires avec les entreprises... ».

*Premier prix dans la catégorie » Paysage et Biodiversité » décerné par l'Idrrim (Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité) en 2011.

Chiffres clés

1 milliard d'euros d'investissement avec le tunnel de Violay

14 millions de m3 de terrassement

1 million de m² de chaussées

5 échangeurs

3 tunnels : Violay (environ 4 000 m), La Bussière (1 000 m) et Chalosset (700 m)

5 viaducs dont celui de Goutte Vignole (70 m de hauteur)

35 ouvrages d'art dont 2 passages grande faune

25 ouvrages hydrauliques

2 ouvrages SNCF

Quelques dates

Mai 2004 : réponse à l'appel d'offre de maîtrise d'œuvre principale. Egis est retenu pour la maîtrise d'œuvre du tronçon Rhône

Octobre 2005 : Egis est retenu pour la maîtrise d'œuvre des trois tunnels et du viaduc de Goutte Vignole

Juin 2006 : démarrage des études de conception

Juin 2008 : démarrage des travaux

Décembre 2012 : fin des travaux

Mise en service : 21 janvier 2013

Focus sur les missions d’Egis

Egis a réalisé la maîtrise d'œuvre principale du projet du dernier tronçon de l'A89 (37 km) entre le tunnel de Violay et le raccordement à la RN7 à la Tour de Salvagny au Nord-Ouest de Lyon.

Le groupe a également réalisé la maîtrise d'œuvre particulière des trois tunnels :

Violay, La Bussière et Chalosset et du viaduc de Goutte Vignole incluant le génie civil des ouvrages et les systèmes et équipements d'exploitation et de sécurité des tunnels : la maîtrise d'œuvre du système d'exploitation de la zone tunnels (13 km de linéaire environ) permettant de piloter la zone et ses ouvrages depuis le Poste de contrôle de Tarare (69), ainsi que la mise au point de l'ergonomie de la salle d'exploitation (mobilier, éclairage, etc.) livrée à l'opérateur ASF.

 

Pages

Recevez nos communiqués